cat-right

Abelhana

Abelhana, ab√©l√Įano s.f. « m√©lisse, citronnelle » est un d√©riv√© du latin apicula « petite abeille »¬† > abelha « abeille ». Pour une transcription phon√©tique¬† et les localisations voir le Thesoc).

Cette plante est nomm√©e ainsi parce qu’elle est recherch√©e par les abeilles. En latin, il y a un d√©riv√© analogue de apis « abeille »¬†: apiastrum « m√©lisse¬†. D’ailleurs le mot m√©lisse vient du grec et signifie √©galement « abeille ».

              
Le gu√™pier, abelhi√®r, abelh√≤la ou avec aph√©r√®se be√Įola (H√©rault),¬† est appel√© ainsi parce qu’il se nourrit principalement d’abeilles et de gu√™pes.

Abajon

Abajon s.m. »airelle myrtille » abajou, ajou (B√©arn), anaŇĺoun (Aran1 ). Dans les lexiques locaux l’ abajou est toujours d√©fini comme « airelle ». Il est conserv√© principalement dans les parlers gascons 2 et¬† de l’autre c√īt√© des Pyr√©n√©es en aragonais anay√≥n, Rioja enavia, et en catalan abajo, nabiu, nabis. L’√©tymologie serait le mot basque anabi devenu abi suite √† la chute du -n- intervocalique. Le type *anabione¬†devenu ababione par assimilation est √† l’origine des formes comme abajou. Abaj√®ro (Mistra,l voir l’extrait) est un d√©riv√©. FEW XXIV, 32a

On peut dire qu’il s’agit d’un mot fossile. Comme toponyme anabi appara√ģt depuis 835 : pagus Anabiensis aujourd’hui Vall d’√Äneu. En basque on trouve les mots correspondants : abi, anabi, arabi, ahabia, afi « airelle myrtille ».

              Mistral    airelle myrtille                                                                                                  Mistral

_________________

Notes
  1. Le type avec un -n final n’appara√ģt que dans le Val d’Aran.
  2. voir le Thesoc s.v. airelle type avajon. Vous constaterez une grande variété des formes locales
Page 39 sur 39« Premi√®re page‚Ķ102030‚Ķ3536373839