cat-right

coussou ‘vermoulure’

Coussou ‘artison, calandre; vermoulure’ (Sauvages), cosson, cusson (Alibert) vient d’un dérivé en –one du latin cossus « ver, larve » qui mange le bois, attesté chez Pline. Le mot est aussi français d’après  le CNRTL , mais est surtout vivant dans les parlers locaux.

L’étymologie est peu intéressante, mais l’utilisation de la vermoulure décrite par l’abbé de Sauvages me semble digne d’intérêt:

« …on les met aux écorchures qui viennent aux plis des membres des jeunes enfans dodus, et qu’on desséche par ce moyen. »

La voici:

CoussouSauvagesL’auteur du blog Saint Yrieix la Perche  un village du Limousin, a publié un  article intitulé Les cussous (cussons)  dans lequel il écrit que de nos jours

Les hôpitaux utilisent les asticots pour nettoyer les plaies très graves. C’est l‘asticothérapie: le soin apporté à une plaie des tissus mous par les asticots ..

Allez-y, cliquez!

Il mentionne un dictionnaire de l’occitan limousin, que je ne connais pas:

Dictionnaire d’usage occitan-français (Limousin, Marche, Périgord)

Yves Lavalade

Un vaste dictionnaire de quelques 50 000 entrées, pour le locuteur, en herbe ou confirmé, qui veut comprendre les termes et tournures découverts à l’occasion d’une conversation ou d’une lecture.
Avec une introduction riche et fournie : graphie et « orthographe », prononciation et écriture, formation des mots. On y trouvera également du vocabulaire actuel : subreventa (over-booking), malhum (réseau internet)…

Troisième édition revue et augmentée.

Édition Institut d’Études occitanes du Limousin.

FEW II, 1244 cossus

tè ‘thé’ 茶

« thé » vient du chinois  .

Un article intéressant dans le NewYork Times que j’ai traduit pour illustrer et montrer  la globalisation / mondialisation qui ne date pas d’hier. Jetez occasionnellement un coup d’œil sur mes listes de mots en d’autres langues et vous verrez que vous êtes polyglotte

« Thé » si par mer, »cha » si par terre.

carte du New York Times

carte du New York Times

Lien vers cette carte « Tea id by sea ..« en grand

Le mot cha () est « Sinitique », ce qui signifie qu’il est commun à de nombreuses variétés du Chinois. Son histoire a commencé en Chine et il a fait son chemin à travers l’Asie centrale, devenant « chay » (چای) en persan. Il es certain selon une découverte récente, que grâce aux routes commerciales de la Soie, le thé a été échangé depuis  plus de 2 000 ans. La forme cha s’est répandue au-delà de la Perse, devenant chay en ourdou, shay en arabe, et chay en russe, entre autres. Il a même fait son chemin vers l’Afrique subsaharienne, où il est devenu chai en swahili. Les termes japonais et coréens pour le thé sont également basés sur le cha chinois, bien que ces langues aient vraisemblablement adopté le mot avant même qu’il ne s’étende vers l’ouest en persan.

Mais cela n‘explique pas le mot «thé». Le caractère chinois pour thé, , est prononcé différemment par différentes variétés de chinois, bien qu’il soit écrit de la même manière partout. Dans le mandarin moderne on prononce chá. mais dans la variété chinoise min nan , parlée dans la province côtière du Fujian, le caractère se prononce té. Le mot clé ici est « côtier ».

La forme utilisée dans les langues des côtes chinoises a été répandue en Europe par les Hollandais, qui sont devenus les principaux commerçants de thé entre l’Europe et l’Asie au XVIIe siècle1. Les principaux ports hollandais d’Asie de l’Est se trouvaient au Fujian et à Taïwan, les deux endroits où les gens utilisaient la prononciation té . L’importation massive de thé par la VOC en Europe a donné le te en occitan, thé en français, le Tee en allemand et le tea en anglais.
Pourtant, les Hollandais n’étaient pas les premiers en Asie. Cet honneur

revient aux Portugais, qui à l’époque coloniale ont donné le nom Formosa à l’île de Taiwan. Et les Portugais ne négocièrent pas via Fujian mais via Macao, où la forme du mot est chá . C’est pourquoi, sur la carte le Portugale présente un point rose dans une mer de bleu.

Quelques langues ont un mot spécial pour parler du thé. Ces langues se trouvent en général dans des endroits où le thé est indigène, ce qui a conduit les habitants à garder leur propre façon de s’y référer. En Birmanie, par exemple, les feuilles de thé s‘appellent lakphak.

La carte montre deux aires différentes de la mondialisation en action:d’abord,  d’un côté la propagation millénaire des biens et des idées vers l’ouest depuis la Chine ancienne, ensuite de l’autre côté l’influence vieille de 4 siècles de la culture asiatique sur les marins Européens de l’époque des explorations. Un mot de presque toutes les langues de la planète.

  1. Voir à ce propos l’Atlas mondial des structures linguistiques

veirat ‘maquereau’

Vairat (Alibert1 ), Vêira (Sauvages) « maquereau »  est un dérivé du verbe vèira(r) « tourner, changer » qui vient du latin variare « changer, être différent ». Plus précisément il s’agit du participe passé  variatus  qui s’est maintenu avec les sens apparentés comme  » tacheté, bariolé, polychrome; niellé (un erme d’orfèvrerie) » dans le domaine galloroman.

Les attestations  du sens « maquereau » du FEW XIV,177 presque toutes avec -è- viennent surtout du domaine languedocien. En catalan il s’appelle verat.

maquereaux ai marché Wikipedia

maquereaux ai marché Wikipedia

L’étymologie s’explique par les reflets  bleu-vert  et les traits noirs du maquereau.

Des savants de la Renaissance comme Rondelet, Conrad Gesner, Cotgrave, ont introduit le nom veirat en français où il se retrouve jusque dans le Grand Larousse de 1876 aussi comme verrat,  et  virat. Le supplément de Littré mentionne le veyradier « filet utilisé dans le quartier d’Agde pour la pêche des maquereaux ».

En dernière minute ke constate  jusqu’à nos jours (2018) dans leTrésor de la langue française  du CNRTL dans l’article verrat.

  1. La graphie proposée par Alibert et repris par les occitanistes est étymologisante ou celle du Moyen Âge et nécessite donc un apprentissage supplémentaire.

coudoulous ‘pierreux’

Côdou « caillou, pierre »  (Sauvages), couède à Aix et Marseille, kouòdou en aveyronnais, vient d’un dérivé du latin cōs piere à aiguiser » :   * cōtulus. Le mot est provençal et languedocien. Nous le trouvons jusqu’à Castres. Voir les attestations dans le FEW II,1259  et aussi sur la carte 196 « caillou » de l’Atlas linguistique de la France une occasion d’admirer ce travail du début du XXe siècle.

Mistral connaît aussi le dérivé coudoulous « pierreux » comme toponyme au Vigan et à Bellegarde. Le nom est maintenant attribué au ruisseau.

 

CoudoulousMistral

 

 

 

 

 

 

Le_Coudoulou_à_Avèze,_vieux_pont_et_bief-barrage Wikipedia:

Le Coudoulous est une rivière française du département Gard de la région Occitanie et un affluent en rive gauche de l’Arre, c’est-à-dire un sous-affluent de l’Hérault.

Mais il y a aussi une ancienne voie romaine Coudoulous en Lozère, qui consiste en un vestige de route antique taillée dans le schiste et se caractérise par de profondes ornières en deux sillons parallèles.

-Coudoulous ornières,_Lozère Wikipedia

On y a trouvé des inscriptions en latin ? ou gaulois?

CoudoulousInscriptionPersée étude sur ce coudoulous

En googlant « images » vous en trouverez beaucoup plus.

Il y a deux coudoulous antique dans le Lot!  des grottes.

 

 

 

Coudougnéro ‘cognassier; borne’

 cognassier

 Coudounéro, coudoougnéro « Cognassier »  et dans certaines régions aussi « borne »  une évolution sémantique qui demande une explication.

C’est Michel Prodel qui a attiré mon attention sur cette évolution quand il écrit dans son article Arbustes et diverses autres plantes dans la toponymie de la Corrèze,p2 :

Si les toponymes Coignac, Cognac peuvent être des anciens domaines du dénommé Connus, nom romain attesté (probablement « celui qui hoche la tête »), mais ils peuvent être également compris comme étant des anciens « domaines aux cognassiers »…

L’occitan coudoun ou goudoun « coing » [MIS ; I ; 595] permet d’interpréter les deux toponymes la Goudounèche, le
Goudounet.

et il  a trouvé l’explication de ce sens dans le Dictionnaire languedocien-français.  par Maximin d’Hombres et Gratien Charvet. Alais,1884, qui a écrit :

CoudougneBorneHombres

RollandFlore vol.V p.17  nous donne l’extension géographique de ce phénomène de l’utilisation du cognassier comme borne : dans l’Orléanais, le Lot-et-Garonne, le Tarn-et-Garonne, le Toulousain et le Lauraguais.  On ne sait si l’attestation d’Hombres et Charvet  est localisée  à Alès dans le Gard1 ou simplement copiée sur celle de Pèire Godolin (1580-1649), la première à notre connaissance. .

Note 10 de Rolland avec bibliographieLe FEW II, 1605  fournit le sens »borne »  à Agen et Toulouse et écrit dans le commentaire qu’il y a beaucoup de toponymes  basés sur coudoun dans les parlers saintongeais (Charente maritime, Charente et nord de la Gironde) et renvoie vers plusieurs sources que je n’ai pas pu consulter.  Pégorier nous renseigne : coudounhé nom de lieu à Toulouse, en Dordogne et Languedoc coudounier, coudougnado, en Gascogne coudounièro « bosquet de cognasiers », mais le sens « borne » n’y est pas mentionné.

Coudougnéro est dérivé de coudoun « coing ». Voir coudoun pour l’étymologie.

En ce qui concerne la proposition de Michel Prodel d’y rattacher les toponymes corréziens Goudounèche, le Goudounet il faut remarquer que la forme avec g- initial est limitée au dauphinois d’après Mistral et le FEW II, 1605 qui l’atteste à Cordeac,  Die, Tréminis (Isère) et Lallé mais pas pour la Corrèze. La carte 1510 « cognassier »de l‘Atlas linguistique de la France non plus.

CognassierCreuseALF

 

  1. D’après la notice de la BDP ce dictionnaire représente le patois d’Alès.