cat-right
Recent Comments
  • Raymond Delavigne: J'ai en Anjou le mot "bijane' "bisane") qui désigne une soup...
  • Robert: Bonjour Elisa, Merci beaucoup. Pourriez vous aller voit su...
  • MR FREDERIC OGER: Bonjour, Pouvez-vous me dire si ce terme de " ensuquer " ...
  • Elissa: A paris 17 Il y a une rue qui s appelai rue de la condamine...
  • Geuljans: Veuillez donner votre source et la signification. Merci ....
  • Pëire: Cluejat dins un volum d'Al canton...
Random Articles
Couquel Couquel « flocon, grumeau; petit enfant; femme mal mise »cf....
Pego Pego « poix »voir l’article  pegar
Bout Bout « tonneau; outre » est occitan et vient du latin populaire buttis « sorte...
Marran, marròt Marran, marro,marol « bélier » (M). Mot d’origine ibérique ou basque...
Cada Cada « chaque ». En ancien occitan existaient les expressions us cada us  » un...
Acabar Acabar, v.tr. et intr.  « finir » est dérivé du latin caput « tête » , et au...

Fourrupa, forrupa

Fourrupa, forrupa « humer, sucer, boire d’un trait (Gers), boire avec avidité » etc. et un fourrup une « gorgée » un mot occitan de l’ouest, à partir de Toulouse. En lisant l’introduction à l’oeuvre de Goudouli, j’ai trouvé la description que voici:

fourrupa dous poutets

D’autres formes avec h-, ch-, ou s- initiale. h- < f- est l’évolution régulière en gascon. ch- sous l’influence de l’espagnol. Ce groupe de mots a son correspondant en espagnol churrupear  » boire du vin en petite quantité en le dégustant » et il est probablement d‘origine onomatopéïque et imite le bruit de quelqu’un qui aspire en buvant. Le f- initial des formes occitanes provient peut-être de l’influence du verbe fourrá « faire entrer ». Voir encore Corominas 2,98
Néerlandais slurpen, allemand schlürfen, norvégien slurpe,, anglais slurp (verbe) signifient tous « boire en aspirant et faisant du bruit ». Anglais slurp subst. « an intake of food or drink with a noisy sucking sound ». Le bruit est essentiel! En français il n’y a pas de verbe qui décrit cette action. FEW XXI, 465b.
Mon amie catalane m’écrit : Je suis le petit « débordement « de bleu catalan dans ta carte, d’ où petites divergences. exemple ::on dit xarrupar pour « siroter, siffler ( boire) ». (x en catalan = [ch] français)

Voir l’article  chourler   « boire en aspirant » et le commentaire de Stéphane.

 

Armas

armas « terre inculte » voir Herm

Adermar, azermar, aermar

A(z)ermar, adermar signifie « rendre désert, dévaster, négliger » voir  Herme

Erme

èrme « désert » voir herme

Herm, erm

Herm, erm « friche, lande, désert » vient  du latin tardif eremus emprunté au grec erèmos « friche, désert ».

Le mot (h)erme a existé en français jusqu’au XVIIIe siècle. Il a dû exister dans le Nord, parce qu’il y des noms de lieu comme Ermier, mais les atttestations viennent surtout de l’occitan et du franco-provençal. Ancien occitan comme adjectif erm « solitaire, mélancholique » et comme substantif erm « terre inculte, lande » , languedocien hèrme « désert ». Avec le suffixe dépréciatif : ermas, armas « terre inculte ». D’autres dérivés ermetat, ermetas ermitura toujours avec le sens « terre inculte ». Ancien occitan a(z)ermar, adermar signifie « rendre désert, dévaster, négliger ». Il y a dû y avoir des confusions entre les ermitages où habitaient les ermites et les ermitats « terre incultes » de sorte que des noms de lieu ont changé de sens. Dans le Dictionnaire topographique du Gard j’ai trouvé deux toponymes qui désignent probablement des « terres incultes » . Il mentionne aussi Les Armas et les Hermasonnes à Jonquières-St-Vincent.

et

Un visiteur me donne l’information suivante : « J’ai retrouvé dans plusieurs courriers de mon arrière grand-père le terme de harmas pour designer une terre inculte (avec un H, et non armas). Je suis natif de la commune de Beauvoisin (au sud de Nimes) et mes grands parents y étaient aussi. …Le terme d’Harmas, pour mon grand père , et mon père aussi, était plutôt dans un sens de terre négligée, et non pas inculte.
La graphie avec ou sans H- est au choix. Il n’y a pas d’Académie occitane ni de ministère de la culture occitane. Anglais hermit, Néerlandais hermiet « ermite ».

Il y a à Sérignan-du-Comtat ( Vaucluse) , L’Harmas de Jean-Henri Fabre, un musée avec jardin botanique consacré à l’entomologiste et à ses travaux.. (Wikipedia)

Erm existe aussi en catalan erm, espagnol yermo, italien ermo et basque eremu « désert ».

Hérault

Hérault « Hérault », nom de rivière. Le nom de l’Hérault se rattacherait à la grande famille des rivières en Ar comme l’Ariège, l’Aar suisse ou encore l’ancien nom de la Saône, Arar.

La première attestation de Arauris vient de Strabon d’Amasée (Géographie, IV, 1, 6 source p.40), au début du Ier siècle.  Quelqu’un, (j’ai oublié qui ?) propose comme étymologie que  « Arauris, dérive vraisemblablement de Ar-Av-Aris , ce qui est presque trois fois le même radical.  »

Comme toutes les rivières des Cévennes sont aurifères , je ne serai pas étonné si l’élément -auris vient du latin aurum « or ».  La signification du nom Hérault serait alors « La rivière d’or ». L’orpaillage est pratiqué dans beaucoup d’endroits;  c’est une très intéressante occupation d’été pour de nombreux touristes  et leurs enfants.

 

Eh bordure du Gardon

Nonante

Nonante cf. huitante

Huitante

Huitante « quatre-vingts ». Que c’est simple de dire huitante et nonante au lieu de faire des calculs : 4 x 20 + 10 = 90.
Dans le domaine galloroman, ce ne sont que les régions restées plus ou moins longtemps hors de l’influence du français, c’est-à-dire du patois de l’Ile de France, qui ont pu garder le latin octoginta, comme la Suisse,  la vallée d’Aoste, le Québec et dans le domaine occitan les Cévennes et l’Ardèche.  Dans  Séguier2, qui date du  début 18e s.!, j’ai trouvé à la p.5 au recto: huitante , nonante et même milant pour « 1 million ». L’abbé de Sauvages écrit : « iuétanta : quatre vingt & non huitante ».  Il nous reste milanta « un grand nombre » dans Alibert s.v. mil .
Le dictionnaire Panoccitan propose uech 8, ochanta 80 et nonanta 90.