cat-right

Quilhar

Quilhar verbe transitif et pronominal¬† « placer dans un endroit tr√®s √©lev√©; se percher », en fran√ßais r√©gional quiller (Manduel; Camargue); « dresser, empiler »(Alibert);¬† √™tre quill√©¬†¬† se dit d’un « joueur au loto qui n’attend plus qu’un seul n¬į pour crier quine »(Andolfi).

Le verbe¬† est¬† d√©riv√© de quilha « quille; plantoir, outil de gantier; jambe mince » d’origine germanique probablement ancien haut allemand kegil, allemand et n√©erlandais modernes kegel.

L’emprunt est¬† relativement r√©cent. En fran√ßais il n’y a pas d’attestations avant le d√©but du XIVe si√®cle et en occitan les premi√®res datent du d√©but du XVIIIe s.
C’est l’emploi au figur√© de quilha « jambe » comme fr. quille, attest√© depuis Fran√ßois Villon, qui est √† l’origine du sens « se percher ».

        

¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† Quilho-mouto « traquet, oiseau »(M), quilhamota (Alibert).

Dans le FEW nous trouvons les significations suivantes: « se tenir sur une jambe, se jucher sur quelque chose d’√©lev√©, comme les poules ». Le sens « se percher » se trouve surtout dans la r√©gion de Marseille et dans est-languedocien.

Est-ce que les M√©ridionaux sont des tricheurs?¬† Le verbe¬† quilhonar signifie « jouer » , mais aussi « duper, tromper ». On le dirait. Nous trouvons la m√™me √©volution s√©mantique dans mar√©la « jouer √† la marelle ».

D’apr√®s Joblot s’enquiller est « partir √† l’improviste. Se sauver en profitant d’un moment d’inattention: « j’ai vu le voleur au moment o√Ļ il s’enquillait ». Le lien s√©mantique est peut-√™tre la notion « prendre ses jambes √† son cou » ou le sens « tromper, duper ».

Dans la moyenne vall√©e de l’H√©rault, G. Lhubac signale en fran√ßais r√©gional le verbe enquiller avec les sens

  • « se faire avoir »; √† mon avis il s’agit d’un euph√©misme pour « entuber, enculer « ; l’expression est se faire enquiller. En argot enquiller « entrer, faire entrer (depuis 1725), p√©n√©trer quelque part ». La m√©taphore est claire. Un visiteur me signale qu’ √† N√ģmes on dit enquiller une vis dans un trou, et enquiller des perles sur un fil. Je ne sais s’il s’agit de l’argot parisien qui est descendu dans le Midi ou de l’occitan qui est mont√© √† Paris.
  • au figur√© « endosser, assumer » comme en fr.populaire « caser, pourvoir d’une place » et en Sologne « endosser, mettre un v√™tement »
  • « supporter, blairer au fig. », dans une phrase comme Cinq ans de prison, il faut les enquiller. (Lhubac). Probablement li√© au sens « empiler ».

Dans le domaine galloroman le verbe quiller¬† et surtout¬† les d√©riv√©s esquill√†, resquill√† avec le sens « d√©raper, glisser »,¬† sont limit√©s au Midi. Nous les retrouvons¬† dans¬† la¬† zone italienne et ib√©ro-romane voisine, quiller et¬† les compos√©s avec¬† es- ou res- qui ont m√™me sens « glisser sur, d√©raper, patiner ». Proven√ßal resquilha, languedocien resquilha , esquilha. L’abb√© de Sauvages (1750) donne reskinla « glisser », reskinladou « glissoire »; jouga a la reskinleto « jouer √† √©corche-cul ». (Un lecteur me signale que Littr√© connaissait ce jeu: « En glissant, en se tra√ģnant sur le derri√®re. Ces enfants jouent √† √©corche-cul. » ), resqui√©to « glissoire ». Ce dernier signifie en proven√ßal aussi « ricochet qu’on fait avec une pierre plate sur l’eau ».

Fran√ßais resquiller « tricher » est un emprunt √† l’occitan.¬† Von Wartburg a joint cette famille de mots √† l’√©tymon kegil tout en faisant la remarque que la discussion reste ouverte parce que le lien entre quilha « quille » et esquilha « glisser », n’est pas clair ni du point de vue phon√©tique et surtout du point de vue s√©mantique.

Resquiller est entr√© dans le TLF, qui donne l’√©tymologie suivante:

Prononc.: [ Ä őĶskije], (il) resquille [-kij]. √Čtymol. et Hist. 1. 1910 intrans. ¬ę outrepasser son droit ¬Ľ (arg. des marins d’apr. Esn.); 1939 (Montherl., L√©preuses, p. 15); 2. 1910 trans. ¬ę obtenir sans payer ¬Ľ (arg. des marins d’apr. Esn.); 1918 arg. milit. (ds Esn. Poilu, p. 464: il avait resquill√© tout le reste du litre); 1924 resquiller une place dans une auto (ds Esnault, Notes compl. Poilu). Empr. au prov.resquilla ¬ę glisser, faire un faux-pas ¬Ľ (Mistral), d√©r. de esquilha ¬ę glisser, fuir, s’√©chapper; s’esquiver ¬Ľ, lui-m√™me d√©r. de quilho, v. quille.

Voir aussi esquil « grelot ».

Mars 2018, un visiteur me signale le verbe ; »desquiller » ce mot √©tait utilis√© dans l ‘H√©rault, dans le sens de  » faire tomber » . On desquillait une pigne en lui lan√ßant des pierres. On desquillait les quilles au jeu de quilles. Et, curieusement, « desquiller » voulait dire aussi, gal√©ger, exag√©rer, mentir. D’o√Ļ « desquilleur » pour une personne dont on ne peut prendre la parole au s√©rieux.

« Tu desquilles! »: je ne peux pas te croire, tu exag√®res..

 

Poster un commentaire