cat-right

Bajana

Bajana « soupe de châtaignes ». La Bajana est une soupe de châtaignes sèches cuites Ă  l’eau » (VallĂ©e Borgne des CĂ©vennes). D’après l‘abbĂ© de Sauvages les brizos ou bajhanos sont des « châtaignes brisĂ©es. L’abbĂ© Ă©crit que la bajhana ou couzina est le potage et la bajhanado le ‘bouillon aux bajanes qui est un excellent incrassant dont on a vu de bons effets sur les poitrines dĂ©labrĂ©es, lorsqu’elles se rencontrent avec un estomac robuste; rencontre fort rare.

Charles Atger raconte p.9 qu’autrefois; Ă  Valleraugue (Gard)  les Caussenards après la saison remontaient sur leur plateau Ă  la fin de l’automne avec les blanchettes ou badjanat « châtaignes sèches » leur revenant. Bajanar signifie ‘tremper dans l’eau’ en parlant des lĂ©gumes, de la morue etc.’ Les paysans de la rĂ©gion au nord d’Uzes sont des bachalan, ceux de Marsillargues des bajan. Voir sous bachalan.  Pour une recette suivez ce lien

La bajana est aussi connue en Provence, mais quand on n’a pas de châtaignes, on se dĂ©brouille avec des haricots; Simon-JUde HONNORAT donne pour le mot

bajanada :dial. Languedoc.: « bouillon de bajanes. »
Dial. Haute-Provence : « quantitĂ© de haricots ou de lentilles, qu’on a fait cuire en bajanes,
c-à-d. pas entièrement, pour être mangés en saugrenée.

Etymologie : dans l’antiquitĂ© la ville Baiae (rĂ©gion de Naples actuellement appelĂ©e Baia, un quartier de la commune Bacoli) Ă©tait fameuse pour ses eaux thermales. Voir l’article intĂ©ressant BaĂŻes de Wikipedia. Virgile et Horace en font l’Ă©loge dans leurs poèmes.  L’adjectif bajanus, fĂ©m. bajana a pu signifier « baignĂ©, mouillĂ©, trempé ».  Le FEW I, p.205 explique l’Ă©volution sĂ©mantique et la gĂ©nĂ©ralisation du sens  « eaux termales » > « trempĂ© » en parlant des lĂ©gumes secs.  Ensuite au figurĂ© bajan a pris le sens « nigaud » , très frĂ©quent  pour les fèves et autres lĂ©gumes secs.

Baiae d'après Turner

Baiae d’après Turner (Wikipedia°

Une autre possibilitĂ© est que les bajanae Ă©taient une espèce de fève provenant de Bajae, qu’on prĂ©parait en les faisant tremper . (Voir ci-dessous Ă  propos de l’italien baggiana). Dans mon dictionnaire latin je trouve : . bajanas elixas «des… ?  cuites Ă  l’eau ». Le nom du plat a ensuite Ă©tĂ© transfĂ©rĂ© Ă  d’autres lĂ©gumes trempĂ©s et cuits.
Voir aussi ci-dessus bachalan.

J.P Durand, Etudes de philologie et linguistique aveyronnaises, explique le sens de   baja  ‘fou’ dans l’Aveyron du XIXe siècle:

Le grand philologue Paul Meyer conteste cette Ă©tymologie dans son compte-rendu dans Romania 1880, p.153 et il propose comme Ă©tymologie l’italien baggiano. Mais en consultant le Garzanti linguistica je vois que baggiano signifie ‘niais, crĂ©dule, peu intelligent’ et qu’il s’agit d’un emploi au figurĂ© de baggiana  » une fève avec des grains très gros » et au pluriel des « mensonges ». L’Ă©tymologie qu’il propose est bajana dĂ©rivĂ©e du nom de la ville de Baiae. Dans le dictionnaire italien baggiana est dĂ©fini par sciocco qui signifie non seulement ‘niais’ mais aussi ‘insipide, fade’. LĂ  nous sommes tout près du Donatz proensals de Hugues Faydit qui traduit baias par ‘insipidus’. L’association d’idĂ©es ‘fève’ > ‘niaiserie, bĂŞte’ semble ĂŞtre internationale. Voir favalise et favasso.
D’autres propositions dans le Dizionario Etimologico Italiano .

Poster un commentaire