cat-right

Radasso "vadrouille; fainéant"

Radasso « vadrouille; fainéant ».  Il y a actuellement  une confusion entre le  provençal   radasso,  le verbe radassà, se radassà  et le mot de l’argot parisien radeuse, radasse   « prostituée », dont le sens  n’est pas compatible avec celui du  verbe marseillais :  « fainéanter »  et dont l’étymologie est pour le moment obscure1.

radasso vadrouille      

Radasso  « balai fait avec de vieux cordages, dont on se sert pour nettoyer le pont d’un bateau »  est à l’origine du verbe  radassà  « balayer avec la vadrouille, nettoyer avec le faubert ». Ensuite on a utilisé ce verbe au figuré   se radassà « se traîner, se rouler à terre »comme les bouts de la radasso dans l’image ci-dessus,  mais en parlant de quelqu’un,  en suite on a pu dire que de celui qui se radasse  > qu’il fainéante  et un radasso   est donc un « fainéant, vaurien ».

La vieille corde dont on fait la vadrouille peut aussi servir à la pêche aux oursins quand on y attache de petits filets (Voir la définition de Mistral ci-dessous) Voici ce qu’écrit un amoureux de la Madrague de Gignac:

PPour commencer cette page historique,je voudrais vous poser une question : savez-vous ce qu’est une « radasse » ? J’en vois déjà parmi vous qui sourit mais le sens premier de ce mot est peut-être moins connu. Pour les pêcheurs de la Côte Bleue, une radasse est un vieux filet qu’on utilisait pour arracher les oursins sur les fonds rocheux en le traînant derrière une barque. Cette façon de pêcher les oursins dévastait les fonds marins en ramenant dans les filets non seulement les oursins de toute taille, mais aussi une moisson d’algues et de plancton. C‘est la raison pour laquelle la pêche à la radasse a été interdite,

L’étymologie n’est pas tout à fait  claire.  Une forme *rasitoria « baguette qu’on passe sur une mesure quand elle est trop pleine »  aurait abouti irrégulièrement à *raditioria  qui  a donné en ancien occitan rasdoira, radoyra  et avec ce substantif on a créé le verbe rada(r) « mesurer à ras avec une baguette ». [ 2.  FEW  X, 92a rasitoria ]  Ci-dessous l’article de Mistral:

Le  sens  « rader »  s’est développé en  « frôler, glisser sur, mettre à niveau » et  appliqué à un oiseau devient « planer » en provençal et en limousin.

Ce qui tombe par terre quand on rade, n’a pas beaucoup de valeur, ce sont des restes, des radas « guenilles » (Mortagne)  et le dérivé radasso  une « vadrouille, écouvillon »;  le verbe radassà  « nettoyer avec une radasso ».   Enfin une radasso  peut être tout ce qui n’a plus de valeur « une vieille bête de somme » à Aix  ou un « vieux canapé » à Marseille.

Faire la radasso   ou  se radassa  « se traîner; se rouler par terre » devient « fainéanter » à la plage du Prado, ou sur un vieux canapé à l’Estaque.  Une activité qui n’a rien de répréhensible.

Marseille Radassà (se) fainéanter, paresser, de préférence allongé. « L’été, c’est agréable de se radasser au soleil sur la plage ».

  1.   Radeuse , radasse est probablement un dérivé de rade « trottoir ».  Voir le TLF rade3

Favouille "crabe vert"

Favouille : 1) Petit crabe du genre étrille, 2) par extension, surnom familier d’enfant.« La soupe de favouilles, c’est ce que je prefère. » « Viens ici, favouille ! Viens embrasser ta tante ! ».

D’après ce spécialiste  c’est un petit crabe vert foncé à brun mesurant une demi-douzaine de centimètres en moyenne.

Favouille  est un mot provençal, uniquement attesté à l’est du Rhône. Première attestation en 1439  favol.  Les définition varient de « crabe » à « crevette » et « écrevisse de mer ».

L’origine du mot est inconnue.1. Il pourrait s’agir d’un dérivé de faba  « fève », mais je n’ai d’autre argument que  la définition de Mistral  « sottise, balourdise ». Les mots qui désignent les fèves et les haricots sont souvent associés à la notion « imbécile, niais » etc.. En plus d’après les lexiques une favouille  est un crabe vert,  la couleur des fèves.

favouillefavouio Mistral

Voici un exemple d’une ancienne monnaie marseillaise avec une  favouille:

Pour voir d’autres très belles photos des anciennes monnaies marseillaises, suivez le lien.

 

  1. FEW XXI, 268b

Rumat. La fête du Rumat à Mirepoix

Dans son blog du 24 juin 2012 la dormeuse se demande Le Rumat, qu’ès aquò ?

Anno 2012, fait ce 24 juin, jour de la fête annuelle du Rumat.  En 1362, menés par un certain Jean Petit, les routiers attaquent Mirepoix. Ils pillent et incendient une bonne partie de la ville. Le Rumat, c’est le quartier de Mirepoix que les routiers, en 1362, ont “grillé comme une volaille”.

A la fin de son article elle ajoute :

…..tout le monde sait de quel quartier il s’agit, mais quant à dire d’où vient qu’on nomme ce vieux barri“le Rumat”…

Rumat… rumat… ?

ayant oublié de  faire appel à son étymologiste de service.

Le verbe rumar  est attesté en ancien occitan comme verbe réfléchi avec le sens « se ratatiner, se crépir sous l’action d’une grande chaleur »;  par la suite ce verbe et ses dérivés sont appliqués à tout ce qui présente un aspect de « brûlé »,  comme à Die et dans le Queyras  rimar « brûler et s’attacher au fond d’une marmite »,  à Marseille « brûler un mets dans un pot », à Pézenas c’est  rumá « roussir »,,  dans l’Ariège rumá  « brûler ».  Le substantif rumá  prend souvent le sens de « odeur de brûlé » ou de « roussi par le feu « . Les deux sens ont dû s’appliquer au quartier du Rumat à Mirepoix.

L’étymologie est le latin rimari, rimare  « fendre, fouiller »1, qui s’est conservé dans plusieurs parlers  galloromans, comme en ancien occitan  rimar « gercer » et « se rider » comme verbe réfléchi.  En espagnol  rimar c’est « chercher ».  Dans le sud du domaine galloroman le sens du verbe   rimar, rumar  s’est spécifié  depuis le Moyen âge de « fendre » à « fendre sous l’effet d’une forte chaleur » > « brûler ».  Le texte de la dormeuse nous fournit une date précise pour Mirepoix: 1362.

La fête du Rumat se prépare

Cuscar, un lien entre l'Occitanie et les Flan...

Cuscar « parer, former, arranger, mettre en ordre; soigner un malade, un enfant, les servir, avoir soin de les vêtir, de les couvrir, les remuer, les faire manger,&c »  et descuscar « défigurer, meurtrir, balafrer »(Sauvages, S1),   viennent d’un mot germanique  kuski  « pur, vertueux, chaste » 1  qui  a abouti à  keusch en allemand,  kuis  en néerlandais « chaste ».

La première attestation vient du Gascon  Marcabru ( 1110-1150): cusc  « pur, vertueux ».

Les attestations du verbe  cuscar  et de son contraire  descuscar ne sont pas très fréquentes. Mais au XVIIIe siècle ils devaient être bien vivants en languedocien, parce que l’abbé de Sauvages complète sa définition entre la première et seconde édition de son dictionnaire.

Ce qui m’a frappé est le fait que l’évolution sémantique qui s’est produite en occitan  a eu lieu également en  flamand où a été créé le verbe  kuisen   avec le sens  « nettoyer, rendre propre », un emploi qui fait toujours sourire les Néerlandais.   Le fondateur de la lexicologie néerlandaise, le Flamand  Kiliaan donne l’exemple   kuyschen de boomen « tailler les arbres », un sens qui a peut-être existé en occitan; en tout cas  l’abbé de Sauvages connaît  son  contraire :  descuscar  « déparer un arbre en cassant les branches » (S2) .

descuscado______________________________________

  1. Il n’est pas impossible que kuski  a été emprunté au latin conscius  « conscient » dont  le sens s’est développé en « conscient  de ce qui est convenable » > « chaste, vertueux ».

Galopastre "bergeronnette"

Galopastre  « bergeronnette » (Mistral),  galapastre (Gard, Hérault) fait d’après le FEW partie de la même famille que galavar  « gourmand »; l’élément  gala-  venant d’un germanique wal « bon ».  Le deuxième élément pastre  vient du latin pastor « berger ».

Il y a différentes explications de ce nom.  D’après C.Nigra1 c’est le fait que l’oiseau suit les troupeaux, d’après d’autres c’est la vivacité de la hochequeue qui amuse le berger.  Si vous avez une idée plus précise contactez-moi!

   

Il y a beaucoup d’autres noms pour ces oiseaux.  Voir le Thesoc pour les détails.

bovaira, bovaireta, brandacoa, chinchorlina, coacha, coadièra, coalonga, cuol blan, enganapastre, gardabuòu, guinha-coa, guinhusa, lauraire, marioneta, pastorèla(ta), pastressa, pastressona, pescairòla, porcaireta, rosseta, tèsta negra, trempacuol, vaquièra, vaquièreta, vaquièrona.

Un trésor lexical qui disparaîtra si les occitanistes normatifs gagnent du terrain. Pour Panoccitan  bergeronnette nom f. ZOO oiseau, brandacoa.

__________________________________________________________________________

  1. Archivio glottologico 14, p.275

Galavar "gourmand"

Galavar  « gourmand (& non groumand), glouton, goulu; tous les trois mangent avec excès » écrit l’abbé de Sauvages en 1756. Un fidèle visiteur  m’écrit:

Robert, n’ayant pas trouvé le mot « galavar » dans ton site, je te raconte ce que me disait ma grand-mère quand j’étais gamin, et que je me précipitais sur les friandises ou les gâteaux: – Tu es un galavar, ce qui voulait dire un gourmand un peu goinfre.
En vieillissant, on devient moins galavar, car on apprend à apprécier les bonnes choses et on prend son temps pour les déguster….

Galavar, galavard se trouve en franco-provençal et en occitan  dans la partie provençale et languedocienne jusqu’à Castres; il y une attestation en béarnais galabar  avec le sens « gros gaillard ». En franco-provençal le sens est plutôt péjoratif : « fainéant, dissolu, tapageur », à Lyon « vaurien, vagabond ». A Die on a créé le dérivé galavardise « fainéantise ».

La première attestation date de 1356 dans un texte écrit à Castres, mais le sens de ce  galavart  est « boudin » , sens conservé à  Pézenas et Puisserguier jusqu’aux temps modernes.

D’après le FEW,  galavar  fait partie d’une très,très  grande famille de mots d’origine franque wala « bon », attesté en ancien néerlandais  wal, wel « bon, bien », dont est dérivé un verbe en ancien français galer « s’amuser, mener joyeuse vie », en occitan moderne  se galar  « se réjouir ».  Le sens de galavar  va bien avec celui de ce verbe.

Voir aussi l’article galopastre  « bergeronnette ».

Tenco "tanche" et la celtomanie

Tenco « tanche »  ou « tinea vulgaris »  un poisson d’eau douce. Etymologie : le latin tinca « tanche ».  Sans intérêt, vous me direz et vous avez raison. J’en parle parce que dans le domaine de l’étymologie comme en archéologie  la celtomanie est encore très vivante.  Par exemple l’auteur  de l’article tanche  de Wikipedia,  écrit : « La Tanche (du gaulois tenche) », sans donner sa source; et celui-ci, pareil.  Pourtant le TLF, qui suit le FEW, nous renseigne : « Du bas latin  tinca (ives. Ausone). »

Pour en avoir le coeur net, j’ai cherché l’article tinca  dans le FEW. La première attestation connue vient en effet d’Ausone.  Ausone était  un poète de langue latine, qui s’appelait ou Decius ou Decimus Magnus Ausoniu,  né et mort en Aquitaine au IVe siècle. (Wikipedia).   Nous ne pouvons savoir si Ausone a simplement latinisé un mot gascon, ou s’il l’a connu d’une source romaine.  Le fait qu’il utilise beaucoup de mots gaulois ne suffit pas pour dire que tenco  est d’origine gauloise.

tenco     Ausone

Pour cela il faut qu’il soit attesté dans une ou plutôt plusieurs langues celtiques.  Ensuite la répartition géographique doit correspondre à celle des peuples celtiques avant la romanisation.  Dans le cas de tinca  la présence du même mot dans le sud de l’Italie, tenge à Naples, tenchia, tenga  en Sicile, tinca   en Sardaigne, où il n’y a jamais eu des Celtes, rend  cette hypothèse improbable.

Tinca    se trouve aussi en anglais  tench, néerlandais tinke,  espagnol tenca.

Exercer sa mémoire

 Les étudiants de tout le monde savent très bien que savoir exercer sa mémoire est très importante. La mémoire nous sert pour nous souvenir d’une énorme quantité de choses chaque jour. Mais la mémoire est aussi un moyen indispensable pour l’apprentissage d’une langue étrangère.

Apprendre des nouvelles structures pour former la phrase comporte un effort de technique. Mais se souvenir de chaque mot c’est un travail de la mémoire.

Alors, il faut commencer à faire quelque chose pour améliorer nos capacités de mémoire afin que l’apprentissage de n’importe quelle langue étrangère puisse devenir plus facile et agréable.

Avec cet article nous voulons vous donner des avis pour exercer votre mémoire et trouver la juste méthode pour vous approcher à une langue étrangère.

Il faut savoir que de règle on apprend mieux en lisant qu’en écoutant. C’est pourquoi quand on lise un texte on peut le voir physiquement avec les yeux et on peut s’arrêter à lire deux fois le même mot et à chercher son signifiance sur le vocabulaire. C’est un étudie que en écoutant devient impossible.

Apprendre par cœur est utile en quelque cas, mais il ne doit pas devenir une règle pour affronter une langue étrangère. En fait, la chose important est de comprendre ce qu’on apprendre par cœur. Chez une langue, il faut s’exercer avec la répétition des mêmes mots. Un petit avis d’or est de répéter les mots nouveaux en regardant une image qu’en représente le signifiance : cela vous aidera à associer le signifiance avec l’idée. La mémoire visuelle vous sera de gros aide.      

Evitez de choisir des méthodes d’étudie trop mécaniques. L’exercice physique est bon pour votre cerveau, mais souvenez-vous que la mémoire fonctionne de même façon qu’un être vivante. Les capacités cognitives peuvent trouver dans la gymnastique du cerveau un moyen très utile pour s’améliorer beaucoup.

La mémoire est très souvent considérée comme s’elle fuisse un muscle du corps. On l’entrainer pour la développer. Commencez avec peu de mots par jour et augmentez la quantité de mots à apprendre en façon graduelle.

Il faut aussi savoir que tous n’ont pas la même capacité de mémoire : il y ont des personnes qui peuvent se souvenir de plus choses que les autres. Pourquoi ?

Les raisons sont de nombreuses. Avant tout, la mémoire de chacun dépende d’une grosse quantité de facteurs différents, comme par exemple les influences génétiques, la bonne santé (la maladie de l’Alzheimer est un facteur qui cause des graves dommage à la mémoire), l’âge, l’alimentation, un environnement stimulant, le stress et même l’humeur et l’estime de soi.

Les facteurs ci-dessus ne dépendent pas de nous et de notre volonté. Mais il y a aussi un nombre d’autre facteurs sur lesquels on peut faire quelque chose. Ils sont l’attention, la concentration, la motivation à apprendre une langue étrangère, l’attitude positive et l’organisation des matériaux dans notre cerveau. Tous ces facteurs peuvent trouver un énorme bienfait par les exercices cérébraux.

En général, on peut exercer sa mémoire à travers des exercices très différents. Par exemple, les sudoku sont une façon pour améliorer les capacités de calcule et de mémoire. Mais les jeux enligne aussi sont un moyen très utile pour aider notre mémoire.

Chaque fois que nous devons nous souvenir d’un résultat de jeu ou de la valeur de nos cartes de poker, en réalité, nous ne faisons rien d’autre que d’exercer notre mémoire.

Les jeux de casino chez http://www.eurokingcasino.info sont tous bien mis à jour et amusants. Si vous ne voulez pas jouer pour de vrai, pas de problème, car on peut choisir la modalité de jeu pour simplement vous amuser en gratuit. Vous aurez droit à jouer à tous les jeux sans devoir payer un dépôt au casino.

 

Tissous couma las mouscas

Tissous « taquin »dans l’expression : Estre tissous couma las mouscas « être taquin comme des mouches ». C’est dans la rubrique « L’Accent de l’été » du Midi Libre que j’ai rencontré cette expression, tirée du livre de Christian Camps, attestation confirmée par Lhubac et un site sur Clermont-l’Hérault. D’après Lhubac tissous  signifie  au figuré « appétissant ». D’après René Domergue atisser  dans la pétanque signifie « provoquer » . S’atisser : « se prendre au jeu ».

tissous couma las mouscas L’abbé de Sauvages mentionne  le substantif dont il est dérivé: tisso, prenë ën tisso « avoir quelque chose en aversion, prendre quelqu’un en aversion ». Selon Alibert  tissa signifie « manie, habitude, forte envie; taquinerie incessante » et l’adjectif tissos « taquin, maniaque querelleur ». Tissous veut parfois dire « opinâtre ». Mistral atteste pour le Gard tissot « taquinerie incessante » et à Castres au XVIIIe siècle prendre en tisso « prendre en grippe ». Cette expression pris en tisse « pris en grippe » est encore vivant à Montpezat (Gard) et probablement ailleurs.

Une lectrice (merci beaucoup!) m’écrit: « tissous » en Languedocien, ou du moins du côté de Béziers, s’associe a quelqu’un qui est collant, qui te suit partout, qui se colle a toi, qui te touches. Par « T’es tissous », il faut comprendre « laisses moi tranquille, tu m’agaces ».

D’après  le FEW  l’étymologie  de tisso  avec les sens « manie; aversion; taquin; travail; tâche », de  tissous « fâcheux; opiniâtre » et du verbe atissà  « prendre à tâche de faire une chose »  est d’origine inconnue 1

Une information d’un lecteur m’a incité à continuer mes recherches. Il m’écrit:

Chez nous, dans le bas Quercy à la limite du Lot et du Tarn et Garonne. Tissous : dans le feu de cheminée signifie bouts de bois braisés à la pointe, il faut les repousser pour rallumer le feu.(pour qu’ils brulent).
Amicalement.

Ce  tissous -là avec le sens  « bouts de bois braisés » vient  directement du latin titio « tison ». Le verbe français attiser « animer un feu »  vient d’un composé du bas latin  *attitiare. Or ce même verbe *attitiare est employé au figuré en occitan  atizar  et en français attiser avec le sens « exciter une passion, irriter »: à Nice  atissà  « exciter un chien »,  atiza  à Toulouse.  A Montpezat atisser ‘titiller qn.’ Domergue p.200. A Gignac également atisser ‘exciter, faire enrager’ (Lhubac). Alibert donne la forme avec un seul -s-,  prononcé -z-atisar « attiser, aviver » et  atissar avec deux -s-  « exciter, haler , vexer ».

Cet emploi au figuré du verbe   est bien considéré comme dérivé du latin titio  « tison ». (FEW XI/1, 358a).  A mon avis rien ne s’oppose à rattacher  tisso  et tissous  à la même famille de mots.  Même les sens « travail; tâche » ne posent un problème  d’ordre sémantique.  Une évolution sémantique analogue a eu lieu en néerlandais où le verbe stoken « faire brûler; chauffer »  a aussi pris le senes « provoqer, exciter ».

Les formes avec –ss-  ont probablement subies une influence des onomatopées formées à partir d’un kss kss, kiss kiss qui sert à exciter un chien dans de nombreux parlers, comme  par exemple le catalan aquissar ou le néerlandais kissen, kisten  et en languedocien aquissà déjà attesté chez l’abbé de Sauvages: akissa.

atissar, atisser

______________________________________________

  1. vol. XXII/1, p.14b;  et les pages 42b; 71b; 107b; 23b; 99a

Turro, turras "motte de terre"

Turro, turras « motte de terre ».  Dans quelques endroits c’est aussi la « souche d’un arbrisseau ». Alibert distingue la turra « motte » et turras « grande motte ».

turras "grosses mottes de terreé

de vrais turras

Raymond Jourdan de Montagnac, viticulteur, écrit:

Après avoir brisé les mottes « turras« , on passe la herse « rascle » et derrière une planche pour niveler le sol pour pouvoir tracer le rayonnage….

Le mot turra, turro  est tellement ancien que les étymologistes ne sont pas d’accord sur son origine. Meyer-Lübke a  proposé une racine *turra « éminence, talus » ,  d’origine gauloise, qu’on retrouve dans d’autres langues celtiques comme le cymrique1 twrr « tas », l’irlandais torrain  « j’entasse » et le breton tur « taupinée ».

Paul Aebischer 2 propose une racine pré-indo-européenne *taur,  en rapport avec le languedocien tourel  « monticule » et le nom de  la chaîne de montagnes turques Taurus,  Dans la bouche des Gaulois cette racine serait devenue *teur, *taur  ou *tur. Voir l’article de  Julio C. Suarez   qui cite de nombreux toponymes  Turón  en Espagne.   Von Wartburg (FEW XIII/2, 434b)  y oppose que le latin torus « toute espèce d’objet qui fait saillie; éminence »  convient parfaitement pour les nombreuses formes et significations qui existent dans les parlers issus du latin.

Dans beaucoup d’endroits, les mots issus de la racine *turra  et ceux issus de torus vivent en cohabitation.  La difficulté de l’étymologie est surtout d’ordre phonétique. Le -u- , prononcé ü,  ne provient régulièrement que d’un – ū –, prononcé -ou- long, latin.  Nous avons donc affaire à deux familles différentes, même si les significations et les localisations sont très proches.

Turro « motte de terre » et ses dérivés  se trouvent  en languedocien et en gascon. Esturrassà  « émotter, assommer; herser ». Dans le Val d’Aran et à Arrens (Htes-Pyr) une motte de terre s’appelle  turrok.

  1. la langue celtique du pays de Galles
  2. Aebischer, Paul. (1948) « Le catalán turó et les dérivés du mot prélatin *taurus ». Bulletí de Dialectología Catalana.17 Gener-març (pp. 193-216). Barcelona. que je n’ai pas pu consulter