cat-right
Recent Comments
  • Jean Siol: Sur un ancien chemin qui semble avoir été une importante voi...
  • Timoner: à Foish (Foix, Ariège), il y avait un terrain de rugby qui s...
  • Prudhomme jean-françois: j'ai une propriété dans le Var, a Bras , qui s'appelle Anade...
  • Hallouin: "J'ai le pan" expression utilisée par les enfants au jeu de ...
  • Bourdouze: Hiers je suis passé par un quartier ou les maisons datent de...
  • bourdouze: Hiers je suis passé par un quartier ou les maisons datent de...
Random Articles
aniar, anizar aniar, anizar « nicher, faire son nid, couver » voir l’article fournia...
Podar Podar, pouda  « tailler, tailler la vigne; trancher, élaguer ». Etymologie :...
Agreu, grefuèlh  Agreu,  grefuèlh « houx » vient du latin acrifolium « houx ». La première...
Mats, mait, meit "pé... Mats, mait, meit « pétrin » nous vient du grec  μαγις , μαγίδος «pâte, sorte...
Afenassar Affenacé « ensemencé en pré » dans le Compoix de Valleraugue 1625: Pièce du...
Armas armas « terre inculte » voir Herm

Brègue ‘baiser amoureux’

Brègue ‘baiser amoureux, french kiss » et le verbe brèguer  « embrasser sur la bouche avec la langue »  est courant à Sète d’après Raymond Covès, Sète à dire.Montpellier, 1995.  L’extension géographique et sémantique du mot semble bien plus importante  que je ne l’ai décrite dans mon article brega, brego ‘lèvre » et barjà ‘bavarder’.

 

Agachar ‘regarder’

Agachar « regarder attentivement, guetter, épier ». L’étymologie est composé du préfixe ad- et un verbe dérivé du francique *wahta« sentinelle, homme qui fait le guet », conservé également en allemand die Wacht  « la sentinelle »,en anglais to watch « être alerte, regarder attentivement », néerlandais wacht « sentinelle ».  1

Nombreuses attestations en ancien occitan dans le Dictionnaire de l’Occitan Médiéval  s.v. agachar et dérivés comme agachonar «  pourvoir une borne de témoins » une activité du géomètre « arpenteur »  comme Bertrand BOISSET. Voir mon  article canna.

agachon canadien

agachon canadien

La langue s’adapte toujours au besoin des utilisateurs. R.Covès signale dans son Sète à dire le mot sétois agachon « cabanon de chasseur », qui dans l’expression chasser en agachon signifie « chasser en apnée au fond de l’eau en attendant le passage d’un poisson à portée de fusil ».

en agachon

en agachon

Agacho signifie aussi « baliveau » en provençal d’après Thomas dans Romania 41, p.61  que je copie ci-dessous pour montrer que les linguistes ont lutté  après la réforme proposée par P.Meyer en 1905 (! ) pour une simplification  de l’orthographe. (Lien directe vers son rapport). Une lutte hélas perdue,  qui coûte au moins un an d’études  à tous les Français, avec les résultats qu’on sait.

agachoRomania41_61

 

  1. FEW XVII, 451-457, agachar p.456

Abraser ‘brûler’

Abraser « foncer en parlant d’un chauffard;  mettre le paquet, insister (au sujet d’une femme);  brûler  (en parlant d’un alcool, du piment). »   Raymond Covès, Sète à dire. Montpellier, 1995 suggère l’étymologie abrasif et traduit  « cogner » en parlant d’un alcool, mais l’occitan abrasar vient d’une racine germanique *bras « charbon ardent », que nous retrouvons dans toutes les langue romanes, à l’exception du roumain. Il est vrai que l’élément *bras ne se trouve que dans les langues scandinaves, mais l’ancienneté des attestations dans les langues romanes, permet de supposer qu’il a aussi existé en gotique. FEW XV/1, 257

Le composé abrazar signifie en ancien occitan  « remplir d’ardeur » : Dinz el cor me nais la flama / Q’eis per la boch’ en chantan, / Don domnas e druz abrasou « brûler d’ardeur »:  Abrazar e cremar / Mi fai cum fuecs carbo. (Voir les très nombreux exemples dans le Dictionnaire de l’Occitan Médiéval.) Le deuxième sens donné par Covès  « mettre le paquet »  « Vas y, abrase cousi! » montre que l’ardeur des troubadours est toujours vivante à Sète.

abrase_troubadours

Est-ce que Gustav Klimt a connu cette miniature ?

le-baiser-de-klimt

Le dernier troubadour de Sète a chanté Les amoureux des bancs publiques

amoureux_des_Bancs

En occitan moderne abrasa a surtout le sens concret « mettre des braises, embraser » ( Mistral).  D’après  Covès il est vivant dans le français régional  à Sète et environs, avec des emplois figurés originaux, qui s’expliquent tous à partir de la notion « embraser, mettre le feu ». Le sens concret « brûler » se retrouve dans le dernier exemple de Covès :

Aouf. Il abrase  quicon, ce cognac !

apiastro ‘renoncule scélérate’

Apiastro « renoncule scélérate ». Apiastro est un dérivé de apium « céleri »  devenu api, lapi en occitan. . D’après Rolland Flore le nom  apiastrum  est déjà attesté chez Pline, mais je ne l’ai retrouvé dans aucun dictionnaire latin. Dans mon article api « céleri », j’ai ajouté un paragraphe sur l’apiastro  copié  partiellement de Wikipedia:

 L’auteur de l’article Wikipedia écrit : « La plante était connue au Moyen Âge comme « Céleri du rire » car son ingestion provoquait un rictus sur le visage de la personne empoisonnée. », mais je ne l’ai pas retrouvé dans les articles en allemand ou néerlandais qui disent que son ingestion rend gravement malade. Par contre frotter la peau avec le lait de cette plante provoque des ampoules, un moyen pour les mendiants pour se faire prendre en pitié.

apiostra

apiostra

Ayant fait quelques recherches sur le nom céleri j’ai découvert que ce mot n’a été introduit en français qu’au XVe siècle (CNRTL céleri). En réalité elle s’appelait  ris sardonien  ou l’ (h)ache riante :

Extrait de: Grévin JacquesDeux livres des venins , ausquels il est amplement discouru des bestes venimeuses, thériaques, poisons & contre-poisons, par Jacques Grévin,… Ensemble les oeuvres de Nicandre,… traduictes en vers françois., Anvers, Plantin, 1568. En ligne sur Gallica

Dans Rolland Flore populaire I, pp. 55-56  vous pouvez voir que le ranunculus sceleratus ne s’appelait nulle part « céléri du rire »., mais ache de ris, ache de risée, etc. ou avec un adjectif dérivé de  sardonia , comme  herbe sardonique, ache sardoine en français. Ache de ris doit être une abréviation de ache de ris sardonique, le ris sardonique est défini pour la première fois par Ambroise Patré  (XVIe s.) comme « un rire convulsif causé par une contraction des muscles du visage et qui donne à la bouche un caractère de moquerie méchante ». (FEW XI, 229).

D’après Rolland Flore I, p.57 passait cette plante autrefois pour causer des empoisonnements qui provoquaient un rire particulier, le rire sardonique.La Seyne  tronche d’àpi est une insulte, ce qui pourrait être une réminiscence du rire sardonique.

En ancien occitan est attesté le nom apiastro pour le « ranunculus sceleratus« ,  la renoncule scélérate ou renoncule à feuilles de céleri, en français.

 

 

Gara ‘croix de Malte’

Gara « tribulus terrestris » 1

Wikipedia :

Le Tribule terrestre (Tribulus terrestris L.), également appelé Croix-de-Malte, est une plante appartenant à la famille des Zygophyllacées, dont elle est l’un des rares représentants en Europe. Indigène en Méditerranée, …… Certains utilisent l’extrait de cette plante pour une stimulation de la production de testostérone, qui n’a jamais été démontrée scientifiquement. Le fruit porte des piquants suffisamment solides pour crever un pneu de vélo.

gara

gara

D’après Mistral, s.v. garo « croix de Malte » cette plante s’appelle aussi clavelado ou trauco-peirau. D’autres composés avec trauc-  noms de plantes dans l’Alibert, mais pas celui-ci.

Étymologie  de gara inconnue.

D’après Solerius il y a 2 sortes de tribulus: le tribulus palustris, inconnu des officines et appelée « chastaigne d’eau » par les Gaulois; et le tribulus terrestris , la chauchetrappe des Gaulois; en Provence (litt.  » dans notre région ») caucotreppo  ou autuolo.

Solerius_TribulusEn ce qui concerne  l’étymologie de chausse trappe ou  caucotreppo voir le FEW II, 65 ou le CNRTL.

  1. Flore de Montpellier ou analyse descriptive des plantes vasculaires de l’Hérault par H. Loret et A/ Barandon, Seconde édition revue et corrigée par Henri Loret. Montpellier, Paris,1888.

Pradet de Ganges, un reboussier

Ceci est un article d’Histoire Littéraire.

Un  dicton que j’ai appris il y a des années à Valleraugue où j’ai fait des enrigistrements disait: Reboussié coumo Prodet de Gangjé : « sa femme s’étant noyée, Pradet de Ganges remontait le cours de l’eau pour la chercher ».

Fenno negado

Fenno negado

En cherchant des attestations de rachalan « ouvrier agricole à Nîmes », j’ai trouvé dans  les Poésies en patois limousin: édition philologique complétement refondue pour … Par Emile M. Ruben. Paris, 1866. la fable de la Femme noyée, racontée en patois nîmois par un poète inconnu, que vous retrouvez ci-dessous:

Fenno negadoIl s’agit d’un extrait de ; Bourbouyado

 

L’origine de cette fable remonte très loin, mais la version  et l’interprétation de Valleraugue est à l’opposé de la version originale: un reboussier.   Si vous voulez en savoir plus de celle de La Fontaine., il y a par exemple :

La FontaineLa femme noyée (Explication de texte) –

www.litteratureetfrancais.com/article-la-fontaine-la-femmenoyee-explic…

19 mars 2012 – EXPLICATION DE TEXTE : LA FONTAINE, LA FEMME NOYEE INTRODUCTION Jean de La Fontaine a commencé à publier ses Fables en …

ou une dissertation !

Annalyse linéaire de la femme noyée – Etudier.com

www.etudier.com/dissertations/Annalyse…FemmeNoyée/325848.html

La femme noyée » de Jean De La Fontaine (1621-1695) 1. … Dans la fable « La femme noyée », on distingue 3 mouvements principaux : – Les vers 1 à 8 …

Baude, rue de la -, Manduel

Rue de la Baude à Manduel
Mon informateur sur l’histoire de Manduel (Gard) m’ écrit à ma demande d’informations:

« A l’origine, d’au plus loin que je me souvienne, on ne parlait pas du quartier ou de la rue de la Baude. Cette rue n’existait pas mais il y avait le « pont de la Baude« , sur lequel la rue de Bellegarde enjambait ce ruisseau. Ce pont était l’entrée du village où se trouvait à droite l’usine à éther et à gauche l’hôpital et sa chapelle, où se trouvent maintenant les Services techniques. Dans le cadastre de 1809 la rue de Bellegarde s’appelle Rue du Pont de la Baude.

Manduel n’est pas le seul village avec une rue de la Baude. Le même nom existe à Saint-André-d’Apchon (42370), à Rochefort sur mer (17300), à Sainte Colombe (77650) et à Albi.

Après de longues recherches je suis enfin tombé sur une source fiable avec plusieurs attestations, le Glossaire Nautique :

« Bauda, baude, baudo, bando, bòudo, baoude, booudo s.f. (lat. validus). 1415: « …barcam munitam… I° librino et Ia bauda… Archives Dép. BdR. 351 E 142 f°74v°. 1758: « …les battudaire calleront sans signal et sans fer ou baude… » A.D. BdR. 250 E 5231. 1878-86: cablière, pierre qui sert à fixer l’extrémité d’un filet au fond de la mer. V. peirrau. F. M. L. A. 1973: grosse pierre où l’on a ménagé une cannelure qui en fait le tour et dans laquelle passe un cordage; pierre ou gueuse tenant lieu de grappin. Meffre. »

Bauda ne vient pas du latin validus, mais du germanique *bald « hardi, joyeux », attesté en ancien français et en ancien occitan. Comme substantif baut, baud désigne en moyen français « un chien qui ne chasse que le cerf », mais dans le Sud de la France nous trouvons les deux variantes du sens du mot germanique. A Grenoble une bauda est une « bourde, plaisanterie », à Puisserguier baudo est la « joie ». En provençal la báoudo est une »pierre attachée à une nasse », à Nice aussi. Dans le Val d’Aran la báwda est la »barre horizontale qu’on fixe à la porte de la maison pour l’assurer ».A Mende la baudo désigne la « grosse cloche ». Tous ces sens se rattachent à la notion « fort, grand ».  Nous retrouvons de sens « grosse pierre » dans des dictionnaires français de la fin du XVIIe siècle:  baudes désigne les « pierres qu’on attache aux filets des madragues » ou « la cablière où l’on fixe les filets ». Ce terme de pêcheur est certainement emprunté à l’occitan.

En ce qui concerne le Pont de la Baude, ll faudrait faire des fouilles archéologiques pour savoir quelle type de baude s’y trouve …

FEW XV/1,30 du germanique *bald

Rachalan

Inspiré par une visite de la Combe des Bourguignons  à Marguerittes, j’ai cherché l’étymologie de rachalan.

Wikipedia :

La « combe des Bourguignons » : Le 2 août 1989, un violent incendie ravageait les collines dominant Marguerittes au nord, mettant au jour d’anciens enclos agricoles, avec leur cabane et murs en pierre sèche, édifiés par les petites gens de Marguerittes (ou rachalans) au lieu-dit « la combe des Bourguignons ». Les ouvrages, bâtis à l’aide du matériau calcaire extrait du sol, ont été restaurés tandis que certaines parcelles étaient replantées de vignes et d’oliviers comme autrefois. Depuis 2002, un parcours d’interprétation, long de 1,9 kilomètre, fait découvrir ce qu’était la vie dans la garrigue. Un conservatoire variétal permet également de mieux connaître l’olivier3,4.

Un extrait du site http://www.nemausensis.com/

Le Rachalan  (lien vers la page)
A l’époque où, sous l’impulsion particulière des tisserands, la Garrigue se transforma, de nombreux terrains, incultes jusqu’alors se couvrirent de vignes, d’olivettes, d’amandiers et d’une flore toute nouvelle. Pour mettre ces terrains en culture et les entretenir, terrains dont beaucoup aujourd’hui sont retournés à l’état d’inculte, Nîmes eut alors un type local, devenu introuvable de nos jours : le Rachalan.
Le Rachalan, en langage vulgaire lou racho ou travaiadou, était l’ouvrier agricole travaillant dans la Garrigue, cultivant un bout de champ à lui, soignant particulièrement ceux des autres et faisant les travaux de culture et d’entretien que ne pouvait faire le masetier lui-même, taffetassier, artisan ou bourgeois, occupé ailleurs.
A-dessus dou rache proprement dit, il y avait lou baile rachalan ou chef de colle, qui était un petit entrepreneur de travaux agricoles, ayant sous ses ordres trois ou quatre ouvriers, qu’il employait, concurremment avec lui, aux divers travaux de la Garrigue. La plupart des rachalans possédaient un âne, leur inséparable compagnon de travail : .. lou bechar sus l’espalo, la biasso au col, l’ase davan, lou rachalan camino ver la vigno ; … a écrit Bigot.

Cet âne constituait un véritable capital pour le travaiadou ; il portait un bât auquel on suspendait de chaque côté une banaste, servant à transporter dans les champs les outils du rachalan, le fumier et tout ce qui était nécessaire aux cultures, et à descendre en ville les récoltes diverses de la Garrigue : olives, raisins amandes, etc.
Quelquefois, en plus de son âne, le rachalan avait un chien loubet, ce qui était un luxe et lui valait le surnom de rachalan di double.
ait rachalan dé délai vivié dé soun traval et dé quaouqui soou, embé si fiyo, un ase et soun chin gardo-biasso-loubé qu’à l’oucasioun èro un paou chin de casso (Bigot : l’Ase et lou Chin).

Etymologie.

D’aorès E.Serran, Les masets nimois.  (Revue du Midi. Tome XXII, 1898, pp314-334) p.322 cité par Claude Achard :

Le rachalan est le cultivateur nîmois se rendant à son travail monté sur son âne. Dans l’idiome local rache signifie « âne »

Dans le Trésor de Mistral, les mots racho et racahalan sont bien présents, mais pas avec le sens âne:

RachalanMistralIl suggère une racine romane rascalau  et le sens serait alors « racler » , mais normalement le -s- est conservé dans cette famille de mots qui viennent d’une racine rasicare. Voir par exemple l’article rascar.  Voir aussi le verbe racher dans le CNRTL

 D’autres sobriquets pour les Nîmois dans l’article reboussier