cat-right

Calut, caludo, caludasse

Calut, caludo « nigaud », un mot que nous rencontrons Ă  Manduel surtout sous la forme de l’augmentatif caludasse. Alibert donne caluc, caluga adjectif et substantif  « myope; qui a le tournis (en parlant d’un mouton) qui a le vertige; sot imbĂ©cile ». L’abbĂ© de Sauvages parle de fedo caludo et dĂ©crit cette maladie des moutons appelĂ©e en français le « tournis » ou plus scientifiquement la CĂ©nurose. Les moutons qui souffrent de cette maladie, tournent souvent en rond.

cénurose

cénurose

L’Ă©tymologie est le latin caligo « brouillard, vapeurs, fumĂ©es » mais aussi « tĂ©nèbres ». Au figurĂ© le mot latin prend dĂ©jĂ  le sens de « aveuglement d’esprit ». Ciceron parle de « la confusion , le dĂ©sordre de ces temps »: caligo illorum temporum. Les deux sens, au propre et au figurĂ© sont conservĂ©s dans la langue d’oc = la langue du Midi.

  1. Au sens propre : « brouillard, brume obscuritĂ© » en languedocien dans le dĂ©rivĂ© calignada « braise, feu de menu bois » et dans caluga  « muge », un poisson dont les yeux sont Ă  moitiĂ© recouverts. Voir l’image dans le site marseillais : http://www.marseille-sympa.com/muge.html. Le sens le plus frĂ©quent en occitan ancien et moderne est « myope ». Le verbe escaludĂ  Ă  NĂ®mes , mais escalugĂ  Ă  Colognac signifie « Ă©blouir, aveugler ». Le mot a Ă©tĂ© conservĂ© aussi en ancien français chalin, calin « brouillard, brume, obscuritĂ© ». (Cf. Godefroy). En français moderne  caligineux.
  2. Au figurĂ©, calu, calut ou caludasse « aveuglement de l’esprit » > « niais, nigaud ». A NĂ®mes on prononce de nos jours  calu, calude  « fou, inconscient, idiot(e) » (Mathon), en  francitan Ă  Gignac caluc, caluga subst. « sot, imbĂ©cile et mĂŞme fou » (Lhubac). D’après les exemples qu’ils donnent, le mot est souvent utilisĂ© dans la circulation  pour dĂ©crire la façon de conduire des autres.

En Camargue, « certains taureaux calus (fous) bacèlent dans les planches. » (Domergue), qui dans son Lexique de la 2e Ă©dition de Avise le biou ajoute : « Un caludas est un gros calu. Au sens premier calu signifie  « myope ».

J’ai l’impression que les formes avec un -d- sont limitĂ©es au Gard , NĂ®mes- Ales.   A Marseille : calu « fou ».

Poster un commentaire