cat-right
Recent Comments
  • Robert: Dommage de m’envoyer cette critique anonymement..Avez vous ...
  • tutino: Vous êtes camarguais ou espagnol ? le BOLSIN est une corrida...
  • jeanjean: Dans ma famille, j'ai toujours entendu dénommer "fartaile" l...
  • Covan: La réponse de paysan mdr...
  • Jean Pierre Michelet: J'ai découvert cette adresse par hasard et j'ai été très heu...
  • Aghja: Pas du tout ! Argues ou Arghes, Arghja ou Aghja en langue c...
Random Articles
Boutargo Voir Poutargo
Romb, roumb Romb, roumb, roun « turbot ». En grec rhombos et ensuite en latin rhombus...
coudoun ‘coing&rsqu... Coudoun « coing ».. L’étymologie serait un  cydōnĕum « coing » ou plutôt...
Peissala, peissaladiéra Peissala, peissaladiéra.  Voir l’extrait de Mistral. L’étymologie...
Calada, calade Calada, « une rue à galets en pente », qui peut aboutir à la Place de la...
Fan, efan Fan dans les expressions fan de chichourles (Lhubac = « exclamation...

chafre ‘pierre à aiguiser’

chafre ou acou « un carreau de dalle autrefois un Queux ‘pierre à aiguiser’ (Sauvages). Ce sens donné par l’abbé de Sauvages s’est conservé dans le Gard au moins jusqu’au  XXe siècle. D’après le FEW tsafre  a été donné dans plusieurs villages du Gard à Edmond pour l’Atlas linguistique de la France. Des attestations plus récentes, d’après le Thesoc  tsafre « pierre à aiguiser » à St Genies de Magloire  et chqfre dans l’Aveyron et la Lozère1.

Pierre a aiguiser Lombarde_23_cm

Pierre à aiguiser naturelle, elle est d’une couleur gris-bleue.

En ancien occitan le mot safre est attesté avec le sens « sablon pour colorer le verre ». Dans les patois modernes safre désigne toutes sortes de pierres,  de sable , de terre, de limon. Voici quelques exemples du FEW XI, 212:Safre_exemplesFEWSuivez le lien vers le FEW pour voir les autres significations !

L’étymologie est le grec  σάπφειρος (sáppheiros) et non pas le mot latin sappīrus ou saphīrus parce que en général la syllabe qui contient l’accent tonique est conservée à travers les siècles. En grec l’accent tonique se trouve sur le –ά-, et sáppheiros est devenu chafre,safre, mais en latin l’accent tonique tombe sur le –ī– , ce qui a donné saphir.

Manque de documents, on ne connaît pas (encore) comment le mot grec  σάπφειρος  devenu safre est arrivé dans la région parisienne, mais il est sûr qu’il est passé par la région de Marseille avant de passer au domaine d’oïl.

Il y a des saphirs  de couleur rose, jaune, violette et d’autres, mais la variété bleue est la plus connue. Inspiré probablement par sa couleur gris bleu on a donné le nom d’une pierre très dure à la pierre à aiguiser .

L’échelle de dureté relative des minéraux  et des pierres établie par Friedrich  Mohs date de 1812.   Le saphir est un corindon qui a la dureté 9 sur cette échelle,  ce qui veut dire que pour rayer un saphir il faut avoir un diamant,  la pierre la plus dure, dureté 10 sur cette échelle2.

En ancien français existait le mot safré ou  et ancien occitan safrat « orné de pierres précieuses, d’or etc. » On ne retrouve le mot safre qu’en moyen français en 1580 avec un sens très technique « oxyde de cobalt, qui mélangé avec du silex calciné sert à fabriquer le verre bleu ou l’émail bleu », et plus tard safre  devient le nom du verre fabriqué ainsi.

safre

  1. Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc oriental publié dans les années 1980
  2. Allez-voir le site de l’Atelier la Trouvaille si vous voulez en savoir plus. Mes fils Robert et Christophe ont une large gamme de matériel pour les géologue, les minéralogistes et les gemmologues. bandeau3

ratapenada ‘chauve-souris’

Un fidèle visiteur me signale que  ratepanada, ce joli nom de la chauve-souris, manque dans mon site. Je l’avais négligé parce que l’étymologie  semblait évidente. Erreur !

L’étymon ratt- n’est pas latin, ni grec, parce que les Romains et les Grecs ne connaissaient pas ces rongeurs.  Le nom rat- « rattus rattus » apparaît seulement depuis le VIIIe siècle dans des documents dans les langues européennes. Le gros rat brun, « rattus decumanus » ou « norvegicus » n’apparaît en Europe qu’au XVIIIe siècle. D’après le FEW on pense que le mot ratt imite le bruit qu’ils font quand ils rongent.

Les différences entre les 2 types d’après Wikipedia:

rattus rattus et rattus norvegicus

La deuxième partie du nom, penada signifie « plumée, ailée » et vient du latin pĭnna « plume; aile ».

Visualisez la localisation des noms de la chauve-souris avec  ALF carte 260  vous verrez une riche floraison de formes plus ou  moins locales.

FEW X,124 ratt- « rat »  et FEW VIII,527 pĭnna « plume; aile »

mécanique ‘frein’

Il y a une dizaine d’années avant les réglementations et quand les vide-greniers étaient encore des vrais marchés aux puces, je chinais des objets curieux  qui me plaisaient du point de vue « design » et j’en ai acheté plusieurs « machins, trucs ou bidules » dont les vendeurs ne connaissaient pas non plus l’utilité ni le nom:

mécanique2 mécanique1Pas mal comme sculpture, mais je n’avais aucune idée de sa fonction, jusqu’à ce que je l’ai proposé à la vente et qu’un connaisseur m’a éclairé « Mais c’est un mécanique », pour freiner; sur les charrettes ».

Le Trésor de la langue française le mentionne, mais il faut bien chercher dans un long article :

En partic., vieilli. ,,Mécanisme qui sert de frein à une voiture à cheval. Serrer la mécanique«  (Ac. 1935).

Il s’agit en effet d’un mot du XIXe siècle, qui était vieilli en 1935, mais reste connu par certains

Lucien Hergot a publié  dans LINX Année 1991 H-S 3 pp. 61-69    un article  intitulé Mécanique et Tavelle, deux éléments du vocabulaire hippomobile.

Il y donne des détails sur les expressions « serrer la mécanique », « enrayer » et  » frein, freiner ».  Il cite le FEW mais il l’a probablement mal lu, parce qu’il ne cite que quelques attestations. Voici l’ensemble des attestations dans le FEW VI/1, 568 colonne a

mecaniqueFEW61p568Etymologi: latin mechanicus « de machine », emprunté au grec.

 

terebellum FEW XIII/1, 234

baroulleur

Baroulleur « rôdailleur ». D’après Raymond Jourdan de Montagnac   cela « Se dit de quelqu’un qui vit de petits boulots saisonniers et de

Etymologie est le latin rotella « petite roue »; Voir les attestations dans FEW X, 504 à droite, qui donnent l’impression qu’il s’agit d’un groupe de mots plutôt provençal et franco-provençal. Montagnac est bien dans le Languedoc.

Voir l’article baroulàr.

Renebre ‘patience’ plante

Renebre « patience, espèce avec des racines jaunes » (R.Jourdan, Montagnac), rouzerbe « patience » (Sauvages1756 et 2e éd.)

rouzerbeS2L’Atlas linguistique de la France, ALF, donne la forme  ruzerge pour 2 villages du Gard.

D’après Wikipedia la patience sauvage est  la Rumex obtusifolius

Rumex_obtusifolius_Sturm48Pierre Larousse a repris des formes occitanes dans son  dictionnaire encyclopédique en 1875, mais elles ont disparu des éditions postérieures. J’ai l’impression qu’il connaissait Mistral qui mentionne le renèbre.

Le FEW X, 540 les range  dans l’article rudember, un mot latin qui n’est attesté qu’au XIe  siècle et qui signifie « glouteron ». L’auteur remarque d’ailleurs que cette famille  se trouve uniquement dans le domaine gallo-roman et qu’il est peut-être d’origine celtique, mais que pour le moment on n’a pas encore trouvé des relations.

Alibert a rassemblé des formes occitanes dans l’article rosembre, m. Patience (Rumex patientia) ; moutarde des champs, Don(= Donnezan)., Toul.  Var. rosèrgue, rosomet, rosonabre, roergue, roserbe, renebre, rosenabre, renible,rosomec, rosomet, Toul., roergàs. étym. B. L. rudember, du Gaul. reudo, rouge.

Je ne sais sur quoi est basé son étymologie gauloise. ??

 

matto ‘touffe’

Mato, matado  Matto  « touffe, fanes, bouquet, pied d’une plante; cépée de pousses sur le pied d’un arbre coupe » ‘touffe’ (Sauvages). Rayond Jourdan de Montagnac  excellent connaisseur du languedocien, l’utilise dans son autobiographie.   Cette famille de mots est enracinée autour de la Méditerranée occodentale, Italie, le Midi, Catalan,  Espagnol et Portugais et dans le berbere du Nord africain.

Cette répartition géographique et l’ancienneté des premières attestations permet selon von Wartburg (FEW VI/1, 505-507)  de supposer qu’il s’agit d’une racine préromane:*matta « touffe » .,

Au XIXe s. français mattes ‘banc de poissons, volée d’oiseaux ».

matado

 

taiolo, tayollo ‘ceinture’

Taiolo,  « ceinture ». Raymond Jourdan de Montagnac écrit tayollo : « Longue ceinture de flanelle » ; « De couleur bleue, beige ou rouge que les anciens portaient pour se protéger les reins ». Je l’ai rerouvé dans le Trésor de Mistral:

tayolloMistral

Le FEW y voit un dérivé de  l’ancien francique *thwahlja « essuie-mains, serviette », qui a abouti en ancien provençal à toalha « linge qui couvre l’autel; nappe ».  Cette forme toalha, toualha a été transformée  en taiolo sous l’influence du mot taille  au sens « niveau de la ceinture ». FEW XVII,409b  Var taiolo « ceinure »  + note 9 : wohl nach taille umgebildet.

L’histoire de cette famille de mots, attestée dansle Nord de la Gaule depuis le VIIIe siècle, est intéressante parce qu’il s’agit d’un mot et d’objet culturel qui est venu du Nord pour se répandre rapidement à partir du XIe siècle, vers le Midi et l’Italie et la peninsule ibérique. Pour en savoir plus, il faut

Ancien français toaille, touaille « morceau de tissu’  est passé à l’anglais towel ‘serviette.

Une famille de mots internationale, dont on trouve des membres jusqu’en Indonésie : pel « torchon », Papiamento dueila.

Coulabio ‘traquet motteux’

Coulabio, aubicou « Traquet motteux. »  Dans le lexique établi par GérardJourdan qui accompagne les précieux  cahiers autobiographiques de Raymond. Jourdan de Montagnac (34) se trouve le nom d’oiseau; Coulayo « Queue-blanche »  Oiseau passereau à bec fin et allongé qui nichait dans les talus. Surnom d’une guérisseuse.  « Traquet motteux. » Orthographié « coulàbio » par F. Mistral.

Composé cūlus « cul » avec albus « blanc » ou dans l’ordre inversé.  FEW XXIV, 308

Coulabio_FEW

FEW II,1507 le même oiseau s’appelle e.a. en moyen français « cul blanc ».

Coulabio_Oenanthe_oenanthe_01_II

Voir  traquet motteux de Wikipedia.