cat-right

Ribeyrolle et condamine

Riba « terrain qui borde une rivi√®re, un lac, etc. »¬† est¬† le mot courant dans tout le domaine occitan.¬† Riba¬† prend des sens secondaires comme « bord du chemin, lisi√®re d’un champ ».¬† Le d√©riv√© rib√†s¬†¬† d√©signe un « talus, talus couvert de ronces, une planche de jardin le long d’un mur; bord du fromage gras »; rib√©j√† est  » confiner, limiter » √† Al√®s.¬† Toute cette famille de mots a le latin ripa « rive »¬† comme origine. En latin a √©t√© cr√©√© un adjectif¬† riparius « qui se trouve sur la rive », qui en combinaison avec un substantif comme terra¬† est devenu substantif¬† *riparia avec le sens  » bords d’un cours d’eau, terrain qui borde une rivi√®re; rive de la mer »,¬† en ancien occitan¬† ribi√®ra, rib√®ira, ribera.¬†¬† Ribi√®ra¬† a donn√© des¬† d√©riv√©s comme ribeyrolo « airelle des marais » √† Chavanat (Creuse), ribeir√≤u « celui qui habite sur la rivi√®re »,¬† « portefaix » √† Marseille, ribeiroun « habitant des terrains le long d’une rivi√®re » ribeir√©s « vari√©t√© de ch√Ętaignier » dans les C√©vennes. Il est difficile de d√©terminer le sens des noms de lieux comme Ribeyrolles qui ont¬† *riparia comme origine.¬† Cela peut √™tre¬† un¬† « mur de sout√®nement de terrasses le long d’un rivi√®re » ou un « terrain o√Ļ poussent des airelles ou des ch√Ętaigniers », mais on peut supposer que dans des cartulaires et autres documents ribeire¬† est synonyme de condamine, abstraction faite de la notion fiscale.

Condamine « terre alluvionnaire » . Etymologie *condominium « domaine commun » ( compos√© de con + dominium ) une expression qui vient de la constitution f√©odale.¬† Dans le latin m√©di√©val on le trouve dans la forme condamina, condemina,¬† etc.¬† probablement cr√©√©e √† partir du pluriel.¬† Le terme est courant dans le Midi et en catalan.¬† Le sens est en g√©n√©ral « terre affranchie de charges » , en occitan « terres fertiles » ou « bonne terre r√©serv√©e dans un domaine » (Nant dans l’Aveyron, Paulhan dans l’H√©rault, Ladern et Axat dans l’Aude; quatre attestations dans le Suppl√©ment de l’ALF p.217). En catalan le sens de conomina, coromina a √©volu√© jusqu’√† «  »p√©ninsule dans une rivi√®re ».¬† Condamine¬† est surtout conserv√©¬† comme toponyme. O. de Labrusse¬† donne¬† dans UN ESSAI de GEOHISTOIRE du FONCIER des GARRIGUES du GARD et de l‚Äô HERAULT la description suivante :

Condamine: au moyen-√Ęge, terres lourdes, ¬ę¬†grasses¬†¬Ľ, alluvionnaires, en g√©n√©ral situ√©es pr√®s de cours d’eau, particuli√®rement fertiles consacr√©es, essentiellement, √† la c√©r√©aliculture intensive. Tr√®s pr√©sentes encore dans la toponymie, elles t√©moignent de l’appropriation seigneuriale ainsi que de l’am√©nagement et de la mise en valeur des ¬ę¬†rives¬†¬Ľ des cours d’eau entre l’an Mil et le XIIIe si√®cle. Ce sont, le plus souvent de tr√®s grandes parcelles avec des moyennes d’une trentaine d’hectares au XIIe et XIIIe si√®cles, alors que les parcelles ¬ę¬†ordinaires¬†¬Ľ n’ont des moyennes que de 0,25 hectares. Elles jouxtent souvent les ortales* et les ferragines*(d’apr√®s A.Durand, 2003, p.259-256). Elles sont travaill√©es √† l’araire tract√©e par des boeufs, ce travail √©tant 15 fois plus productif que le labour √† la main √† l’aissade (la houe coud√©e) (A.Durand, 1999, p.1).

Poster un commentaire