cat-right
Recent Comments
  • Geuljans Senior: Merci de votre commentaire. Il y a l’article Marcamau da...
  • Jacques Roillet: C'est également avec le sens de 'gradin cultivé' que j'ai en...
  • BÉNÉZET: J’ai cherché sur votre site « Marca-maou » que l’on peut tra...
  • Fabien: Merci d'avoir autant fouillé le sujet !...
  • Pèir: Gardon: petaire, peis blanc (?)...
  • Robert: Dommage de m’envoyer cette critique anonymement..Avez vous ...
Random Articles
Retirar Retirar, retira v.a. « donner asile » ou v.r. « se rétrécir ». Parmi les...
Roumégo "ronce"... Roumegá,  romega « couper des ronces »  (sur roumega fig. « maugréer, râler »...
Mateusalem Mateusalem « très vieux ». D’après la Bible, le patriarche Mathusalem...
Brouffade, broufado Broufade ou brouffade du provençal broufado d’après Wikipedia. Dans les...
Passièra, pansièire Passièra « barrage de rivière, digue; chaussée d’un moulin; écluse,...
Fricot Fricot signifie à Sète « une bonne opération,une bonne récolte, une pêche...

mentastre

Mentastrë « baume sauvage ». (Mentha arvensis L.)

On comprend sous le nom de mëntâstrë le pouliot ou la mente aquatique, dont l’infusion est un fébrifuge; le pouliot est aussi très bon pour tuer les vers des enfants. (Sauvages S1).

Etymologie: latin mentastrum « menthe sauvage », attesté chez Pline. les attestations dans le domaine galloroman sont très anciennes, de sorte qu’on peut supposer qu’il s’agit  d’un mot indigène et non pas d’un emprunt. FEW VI/1, p.731

Mentha_arvensis_2005.08.28_09.49.00 Mentha arvensis L.

Mento « baume des jardins ou simplement baume, et non mente qui se dit des autres espèces de ce genre qui croissent dans les champs ». Il y a deux sortes de baumes, celui qui est à feuilles rougeâtres qui a une odeur de basilique et qu’on met dans les salades; l’autre espèce est le baume ordinaire qui a une odeur très suave. (Sauvages S1), et Solerius en 1549:

menta_Solerius

menthapulegiummentha pulegium L. pouliot

Etymologie : latin menta « menthe ».  La graphie avec –h- date du XVIe siècle, pour rapprocher la langue française de la langue grecque : μινθη  et compliquer l’orthographe.  Le latin et le grec ont repris ce nom  à une population non-indoeuropéenne qui vivait autour de la Méditerranée.FEW VI/1,p.730  Le même  mot se retrouve dans toutes les langues romanes et dans beaucoup de langues germaniques.

Les moteurs de recherche sont tellement pollués par la publicité pour toutes sortes de médicaments à base de menthe, que j’ai dû avoir recours à RollandFlore vol IX p.41 pour savoir quelle espèce de menthe est le « baume des jardins ». Il s’agit de la mentha sativa L. qui s’appelle maintenant mentha verticillata:

mentha verticillata

mentha verticillata

Pour terminer une tradition gardoise, tirée du Rolland Flore:

MentoGardRlFl9

Gamá, gamat ‘goîtreux’

Gamá « goîtreux »; il est formé de gâmo « goître » écrit l’abbé de Sauvages (1756). Pour lui le mot gamá s’applique principalement aux pauvres Savoyards qui en hiver boivent de l’eau de neige; les Paysans des hautes montagnes languedociennes qui font pareil, ne souffrent pas de cette maladie.  Il n’y a que les femmes qui en souffrent. Dans la deuxième édition cette remarque est supprimée, mais il ajoute le verbe se gama « avoir quelque langueur ».  Dans le style familier on dit à quelqu’un en désignant quelque chose qu’on ne veut pas lui donner  të gamera pa « tu n’en tâteras pas ».

A ne pas confondre avec  gamas  « taillis ».

Le mot courant pour goitre, goitreux en occitan est gavach.

Etymologie. Le FEW (FEW XVII, 497) a rangé une grande famille de mots dans l’article   wamba « panse, gros ventre », un mot gotique ou ancien francique,  wampe en allemand moderne « fanon; gros ventre en langage familier ».   Gamo et les dérivés comme gamat, vamà, bomàt (Aveyron) désignent toutes sortes de maladies; la définition la pus fréquente dans les dictionnaires est « cachétique » et « cachexie », définie par le TLF comme « État caractérisé par une maigreur extrême et une atteinte grave de l’état général« .   (Jetez un coup d’œil sur l’article du FEW !).  Dans le commentaire von Wartburg  résume les différentes propositions étymologiques faites par Ronjat, Dauzat et d’autres.

gama

esquisso ‘ébauche’

Esquisso  ‘ébauche, premier crayon d’un ouvrage » (Marseille, Achard C.-F) a bien sûr la même étymologie que le mot français.  J’y reviens parce que cette histoire mérite de une place à part. Elle était un peu perdue dans  l’article esquicher, mot occitan que tout le monde connaît.

Dans les parlers italiens, occitans et catalans  existe une grande famille de mots qui ont tous comme origine une onomatopée skits, skitš qui imite  le bruit que fait un liquide quand on le fait sortir par pression1. Pour le riche développement de ce mot voir l’article esquicher.

A cette famille appartient le mot italien schizzare qui signifie « faire jaillir un liquide sous pression » et le substantif schizzo qui désigne cette action. . Schizzo signifie également « la tache qui naît en faisant jaillir un liquide ». Puis  au XVIe siècle   Giorgio Vassari2  peintre, architecte et écrivain  utilise schizzo  avec  le sens « premier plan d’un ouvrage d’architecture ».

A cette époque la langue italienne jouait en France le rôle que l’anglais joue de nos jours. La première fois que le mot apparaît en français c’est sous la forme esquiche « premier plan d’un ouvrage d’architecture » en 1567, ensuite c’est  esquisse depuis 1611 dans le dictionnaire de Cotgrave, qui donne quand-même le verbe « esquicher » pour « tracer le premier plan etc. ». Le sens du mot s’est généralisé en passant dans les autres arts plastiques, dans la littérature et enfin   depuis la deuxième moitié du XIXe siècle esquisse devient pratiquement synonyme de « ébauche ».

esquissoesquisso ?

Plusieurs dictionnaires proposent schedium comme étymologie, mais von Wartburg écrit que cela est peu probable sinon impossible  pour des raisons d’ordre phonétique. FEW XII, 6

 

  1.   En allemand il y a le verbe spritzen qui a exactement le même sens.
  2. « Le vite de’ piu eccelente architetti, pittori e scultori italiani »  1550

paoumoulo, poumélo

Pamoûlo « escourgeon ou paumelle, espèce d’orge à deux rangs de barbes dont le grain sert pour les tisannes d’orge et pour faire de la bière » « (S 1756).  Etymologie : latin palmŭla « petit palmier », mais le mot n’a survécu dans les langues romanes qu’avec le sens « paumelle ». Le nom botanique est Hordeum distichum (L.).

pamoulo

pamoulo

La première attestation vient de la région nîmoise  palmola, XIIe siècle.  Dans les parlers occitans modernes nous trouvons plusieurs variantes comme paoumoulo, paoumouro (Marseille), palmoulo, etc. en provençal et en languedocien. En gascon et en limousin c’est le type balearicus > bailharc, balhart et balharga qui domine1 (FEW I, 214). Cette répartition géographique qui existait déjà au moyen âge s’explique par le fait que l’orge espagnol avait depuis l’Antiquité une excellente renommée. Pline parle de l’orge de Cartagena2

Les recherches archéologiques ont montré que l’Hordeum distichum  était inconnu dans le Nord de l’Europe. Il n’y a été introduit que beaucoup plus tard. Le nom français paumelle ne date que du XVIe siècle et a été emprunté au provençal ou le languedocien, avec une adaptation:  la finale –oulo étant pris pour un diminutif a été transformée en –elle.

Cette forme française paumelle a d’ailleurs influencé dans certains endroits le nom local, comme par exemple à Valleraugue (Gard) poumélo.
FEW VII, 517

  1. Ce mot a été emprunté par l’anglais barley, d’après le FEW, mais le Online Etymology Dictionary  cite un ancien anglais baerlic  adjectif  « d’orge » , dérivé de bare « orge ».
  2. La ville catalane dont le nom a été donné à la cartagène.

bourdoulaigo ‘pourpier’

Bourdoulaigo ‘pourpier’ vient du latin pŏrtŭlāca « pourpier ». L’abbé de Sauvages le nomme pourtoulaigo  et il y a quelques autres attestations de cette forme en languedocien depuis 1549,chez Solerius1 :

portulacaSolerius

mais ailleurs en occitan ce sont des formes avec sonorisation de l’initiale bourtoulaigo, bourdoulaigo qui dominent2. Cette forme se retrouve en catalan berdolaga, espagnol verdolaga et portugais beldroega.
Des formes italiennes et allemandes se trouvent dans le commentaire du FEW IX,226-227

Dans le Nord du domaine galloroman  c’est porcelaine et pourpier qui dominent.

bourdoulaigo

bourdoulaigo comestible

Voir RollandFlore vol.VI,p.55-56 pour plus de noms.  J’en prélève le pes pulli littéralement « pied de poule » qu’on trouve dans des textes en latin médiéval et qui est conservé en ancien français poulpied, poullepied devenu pourpier en français moderne. Dans des cas pareils on ne peut savoir si le texte latin est une simple traduction du français ou l’inverse.

  1. Cf. mon article barigoulo à propose de cet auteur provençal
  2. L’abbé ajoute que le pourpier sauvage est astringeant & raffraichissant; on le met infuser dans les bouillons pour les pertes & pour les inflammations d’entrailles

gerbo baude ‘fête’

Gerbo baude . Etymologie germanique bald « hardi ».

A La Rochette

La Gerbaude à  La Rochette

Un visiteur m’écrit:

BAUDE – : de l’ancien français « baud » = joyeux – ardent, (a rapprocher aussi de Ebaudir).
Origine probable de la mythologie Balte.
Du dieu LAUKOSARGAS, gardien des champs et protecteur du blé, auquel il convenait d\'offrir la dernière gerbe fauchée.

Normalement la « Gerbe baude » est le nom de la fête qui termine les moissons.
Les gros travaux des champs étaient faits en commun avec l’aide de tous les habitants du village. A la fin des moissons, si tout s’était bien passé, on hissait la dernière gerbe du dernier gerbier au sommet de celui-ci. C’était l’offrande au ciel, de la gerbe la plus belle et la plus grosse en guise de remerciement pour sa protection.
Il est probable que dans les temps anciens, la gerbe dernière était brûlée sur un autel et devenait ainsi cette gerbe ardente, à la fois gerbe d’or et gerbe joyeuse qui assurait la bienveillance des dieux.
Cérémonie païenne à l’origine, la tradition s’est maintenue au fil du temps et s’est transformée en fête religieuse avec la bénédiction des blés puis en fête populaire pour marquer la fin des moissons.
Avec la mécanisation et dans certaines régions où le blé ne représente qu’une culture minoritaire, la fête de la gerbe « baude » s’est déplacée vers d\’autres saisons et d’autres gros travaux. Dans les pays de vignes, par exemple, la gerbe baude (dite aussi gerbaude) sanctionne la fin des vendanges. C’est l’occasion de réunir tous les participants autour d’une table bien remplie avant la dispersion des ouvriers saisonniers.

Dans l’article *bald- « hardi » du FEW XV/1,30 je trouve le paragraphe suivant:

Gerbo_baudeFEW

Le message de mon visiteur m’a suggéré de chercher aussi la combinaison de deux mots gerbaude dans le FEW et en effet dans le volume XVI,p.14 je vois que l’extension géographique est bien plus importante, elle va de Nantes jusqu’à Villefranche-de-Rouergue:

FEW XVI,14 garba

FEW XVI,14 garba

Le mot gerbe est aussi d’origine germanique.
L’étymologie de ce baude est la même que celle de baudo « grosse pierre », mais les deux significations sont tellement éloignées l’une de l’autre que la gerbe baude mérite cet article à part.  Les noms de rue  de la Baude, que j’ai trouvés  à Saint-André-d’Apchon (42370), à Rochefort sur mer (17300), à Sainte Colombe (77650) et à Albi doivent être étudiés de plus près. Il me semble même probable qu’il faudra les rattacher à ce sens de « fête de moisson » et non pas à baudo « grosse pierre ».   A Manduel dans le Gard par contre il n’y a pas de culture de blé, c’est un village vinicole et la Baude y est un pont ou une rivière ou autre chose.
Aujourd’hui je reçois un message de M.Honoré de Saint Amans de Pellagal dans le Quercy qui m’écrit :
Dans mon village, Saint Amans de Pellagal, se trouvent quatre lieux-dits comportant le mot Baoudo qui a été traduit par Baude, dont Tuquo de Baoudo, lieu d’une ancienne motte castrale. Mes recherches vont dans le même sens que les vôtres et m’amènent à cette conclusion : La jierbo baoudo ou garbo baoudo  (la gerbe joyeuse) est la traditionnelle fête et le régal (repas) offert à la fin de la moisson. La francisation donne baude qui a donné s’esbaudir « rire, s’amuser ». Mais pourquoi appeler ainsi cette « colline de la joie »? Peut-être parce que c’est sur cette éminence que se déroulait la fête païenne où il était d’usage dans certaines régions de brûler la dernière gerbe récoltée sur un autel.
J’en suis arrivé à cette conclusion en consultant une ancienne chronique locale du début du XVIIème siècle, parlant d’anciennes traditions, traduite par un habitant.
Je vous remercie infiniment de partager vos connaissances dans votre page.
Cela fait énormément plaisir, une réaction comme celle-ci.

Voir aussi l’article Baude nom d’une rue à Manduel

Bertoul ‘panier cévenol’

Bertoul « cueilloir »  s.m. « petit panier à anse tissu d’osier ou d’éclisse, qui sert à cueillir les fruits et à ramasser les châtaignes » (S1, 1756). Etymologie latin   vĕrtĭbŭlum « vertèbre, colonne vertébrale » », qui en galloroman a subi un changement de suffixe et est devenu vĕrtŭbŭlum, qu’on retrouve en catalan bertrol, bestrol  qui désigne « une sorte de filet avec des cerceaux comme armature »(source).  En Italie et dans l’ouest-languedocien il y a des formes qui reposent sur une autre formation, vĕrtŭbĕllumbertovello, bertoello en italien,  bertouel en languedocien.   FEW XIV, 321

Le mot bertoul semble vivant. Dans le site consacré à Ispagnac je trouve des spécifications:

En Lozère il y en a deux : les Cévennes qui fabrique le bertoul panier avec des bridoules, tresses de chataignier. L’autre partie qui produit une vannerie en côtes de chataignier et en tresses d’amarines et de viorne. La paille de seigle sert à fabriquer des paillassous et la paille jaune de blé était utilisée pour les ruchettes . Ces deux pailles sont encore utilisées pour le rempaillage des chaises.

bertoulIl y a aussi des photos sur le procédé et des adresses de stages de vanneries.

Le même étymon avec le suffixe –ibella  > vĕrtĭbĕlla pris pour un féminin a pris des sens techniques comme  en ancien occitan bartavela « loquet », en dauphinois bartavè « claquet du moulin » = Petite latte qui est sur la trémie d’un moulin et qui bat continuellement avec bruit. Dans le site du village Sailhan j’ai trouvé la description et des images du claquet:

IF    IF

Dans les moulins de montagne, l’auget ou claquet avait autrefois une forme de sabot, « l’esclop ». L’auget se termine par une sculpture de tête de cheval : « eth cabalet », c’est la note artistique du moulin. Le cheval était l’animal que l’on rencontrait le plus souvent au moulin. Une pièce verticale, le cornillet ou quenouille, tourne en même temps que la meule. Ce mouvement agite le cheval qui – en raison de la forme octogonale du cornillet – vient taper régulièrement sur ce dernier et permet au grain de s’écouler dans le trou central de la meule tournante , l’œillard.

Le bruit que fait le claquet est à l’origine du sens « bavard, personne qui parle beaucoup » à Briançon , Barcelonnette et ailleurs de bartavel, bartaveou, bartavela.  Une évolution comparable  dans le verbe cascalhar ou barjà. Cette évolution sémantique est d’ailleurs international : angl. chatter, chat , Oc., fr.régional casquailler, latin *quassicare, esp. cascar, d. Klatsch, Quatsch, plappern, dreschen, nl. kletsen, flamand klappen le sens qui est à la base de tous ces verbes  est « faire un bruit répétitif ».

Bartavela « perdrix rouge » à cause de ses cris, a même réussi à monter dans le dictionnaire de l’Académie  en 1740.

 

 

« verveux’ panier en osier de forme conique » d’après les dictionnaires patois.

Escoussieres à Mirepoix

Christine Belcikowski , autrefois La dormeuse  est revenu à son cher Compoix de Mirepoix:

J’ai cherché à localiser dans Mirepoix cette « maison avec chartreuse et jardin contigu, le long de la promenade du nord anciennement appelée les Escoussières, confrontant en corps de levant les héritiers Estupui, de midi la dite promenade, du couchant Victor Commelera, d’aquilon rue dite de la Tinité ». La promenade du nord, aussi appelée promenade Saint-Antoine, c’est l’actuel cours du Colonel Petitpied. La rue de la Trinité, c’est aujourd’hui la rue Vidal-Lablache.

En 2017 je reçois d’Alain Marmion nous fournit les compléments d’information1 et un lien vers son blog dans lequel il nous fournit un plan de la ville de Mirepoix établi d’après les données du compoix de 1661. http://aline.marmion.free.fr/mirepoix_terrier.htm Allez-y !

Il y a des années qu’elle m’a demandé de chercher l’étymologie du nom Escoussières, mais n’ayant rien trouvé, j’ai abandonné, mais j’ai gardé quelques images: EscossierePhoto  escossieresMirepoix escossieresMirepoixP

J’avais trouvé 2 autres attestations, une dans le site Le Patrimoine bâti du  vendredi 6 janvier 2006, par Geneviève Durand sur Clermon-le-Fort, qui écrit:

La cour du Fort et son puits

Un très petit nombre de maisons ont aujourd’hui une porte s’ouvrant dans cette cour. Mais cela devait être très différent lorsqu’une muraille les enserrait : il y avait toujours un espace, l’escoussière, entre la muraille et les maisons qui devaient alors s’ouvrir vers la cour intérieure. Le puits, avec la corde enroulée sur le tour, a servi jusque dans les années soixante. Il a plus de 20 m de profondeur.

et la deuxième intitulé « Un siècle d’administration communale  à Aucamville (Tarn et Garonne ») d’après les comptes consulaires (1346-1446), par F. Galabert et publié dans les Annales du Midi de 1908, pp.313-350 . A la p. 320 il écrit:

Les auvents construits, il fallut, un peu plus tard, s’occuper des escossières ou chemins de ronde que l’on répara durant plusieurs années. Cela coûta 5 moutons d’or en 1435,4 moutons d’or et 4 pegas de vin en 1441. On verra par les citations ci-dessous que ces chemins de ronde étaient couverts :

Item fesem repara xiiii brassas he xvii de las cossieras que héron casudas… he costeron de la ma des maistres v escutz d’aur, 1435 (f» 8).

Cette graphie, cossiera  un endroit couvert, permet de supposer par exemple qu’il servait à écosser les légumes (cossier « tiges et cosses sèches de pois » de cochlea « escargot; cosse ») FEW II,826b;

Le FEW range ce groupe de mots dans l’article cursus  FEW II, 1576

Pourtant le plus probable me semble être le latin excussorius « qui sert à battre et enlever », bref le « fléau », qui dans l’Aveyron a abouti à escoussouyro « aire », attesté depuis 1514 et à Barcelonnette à escoussouiro « chacune des planchettes mobiles qui forment le devant du coffre à grains ».

Excussorius  a pratiquement disparu des parlers galloromans et a été remplacé par fleau, mais le verbe excuter avec le sens « battre le blé » s’est maintenu dans beaucoup d’endroits. En ancien occitan escodre, eyscoyre , en occitan moderne escoudre, escoure toujours « battre le blé ».  FEW III, 286 ss.

Tout à fait au nord du domaine galloroman, en wallon, le mot escoussière existe également et là il désigne une meule spéciale dans les moulins pour l’épeautre, décrite ainsi:

Le grain était conservé dans ses enveloppes. La présence d’enveloppes tenaces autour du grain constituerait une protection contre les déprédations (oiseaux et charançons) et protégerait le grain contre les micro-champignons lors des conditions défavorables à la germination. Dans la zone de culture de l’épeautre en Belgique, les moulins à moudre les céréales possédaient un équipement particulier destiné à décortiquer l’épeautre, c’est-à-dire à débarrasser le grain de ses enveloppes, avant de le broyer1. Les moulins possédaient en général trois meules dont une servait uniquement à monder la céréale. Les parties travaillantes étaient des meules grossières, fortement trouées et plus écartées que celles destinées à moudre la farine. Les moulins que nous avons pu encore visiter possédaient des meules provenant du célèbre centre de production de pierres meulières de La Ferte -sous -Jouarre en France. Cette meule spéciale portait un nom particulier : l’esqueure  (charte de Nismes 1451), ou plus récemment l’escoussière  (enquêtes). (http://civilisations.revues.org/1425#tocto2n2)

Ces meules faisaient donc le travail pour lequel on utilisait  le fléau pour les autres céréales.  L’étymologie est donc probablement  la même.

  1. Dans le glossaire de langue romane (google book) p508, on peut lire :
    ESCOUSSIEIROS Remparts d’une ville sur lequel on se promène,
    ESCOUSSOUR Fléau à battre le blé
    2) concernant les propriétés du compoix de Mirepoix de 1766, tout est en ligne sur le site des AD09. Le livre 1, débute par un index alphabétique des propriétaires, avec un fol de renvoi. Sur le fol on trouve les biens tenus, avec pour chaque un numéro de parcelle qui renvoie au plan terrier également en ligne… Il n’y a donc aucune difficulté à localiser le bien d’une personne.
    3) Les escossières n’existaient plus en 1766, elles sont utilisées comme confronts dans le compoix de 1675, qui est en ligne mais sans plan. Pour la ville, j’ai donc réalisé un plan terrier de 1675, à voir en ligne sur mon site.