cat-right

Anca

Anca s.f. « hanche; fesses ». J’Ă©tais Ă©tonnĂ© que l’informateur pour Manduel de l’Atlas linguistique avait traduit ‘fesse’ par anca qui normalement signifie « hanche », mais anca, anco « fesse » est assez frĂ©quent en languedocien. Alibert donne aussi ce sens, ainsi que les dĂ©rivĂ©s ancal, ancada « fessĂ©e » (dĂ©ja chez l’abbĂ© de Sauvages : ancado), ancalhar « fesser; marcher avec peine » et l’adjectif anquier« qui joue des hanches » au figurĂ©: « dĂ©bauchĂ© »! A Montagnac on connaĂźt le dicton :Tala testo, talas ancas. « Telle tĂȘte, telles fesses. »Â  ( ce qui signifie ??)

L’origine est le mot germanique *hanka « hanche », qu’on peut dĂ©duire d’un moyen nĂ©erlandais hanke et de l’allemand Hanke « hanche; croupe du cheval ». Le mot a Ă©tĂ© introduit en latin Ă  une Ă©poque ancienne. Les Ă©tymologistes se sont demandĂ©s POURQUOI? puisque le latin avait le mot coxa pour dĂ©signer la « hanche ».

Ils ont trouvĂ© l’explication suivante:

Dans la prononciation populaire  fimus « fumier ». Ă©tait devenu femus, dans l’accusatif  femor et devenu homonyme de femor « cuisse ». Une phrase comme « Oh, euax, bella femora ! » pouvait signifier  » Oh la la, les belles cuisses » ou  » Oh la la, les jolis tas de fumier ». Dans certaines situations cela rĂ©sultait dans une gifle. Pour l’Ă©viter on se servait du mot coxa pour dĂ©signer aussi bien la hanche que la cuisse, mais ce n’Ă©tait pas une solution satisfaisante dans d’autres situations. Or les soldats romains qui s’Ă©taient battus contre les Germains distinguaient bien les blessures de la hanche de celles des cuisses et ils connaissaient le mot germanique hanka « hanche » qu’ils ont introduit  auprĂšs des mĂ©decins et dans la langue populaire.


Les mots qui dĂ©signent les parties du corps n’ont pas toujours un sens bien prĂ©cis, par exemple gorge dans soutien-gorge. Dans le TLF je trouve une vingtaine de synonymes pour « fesses » : derriĂšre, fessier, cul, postĂ©rieur, croupe, etc. dont hanche. Par pudeur? en français peut-ĂȘtre, mais d’aprĂšs le Thesoc c’est le mot courant dans les dĂ©partements du Gard, de l’HĂ©rault, de l’Aude et de l’Aveyron, avec quelques attestations ailleurs. Il faut noter que dans l’Aveyron et la LozĂšre on a maintenu le reprĂ©sentant de coxa ou s’agit-il d’un gallicisme ou l’utilisent-ils par pudeur?

Poster un commentaire