cat-right

fourniá, foronisar, denisar

Fourniá, foronisar, denisar « quitter le nid » est composé de foras (dehors) + nidus +are. La forme donné forgnar par Alibert n’est attestée nulle part d’après le FEW 7,122a-b., ce qui est confirmé par les données du Thesoc. Partout c’est foronisà, horoniza dans le Gers, frognar, fo(u)rniá, fourniá. Le verbe existe aussi dans le Bourbonnais, le Centre et le Berry.

Un jeune oiseau qui a quitté le nid s’appelle un fourniau (Marseille), un foronison (Toulouse, Tarn, Castres) ou un froniol (Cahors). Dans la Haute Provence , le Poitou et dans la Sologne le verbe a été renforcé par ex- : s’efforgner « quitter le nid; s’émanciper », qui existe aussi dans le Nord de l’Italie. Voir aussi l’article asirar  « se mettre en colère »  devenu  « abandonner le nid »  > « s’émanciper ».

A partir de nidus ont été formés aussi les verbes  déniar, denizar « dénicher, abandonner son nid » < de + nidare (Creuse, Dordogne) et aniar, anizar « nicher, faire son nid, couver » et s’aniar, s’anizar « se nicher » < ad + nidare.

Dans l’Aveyron le participe passé onià, oniqua, aniat a pris le sens  » affaibli par défaut de nourriture »; ce sens a dû naître sous l’influence d’un dérivé de nihil : (a)nequeriment « faiblesse par manque de nourriture » (FEW 7, 139b).

Toujours dans l’Aveyron on a créé le verbe desonisà « dénicher » < de + ad + nidare , dans la Corrèze désanià (Thesoc) .


prêts à  fournia, déniar, ou denizar.

Trido, trida

Trido, trida « draine, grosse grive ». La trido est   surtout connue des chasseurs. Les autres Français ne savent surtout que faute de grive on mange du merle.

Dans un glossaire anglosaxon- latin du VIIIe siècle est écrit : trita : drostle. ( anglais moderne throstle, thrush « grive »). L’auteur du glossaire a dû connaître le mot trita en Gaule, parce que ce nom pour la grive n’apparaît nulle part ailleurs. Trita est certainement d’origine onomatopéique.

Allumez vos haut-parleurs, regardez et écoutez!

En Gaule nous trouvons deux types: dans l’Ouest, de la Normandie jusqu’en Saintonge et dans le Berry le type trĭta qui a abouti à treie, traie, et en occitan le type trīta avec un ī long, qui a abouti à trida, trido, trio. Voir Thesoc « grive » et « draine » pour la répartition géographique

Serrar

Serrar « scier ». Les Romains disaient serra secare « couper avec la scie », qu’ils ont simplifié en serrare vers le IVe siècle.

Serrare est donc un dérivé de serra « scie », qui est conservé dans presque toutes les langues romanes : catalan,portugais, serra, espagnol sierra, et dans de nombreux dialectes italiens.

En italien et dans de nombreux dialectes galloromans serra « scie » a été remplacé par seca, un dérivé de secare « couper ». La raison de ce changement a été qu’une phrase comme « Va serrer la porte! «  pouvait avoir des résutats au moins surprenants, puisqu’il y avait également le verbe serrer « fermer » du latin populaire *serrare « fermer ». (TLF).

  ou

Serra « scie » est attesté en ancien occitan depuis le XIVe s., et même au XIIIe s. à Avignon avec le sens « faucille ». Dans l’ouest du domaine occitan c’est la forme sarro qui domine. Parfois le sens se spécifie, comme à Barcelonette seàra « scie de scieur de long ». Le dérivé sareto est « la scie à main ». Le verbe serrar, sarrer, qui a aussi vécu en moyen français (voir DMF) se trouve surtout en occitan et dans les parlers de l’Est de la France. Les dérivés sarilho « sciure », seraire « scieur » sont très répandus en occitan.

A Marseille on appelle la mésange charbonnière la sarrofino. Il semble qu’il s’agit d’une étymologie populaire du nom serrurier. L’oiseau est appelé ainsi au 19e s. (Dict. Académie, 1842) parce que son chant ressemble au bruit d’une lime sur du métal. D’après Mistral la sarrofino est la nonnette (parus palustris. Lin) dont le roucoulement imite le bruit de la scie. Le Thesoc donne sarralhièr « mésange » pour plusieurs départements de l’Ardèche jusqu’à l’embouchure du Rhône.

                               

mésange charbonnière (avec son chant de serrurière                          la nonnette (avec son chant de scieuse!)

Serra prend aussi le sens « crête de montagne », attesté depuis le XIIe s. Le mot est surtout utilisé pour désigner des chaînes ou crêtes de montagnes et l’élément « longueur » y est prépondérant. L’évolution sémantique scie > crête ne pose pas de problème. Serra a gardé ce sens surtout dans les parlers des montagnards. Dans la plaine lou ser s.m. devient « une monticule, une colline ». Dans les Cévennes gardoises c’est le dérivé  seret qui prend le sens de « colline », mais dans l’Ariège un sarratch est une « crête de montagne ».

Serra, serran, serrange (Marseille) « scie de mer, poissons scie ou pristis » n’a pas besoin d’explication.

      

La sarrette ou sarriette (serratula tinctoria) du français non plus.

Un peu de pub pour les serres des Cévennes:

Sàuse, sauset

Sàuse, sauset « saule » se prononçait en latin salix, salicem. L’étymologie n’est pas la même que celle du français saule qui est d’origine germanique : *salha « saule » (Cf.TLF saule).

Dans l’Ariège on utilise un dérivé sawzénko pour l’arbre et sawzinkédo pour la « saulaie ». En languedocien c’est une saousereda.

Dans le Sud-Ouest on a conservé un dérivé de salix qui existait déjà en latin classique salictum « saulaie »; de là le béarnais salheyt « grève plantée d’osiers ». Un dérivé en -ariu a donné en béarnais saliguè « saule », et enfin des dérivés en -icea > saletz , solès « saule » dans l’Aveyron, soléces « oseraies » dans le Cahors.

Dans le Gard et l’Hérault le « moineau » est désigné par un dérivé de salix : lou saouzin, à Toulouse il s’appelle saouzenat. D’après Alibert il  s’agirait du moineau friquet, passer montanus. (cf.Wikipedia). Le lien sémantique est peut-être la couleur des chatons?

             

Rabinar

Rabinar « brûler, griller »est devenu rabiner  en français régional.  « Passar lo gigòt dins la farina e lo rabinar dins l’uèli. « 

L’étymologie de ce mot est intéressante parce qu’elle montre que l’évolution sémantique peut être capricieuse .  L’histoire des différentes significations  est  bien plus intéressante  que le fait de savoir qu’il vient du latin rapina.

Le mot latin rapina  signifie « vol, pillage; action d’emporter (au propre et au figuré), et le verbe rapere  dont il est dérivé signifie « saisir vivement » également au propre et au figuré.    En ancien picard et en anglonormand nous retrouvons ce sens dans le mot ravine avec ce sens « vol ».  Le verbe anglais to raven « vivre de rapine; piller, dépouiller » et l’adjectif ravenos « vorace, féroce » vient de l’anglonormand.

Mais ailleurs c’est l’élément « impétueux, violent; force » qui a dominé et l’élément « vol, rapine » s’est perdu. Ainsi en ancien français ravine signifie « impétuosité, élan, violence » comme ancien occitan rabina et en occitan moderne le dérivé rabinos « impétueux, hargneux ». 

Déjà en  latin  cette notion de violence est appliquée au feu ou à la chaleur. Dans le Gafiot  rapere  est cité avec les sens « prendre feu rapidement » et  « prendre rapidement une couleur ».  En occitan  rabinar devient   « bruler, roussir, griller ».  En languedocien lo rabinel  sont des « lardons rissolés à la poêle » (Mistral).  Dans les Cévennes on appelle rabanelo ce qu’ailleurs est la castagnado. Cette évolution sémantique est limitée au provençal et à l’est-languedocien.  Une belle expression est citée par  l’abbé de Sauvages : un rabino-sardo  » un avare qui met si peu d’huile dans la poêle à frire les sardines qu’il les brule au lieu de les frire ». Le substantif rabina  est « ce qui reste attaché au fond d’une casserole quand le mets a pris trop de feu ».

rabanelo

Par contre appliquée à l’eau cela donne des ravines « pluies torrentielles » et par une évolution qui la cause à l’effet  « petit ravin creusé par un torrent » > » ravin creusé par les eaux » > « ravin » et le mot français ravin.  A La Canourgue rabino est « une pente lavée par des torrents ». Ravin  a été  emprunté par le néerlandais ravijn, anglais ravine « ravin ».

Ces évolutions sémantiques très spéciales ont laissé un vide, et le français comme l’occitan ont emprunté très tôt le mot latin rapina avec le sens « vol ». Pour Giraut de Bornelh , un troubadour limousin du XIIe siècle, un rapin est un « voleur » et en languedocien moderne à La Canourgue un « épervier » est un ausel de ropino, à Pézenas un rapino devient un « orfraie ».

                                                                                                          .                      

ausel de ropino l’épervier                    rapino « orfraie’.

Je n’ai pas d’explication pour la signification  « régal donné à l’occasion d’un baptême » de rabinosa.  Dans le site Ostal Joan Bodon  rabinosa = taulejada « banquet ». Si « banquet » est le sens d’origine, il est possible que ce sens s’est développé à partir du sens « grillade » et il fait partie du groupe rabinel.