cat-right
Recent Comments
  • Loís Berlic: Bonser, Afortissètz que i a « Aucun attestation dans le T...
  • Raymond Delavigne: J'ai en Anjou le mot "bijane' "bisane") qui désigne une soup...
  • Robert: Bonjour Elisa, Merci beaucoup. Pourriez vous aller voit su...
  • MR FREDERIC OGER: Bonjour, Pouvez-vous me dire si ce terme de " ensuquer " ...
  • Elissa: A paris 17 Il y a une rue qui s appelai rue de la condamine...
  • Geuljans: Veuillez donner votre source et la signification. Merci ....
Random Articles
Brasieiro Brasieiro, dans erbo de la brasieiro « cétérac » (Mistral) une sorte de...
Barrar Barrar, barrà, “fermer” de *barra « barre » probablement d’origine celtique ”....
Embonilh, emboriga "... Embonilh « nombril » est la forme la plus répandue d’après le Thesoc;...
Nauc, nauca, nauquet &quo... Nauc,nauca, nauquet, nauqueta « auge des porcs » dans l’ouest de...
Afrairar Afraira « associè » (Mathon), afrairar, afrairir « associer, affilier », v .r....
Mastra 'pétrin'... Mastra « pétrin »en provençal et est-languedocien,    l’étymologie  est ...

Retirar

Retirar, retira v.a. « donner asile » ou v.r. « se rétrécir ». Parmi les nombreuses significations que le verbe tirar (probablement provenant du latin martyrium, FEW 6/1,410b) et ses dérives ont pris en occitan comme ailleurs, il y a  le sens « aller à, s’acheminer vers »  comme par exemple dans  s’en tirar « s’en aller ».

Dans notre région le substantif retira a pris le sens de « hospitalité pour la nuit » et le verbe retirar « donner asile » attesté à Alès et à Toulouse. Comme verbe réfléchi  se retira  est  « se rétrécir ». Pour d’ autres significations et les dérivés, voir Alibert.

Dans le TLF vous  trouvez la remarque suivante à propos de l’étymologie de tirer:

« Mot d’origine très discutée (FEW t. 6/1, pp. 418-420). Selon Wartburg, tirer serait une réduction de l’a. fr. martirier « martyriser, torturer (en général) » (XIIe s. dans T.-L.), dér. de martyre*. Le part. prés. de martirier, martirant, aurait été interprété comme composé de l’ adverbe mar « malheureusement » (du lat. mala hora « à la mauvaise heure ») et de tiranz, nom habituel du « bourreau » au Moyen Âge, lui-même issu du lat. tyrannus (tyran*), une torture fréquente était en effet la dislocation des membres par étirement ou écartèlement. Tirer s’est substitué à traire* dans la plupart de ses empl. en moyen français ».

Restouil, rastolh

Restouil, rastolh « éteule, chaume ».

Une charmante visiteuse de Mirepoix m’écrit :

« Je vous ai signalé le mot  » rastouille « , qui était le nom donné à une propriété dans le village voisin de Coutens, aux alentours de 1900. Ma mère, dont la langue maternelle est le patois ariégeois d’ici très exactement, connaît le mot  » restouil « , avec le sens de  » éteule « . Je ne sais rien d’autre ! Mais cela fera un autre joli mot pour le dictionnaire ! »

Charlemagne un denier de Mayence 812-814.

En effet, rastolh, restouil nous ramène aux temps de Charlemagne, qui a instauré l’assolement triennal dans son empire! La pratique de cet assolement est contemporaine de l’introduction de la charrue en Europe vers le IXe siècle : sa généralisation a permis la phase d’extension agraire et les défrichements des Xe, XIe et XIIe siècles. (source)

A partir de cette époque, les paysans évitent en général de planter les mêmes céréales sur les mêmes terres deux années de suite. Il était rare qu’on voyait quelqu’un labourer un champ plein d’estobles.   On a créé le verbe restoblar « ensemencer un champ plein d’estobles » sous-entendu une deuxième fois.  Pour dire « c’est curieux ça! ».  Le résultat de restoblar était le restoble « chaume, terre en chaume, éteule » etc. Ces formes sont limitées grosso modo au provençal (y compris le Gard) et le francoprovençal.

La même charmante visiteuse de Mirepoix, a récemment écrit un article avec des extraits du    Manuel d’agriculture et de ménagerie, avec des considérations politiques, philosophiques & mythologiques, dédié à la patrie, par le citoyen Fontanilhes, à Toulouse, de l’imprimerie de la citoyenne Desclassan veuve de Jean-François et veuve de Dominique, 1794-1795 , dans lesquels l’auteur donne de multiples conseils pour améliorer la terre, dont une définition exacte de

Ratouble : long chaume qui est laissé sur pied pendant quelque temps après la récolte, et jusqu’à ce que les herbes sauvages aient pris une assez grande croissance ; il est fauché ensuite près de terre avec ces herbes et rentré pour servir de fourrage d’hiver.

On peut considérer le mot ratouble comme du français régional.

Dans plusieurs régions de la Romania, notamment en Sicile, en Catalogne et dans l’ouest du Languedoc (Ariège, Tarn, Lot-et-Garonne) *restupula a changé de suffixe et est devenu *restucula > *restucla, qui dans les parlers modernes a donné régulièrement restoulh, restolh « éteule ». Dans une zone plus étendue, jusque dans l’Hérault restoulh, restol est devenu rastoulh, rastol, probablement sous l’influence des mots de la famille rastrum, rastellum « rateau », outil qui sert à enlever les estobles.
Nous voyons que dans le région de Mirepoix, les deux formes sont vivantes.

Voir aussi l’article estobla

et FEW XII,273

Repétasser

Repétasser  « raccomoder »  fr.rég. cf. Petas

Rega

Rega « sillon » vient d’un gaulois *rica « sillon » et spécialement le « sillon produit par le soc de la charrue ». C’est un des nombreux mots celtiques qui ont un rapport à l’agriculture. Il est conservé dans toute la Galloromania.

Dans la Charente redzo a pris le sens « bande de terre cultivée » d’après le Thesoc. Pour son développement en français voir le TLF raie.
L’abbé de Sauvages cite un  rego avec le sens « raie, trait de la plume », mais dans d’autres dictionnaires occitans c’est une raio, la forme françisée.  La reganèlo désigne d’après lui « les rayons, ardeur du soleil ».

 

Redessan. Les noms de lieu et l'étymologie.

Redessan 

Des visiteurs me demandent régulièrement l’origine d’un nom de lieu. La Toponymie est une discipline très difficile! Je ne m’y risque que rarement.

Voici un exemple. Dans le livre Statistique du département du Gard, je trouve: « A l’est de la ville de Nîmes, …, on aperçoit un village appelé Redessan, dont l’étymologie, donnée par Deiron (Antiquités de Nîmes, chap.X, p.60) paraîtrait renfermer quelque apparence de véité, quoique mise en doute par Ménard. Un sanglante bataille donnée non loin de ce village (note: Cette bataille termina en 410 l’envahissement de cette partie des Gaules, que Constance, général d’Honorius, purgea de tous ses ennemis) aurait amené, d’après Deiron, cette phrase incidente dans le récit de cet évènement, en langage vulgaire de cette époque : Id est rech de sang; les trois derniers mots signifient : Ruisseau de sang.

De telles histoires sont amusantes, à raconter devant la cheminée, mais cela n’a rien à voir avec l’étymologie. Un coup d’oeil dans le Dictionnaire toponymique du Gard suffit: Rediciano en 909. C’est une Villa Rediciano ce qui veut dire  » qui appartient à », ou « est situé près de », ou « un lieu de plantation de ….. Redix » . Je m’arrête là.

Recate, recatà

Recatá « ramasser qch qui traîne »  et Recate « économie, soin » cf. acata


Recantoun

Recantoun, ricantoun « petit réduit dans une habitation » français régional  cf. acantouna

Reboussier

Reboussier, reborsièr, -a.  « contariant, rebours, revêche, râleur ».  Hier soir quelqu’un me dit : « O, les Manduellois sont réboussiers!  » et il  m’explique qu’ils sont « râleurs, jamais contents ». Mais il n’y a pas plus reboussier que Pradet de de Ganges qui ayant appris que sa femme s’était noyée, remontait l’Hérault pour la chercher.

Google me signale qu’il y a 569 sites avec ce mot. J’ai l’impression que la forme est nîmoise. En effet dans le site de l’Huma je trouve:

« Ce phénomène culturel original est-il lié à l’histoire de ce peuple « nîmois » que l’on définit comme « reboussier »? Incontestablement. Et l’écrivain d’origine nîmoise Jean Paulhan l’a parfaitement exprimé. « Reboussier», cela veut dire toujours prêt à prendre le parti du contraire, le parti du refus, parce que le Nîmois est viscéralement attaché à son libre choix et à son libre arbitre. »

Les aficionados sont reboussié

C’est Charles Atger  qui explique l’expression  de Valleraugue Reboussié coumo Prodet de Gangjé. Prodet  doit être une figure connue dans l’Hérault, puisque Pau Chassary et Roman Deleuse ont écrit un livre intitulé Pradet de Ganges (A tots). 1986.
Mon informateur pour le patois de Valleraugue connaissait bien cette expression, !Prodet

Latin reburrus  « qui a les cheveux relevés sur le front », est  devenu rebursus par croisement avec reversus « renversé »Reburrus  est un dérivé de burra « étoffe avec de longs poils ». Le mot n’a survécu que dans le domaine galloroman notamment dans le nord : français à rebours et à rebrousse-poil.  L’adjectif reboussier est uniquement attesté en provençal (M), l’est-languedocien et en gascon : rebouichè (M).  Andriu de Gavaudan m’écrit :

Vadut en Losera, a Maruèjols, ai totjorn entendut la maire e’m díser qu’èri un « reboussié » reborsièr quand èri petit…Sabi pas se lo mot ven de la region de Nimes mès que s’emplegava e s’emplega a Maruèjols, Mende… e le mea maire n’avèva pas sonque ua coneishença passiva deu patoés (occitan). La maire qu’avèva rason; que ne’n soi un ! Coraumen

Un fidèle visiteur m’écrit:

Bon, encore une modeste contribution …

Je suis étonné de l’écriture « réboussiers » que je retrouve pourtant dans une rue de Sommières…
A Montpellier on dit « reboussaïre« , même terminaison que « tambourinaïre » ou « empegaÏre » (mots qui mériteraient une entrée dans votre dictionnaire).
La terminaison en « ier » me semble « francisée » à l’inverse de la terminaison originale (?) en « aïre« .
Je lui ai répondu que:
Bonjour,

Il y aurait une thèse universitaire à écrire à ce propos.

J’ai regardé dans le chapitre sur les suffixes dans l’Alibert et l écrit que le suffixe –aire  vient du cas sujet de l’ancien occitan –ator  et que ces mots donnent des noms de métier. Un reboussaire  est donc un « râleur professionnel » .  le suffixe  –iè, _iér  viendrait du latin -erium  et donne des substantifs ou adjectifs « abstraits ». Les Nîmois sont donc des « raleurs  chimériques » (Chimérique est le premier synonyme  de « abstrait » donné par le TLF)

Pour être sérieux je pense que  reboussaire  est un hypercorrecte forme de  l’occitan montpelliérain, parce que reboussier  ressemble trop à un mot français. Mistral ne connait que le forme en -iè, iér.

ReboussieMistral

Un lecteur me signale les sobriquets suivants pour les Nîmois:

  • Li rachalan qualifiait les paysans de Nîmes. ( Peut-être une déformation de bachalan? voir aussi bajana). cf aussi ce site sur Marguerittes, terre des Rachalans. 
  • manjo-merlusso pour le mangeur de morue qui appréciait la brandade.
  • manjo-loco pour le mangeur de loche, ce petit poisson du Vistre.
  • casso-lignoto pour le chasseur de linotte.
  • saùto-rigolo pour le sauteur de rigoles ou de ruisseaux.
  • li losso les lourdauds.
  • cébet ou céban. Dans les quartiers, celui de l’Enclos Rey, catholique et royaliste, était peuplé de travailleurs de la terre qui étaient surnommés les cébet ou céban pour oignons ou mangeurs d’oignons.
  • gorjo-nègro.  Chemin de Montpellier et la Placette habités par des Protestants des « gorjo-nègro », appelés aussi par dérision pé descaù pieds nus ou va-nu-pieds.
  • li verdets volontaires royalistes après le 9 Thermidor, en 1815 et pendant la Terreur Blanche.
  • gri haire pour les protestants qui ont pris Nîmes après la Michelade (le 30 septembre 1567). Ils étaient une centaine de soldats ayant de l’eau jusqu’à la ceinture dans le canal voûté de l’Agau, à avoir franchi les barreaux du Moulin de la Bouquerie, après les avoir sciés;
  • Li escambarla pour ceux qui avaient un pied dans le parti catholique et un autre dans le parti protestant.
  • Li mazetié pour les Nîmois qui allaient chaque dimanche dans leur mazet.