cat-right

trulet ‘boudin, boyau’

Trulet ‘boudin, boyau’ √† Montauban.¬† Le mot est absent du Thesoc. L’√©tymologie est inconnue d’apr√®s le FEW XXI, 470qui donne par contre pas mal d’attestations proven√ßales, √† l’est du Rh√īne. L’abb√© de Sauvages conna√ģt le trull√ę au figur√© comme « homme ventru ».

Il est √† noter que j’ai trouv√© ce mot dans le site de La vieille chouette de Montauban, tout √† fait de l’autre c√īt√© du domaine occitan.¬† Il serait int√©ressant de savoir si mes lecteurs le connaissent ??

trulet

Dans le site de La vieille chouette plein de bonnes recettes de cuisine √† l’ancienne vous trouverez un petit lexique de mots r√©gionaux. qui sentent bien le terroir.

 

Il y a longtemps elle m’ √©crit:

Pour le mot « trulet » je vous confirme qu‚Äôici le mot est utilis√© dans les deux sens -boyau et boudin – je pense que le mot devait d√©signer au d√©part le boyau puis par la suite ce que l‚Äôon met dedans ??? comme ils disent ici  » lou farson« .

La plus locale : le boudin « galabare » les morceaux de t√™te coup√©s petits, sont m√©lang√©es avec du sang, et les « garnitures » (des oignons , de l’ail fondus et des √©pices * ).
On les « entonne » dans le gros intestin d’o√Ļ un √©norme « boudin » rondouillard et contorsionn√© comme un gros nuage d’orage d’√©t√© (et les orages sont gros chez nous l’√©t√©!).
– encore local, le « trulet als cebas » (boudin aux oignons) Avec le sang , un peu de petits lardons et beaucoup d’oignons bien « s√©ch√©s » et dor√©s √† la po√™le avec les autres « garnitures » et les √©pices * .
– moins local le « trulet als pomas » (boudin aux pommes) , avec de bonnes pommes anciennes (de la Ste Germaine ou de la reinette calvine,) des oignons , pas d’ail … et des √©pices douces
– encore moins d’ici mais bien « corse » et « cors√© » « trulet als castanhas » (le boudin aux ch√Ętaignes) avec des ch√Ętaignes pr√©-cuites, les « garnitures », pas de « Rabelais » mais plut√īt des √©pices douces … un d√©lice tout doux
– testez aussi le « trulet als rodab√®ls » (boudin aux lardons ) avec des lardons bien grill√©s, et les » garnitures »et √©pices * habituels
– et le « boutifar » ??? vous connaissez??? un boudin avec un peu de viande, des « garnitures et beaucoup de poivrons s√©ch√©s et du piment, (un peu comme le m√©lange pour merguez) Import√© par nos voisins espagnols il est √©galement assaisonn√© de 4 √©pices et cannelle en plus
– le pas du tout « del pa√Įs » le boudin « f√©roce »antillais au riz et piments avec lardons, l√©gumes + riz mi-cuit, √©pices (massal√©, hot curry, gingembre …) + piment « lantern » et autres petites bonnes choses qui vous laissent la langue d’un dragon crachant le feu
– la liste n’est pas exhaustive ! on m’a parl√© d’un boudin aux herbes, aux noix et d’un farci avec la langue pr√©-cuite . Je n’en ai jamais fait donc je ne saurais vous √©clairer … cette « eau de boudin » mais « res se p√®rder res dins lou tessou ».
et puis il y a les boudins blancs , pas vraiment des trulets » puisqu ‘il y a de la viande de veau (ou de volaille dans certaines familles) avec la panne de porc . Et le sang est remplac√© par lait, mie de pain et blanc d’oeufs mais on l' »entonne » dans les m√™mes boyaux et on le cuit pareil . Vous avez compris que je ne vous parle pas des « b√Ętons de craie » des grandes surfaces mais de ravissantes choses roses nacr√©es que vous pourrez d√©guster aussi bien froides dans une salade que chaudes dans les recettes de dessous !

NB Les boudins vont cuire dans un bouillon cors√© mais √† petite temp√©rature pour ne pas « esclapar » . On met le galabare en premier ( plus gros donc il mettra plus longtemps √† cuire) dans le bouillon fr√©missant dans lequel ils vont pr√©-cuire et gonfler tout doucement . D’o√Ļ l’inter√™t de ne pas trop « entonner les bud√®ls » car sinon ils √©clateraient dans l’eau .
Surtout ne jettez pas « l’aigo de boudine », le bouillon de cuisson , les convives (au moins les « sudistes » ) vont adorer avec des « trempes de pan gouss√© » comme chez Victorine ou avec des gros vermicelles comme chez Maria . Une autre cousine y mettait du tapiocca et ce potage « en famille » √©tait « l’entr√©e » du festin du cochon parce que …  » res se p√®rder res dins lou tessou ».

Tueis, tuy ‘if’

Tueis, tue√Į « If [et non thuya], arbre de la famille des taxac√©es (Taxus baccata) est attest√© en Proven√ßal (par exemple √† La Seyne) et dans le P√©rigord.¬† Il y a dans le domaine occitan et franco-proven√ßal deux formes :¬†teis tech, tatch ¬† « if » ou le d√©riv√©¬† tasi√Īe « laurier-tin » (Al√®s)¬† qui viennent du latin¬† taxus¬†¬†« if », mais aussi les formes¬†tueis, tuei, tuy¬†« if »¬†qui ont subi l’influence ou viennent directement du¬†grec ŌĄŌĆőĺőŅőĹ (toxon)¬†« arc √†¬†tirer ».¬†L’explication de cette √©volution s√©mantique¬† se trouve dans le fait que le bois de l’if √©tait consid√©r√© comme le meilleur pour la fabrication des arcs¬† et des arquebuses. Gr√Ęce √† Internet archive¬† j’ai pu retrouver la source de cette information :¬† Warburg Otto,¬† Die Pflanzenwelt 1, p. 343:

Warburg O DiePflanzenwelt1_343

If millénaire breton.

if-millenaire-yvignac-la-tour-1

   LesTouisses_061

                                                               Chalet Les Touisses

Dans le FEW XIII/1, 147b¬†¬† von Wartburg √©crit que la pr√©sence du mot en P√©rigord ne peut √™tre un argument contre¬† cette √©tymologie grecque, parce que ce n’est pas rare de trouver des mots grecs qui se sont r√©pandus √† partir de Marseille dans tout le domaine occitan.¬† Nous retrouvons la forme proven√ßale dans le toponymes comme La Touisse, Les Touisses. Voir le P√©gorier, s.v. Tueis et Tuy

La latin taxus est aussi √† l’origine de l’italien tasso, du catalan teix, de l’espagnol tejo, du portugais teixo et a √©t√© emprunt√© par le breton ; taouz.

Corominas propose une influence du mot thuya ce qui est rejet√© par von Wartburg¬†¬† pour des raisons¬† d’ordre phon√©tique.

Turro, turras "motte de terre"

Turro, turras « motte de terre ».¬† Dans quelques endroits c’est aussi la « souche d’un arbrisseau ». Alibert distingue la turra « motte » et turras « grande motte ».

turras "grosses mottes de terreé

de vrais turras

Raymond Jourdan de Montagnac, viticulteur, écrit:

Apr√®s avoir bris√© les mottes « turras« , on passe la herse « rascle » et derri√®re une planche pour niveler le sol pour pouvoir tracer le rayonnage….

Le mot turra, turro¬† est tellement ancien que les √©tymologistes ne sont pas d’accord sur son origine. Meyer-L√ľbke a¬† propos√© une racine *turra « √©minence, talus » ,¬† d’origine gauloise, qu’on retrouve dans d’autres langues celtiques comme le cymrique1 twrr « tas », l’irlandais torrain¬† « j’entasse » et le breton tur « taupin√©e ».

Paul Aebischer 2 propose une racine pr√©-indo-europ√©enne *taur,¬† en rapport avec le languedocien tourel¬† « monticule » et le nom de¬† la cha√ģne de montagnes turques Taurus,¬† Dans la bouche des Gaulois cette racine serait devenue *teur, *taur¬† ou *tur. Voir l’article de¬† Julio C. Suarez¬†¬† qui cite de nombreux toponymes¬† Tur√≥n¬† en Espagne. ¬† Von Wartburg (FEW XIII/2, 434b)¬† y oppose que le latin torus « toute esp√®ce d’objet qui fait saillie; √©minence »¬† convient parfaitement pour les nombreuses formes et significations qui existent dans les parlers issus du latin.

Dans beaucoup d’endroits, les mots issus de la racine *turra¬† et ceux issus de torus vivent en cohabitation.¬† La difficult√© de l’√©tymologie est surtout d’ordre phon√©tique. Le -u- , prononc√© √ľ,¬† ne provient r√©guli√®rement que d’un – Ňę -, prononc√© -ou- long, latin.¬† Nous avons donc affaire √† deux familles diff√©rentes, m√™me si les significations et les localisations sont tr√®s proches.

Turro « motte de terre » et ses d√©riv√©s¬† se trouvent¬† en languedocien et en gascon. Esturrass√†¬† « √©motter, assommer; herser ». Dans le Val d’Aran et √† Arrens (Htes-Pyr) une motte de terre s’appelle¬† turrok.

Notes
  1. la langue celtique du pays de Galles
  2. Aebischer, Paul. (1948) « Le catal√°n tur√≥ et les d√©riv√©s du mot pr√©latin *taurus ». Bullet√≠ de Dialectolog√≠a Catalana.17 Gener-mar√ß (pp. 193-216). Barcelona. que je n’ai pas pu consulter
Page 8 sur 8« Premi√®re page‚Ķ45678