cat-right

Abajon

Abajon s.m. »airelle myrtille » abajou, ajou (Béarn), anažoun (Aran1 ). Dans les lexiques locaux l’ abajou est toujours défini comme « airelle ». Il est conservé principalement dans les parlers gascons 2 et  de l’autre côté des Pyrénées en aragonais anayón, Rioja enavia, et en catalan abajo, nabiu, nabis. L’étymologie serait le mot basque anabi devenu abi suite à la chute du -n- intervocalique. Le type *anabione devenu ababione par assimilation est à l’origine des formes comme abajou. Abajèro (Mistra,l voir l’extrait) est un dérivé. FEW XXIV, 32a

On peut dire qu’il s’agit d’un mot fossile. Comme toponyme anabi apparaît depuis 835 : pagus Anabiensis aujourd’hui Vall d’Àneu. En basque on trouve les mots correspondants : abi, anabi, arabi, ahabia, afi « airelle myrtille ».

              Mistral    airelle myrtille                                                                                                  Mistral

_________________

  1. Le type avec un -n final n’apparaît que dans le Val d’Aran.
  2. voir le Thesoc s.v. airelle type avajon. Vous constaterez une grande variété des formes locales

Lot, loudo, loudro

Lot et les dérvés loudo, loudro (S) « boue, fange » représentent le latin lǔtum « fange ». Les attestations viennent surtout de l’est- languedocien. est très fréquent comme toponyme, mais ne concerne pas la rivière, ni le département du Lot, qui s’appelle Olt, Out en occitan. 675. Lutosa, c’est-à-dire « la boueuse » est à l’origine de  Louze (Haute-Marne), Louzes (Sarthe), Leuze (Aisne et, en Belgique, Hainaut et province de Namur).( Longnon)

Laune, lona

Lona, lone « mare où l’eau est profonde et tranquille » (Camargue); lagune, étang, marais (Alibert) », fait le lien entre la Camargue  et la Norvège! Le norvégien  a le mot lôn « mare, étang » qui vient d’une forme germanique *luhno qui a abouti en ancien franc à *lohna ou *luhna. Dans le nord-est de la France, départements de la Meuse et de la Haute-Marne, nous trouvons des toponymes comme La Lonne, Sommelonne. Dans la Moselle une lone est un fossé d’assainissement dans les prairies » (Pegorier).

La laune est peu profonde » ( le site de Méailles, au N-W de Nice))

D’après le FEW le mot lone se trouve principalement dans les parlers franco-provençaux et en occitan à l’est du Rhône. Pourtant la première attestations de 1050 lona « étang » vient de Nîmes et en cherchant des toponymes à l’aide du site de l’IGN, j’en ai trouvé des dizaines, dont plusieurs dans le Gard, entre autres à Montfrin et Marguerittes où il y a le Pont de la Lone..

D’après l’ébauche d’un article dans Wikipedia : * Le Rhône : on dénombre plus de 250 lônes d’importance variable. * L’Isère : lônes de Francin, lônes de Pontcharra, Bois Français. »

Dans le site de Barbentane :  » La Lonne, autrefois appelée « La Roubine Vieille », est un ancien bras de la Durance qui, au moyen-âge, s’écoulait de la Ramière à St-Joseph vers le Pont de la Gaffe et le quartier Mouton. Elle reçoit la totalité des eaux du village pour les évacuer à l’ouest dans le contre-canal du Rhône. Le sous-sol de la plaine contient aussi de nombreuses lonnes souterraines, nappes créées par les comblements anciens ou creusées par les infiltrations du Rhône et de la Durance. »

Il reste à voir si le mot laune, dans les nombreux Mas de Laune a la même origine. Pégorier donne launo, lona « bande de terrain au milieu de rochers ou entre les bras d’une rivière; région basse où l’eau séjourne; ruisseau (Alpes-Maritimes); lagune, étang, mare (Camargue).

En Ardèche, dans le Pays de Crussol, il y a le Lone de l’Ove :

Lambrusquiero

Lambrusquiero de vedigan « cep de vigne sauvage servant à fabriquer une badine souple et légère utilisée par les manadiers » (Camargue)  vient de l’ancien languedocien lambrusquieira « cep de vigne sauvage » (Béziers, XIIIe s.) dérivé du latin labrusca, lambrusca, « vigne sauvage » qui a  peut-être été  emprunté à l’étrusque1

Ancien occitan lambrusca va signifier en occitan « grappillon » et « plante quelconque qui n’a pas poussée ». On retrouve la lambrusque dans quelques toponymes de Provence, comme le mas des Lambrusques, à Maussane-les-Alpilles, Bouches-du-Rhône, ou le quartier Lambrusque, à Forcalqueiret,Var2.

Tout le monde connaît le Lambrusco italien.  Dans le Breviari d’amor de Matfre Ermengaud de Bezers ( = Manfred …. de Béziers)   du XIIIe siècle nous trouvons:

Quan Noe de lambrusquieira
Plantet la vinha primeira
(d’après Raynouard)

Voir aussi l’article  vedigan.

Les Egyptiens l’avaient fait déjà, mais en Occident  c’est au XIIe siècle qu’on commence à décorer les plafonds et les parois des maisons avec des sculptures représentant des sarments: lambruschier. Les revêtements en bois, en marbre etc. qui garnissaient les murs d’une pièce étaient appelés des lambris, emprunté par le néerlandais : lambrisering.

Lambrusco

Abbaye de Vauclair                                                      Lambrisering aux Pays Bas

___________________________________


  1. Si vous voulez tout savoir sur l’étymon  protoroman  */la’brusk‑a/ ~ */la’brʊsk‑a/ s.f. « vigne grimpante … » consultez le Dictionnaire Étymologique Roman. Un grand projet de linguistique romane.
  2. Source

Jas, jasse

Jas « litière, gîte » (Camargue), jasse, jaç . Les deux formes sont très fréquentes dans la toponymie. Dans le Compoix de Valleraugue:  Maison geasse « bergerie ». Dans le classement « fonctionnel » de C. Lassure jas (m) : terme provençal (jaç en graphie occitane normalisée) employé pour désigner les grandes bergeries en pierres sèches (ou non) des Monts de Lure et d’Albion dans les Alpes-de-Haute-Provence. Ceci est confirmé par E.Fabre : « Le Jas est une grande hutte en pierres qui doit nous abriter la nuit, bêtes et gens. »


Jean Giono devant le jas de Bouscarle1

Dans le site de l’IGN on trouvait 474 noms de lieu composés avec le mot jas ! J’ai parcouru un peu cette liste et constaté qu’il y en a beaucoup dans les départements 04 et 05 , mais également dans la Loire (42), et 341 fois la graphie est jasse.

En latin le verbe jacere signifie « jeter, lancer, envoyer », mais aussi « poser », par exemple dans jacere muros « construire des murs » ou jacere fundamenta urbi « jeter les fondements d’une ville ». Il a dû exister un substantif dérivé *jacium « gîte » qu’on retrouve dans de nombreux patois italiens et galloromans au sud de la ligne Loire-Vosges ainsi qu’en catalan, avec 3 groupes de significations:

  • 1) gîte des animaux sauvages
  • 2) gîte ou parc pour les animaux domestiques
  • 3) litière , par ex. piémontais jas « pavement de l’étable », catalan jaç « litière; lit »(DE)

Ajassá « coucher, enfermer le bétail », verbe réfléchi « se coucher ».  En ancien occitan jatz signifie « gîte d’un animal sauvage » et il y a des attestations dans tout le domaine occitan, de Nice jusq’au Béarn. A partir de ce sens a été formé le dérivé ajassá « coucher », verbe réfléchi « se coucher », également très répandu.

Un lièvre dans son jas

Déjà en ancien occitan (1208) jas prend le sens de « parc où l’on faisait coucher les troupeaux de chèvres et de moutons dans les pâturages de montagne » et de là « bercail; bergerie ».  Ce sens se trouve principalement en provençal, y compris les vallées provençales de l’Italie, mais aussi en Ariège : « pont d’étable » et à Apinac (Loire)  » habitation rudimentaire avec étable et grange où le bétail séjourne en été ».
En languedocien nous retrouvons ce sens dans le dérivé jasso « petite métairie » (Alès) ou « bergerie » ( Alzon, Valleraugue, Lasalle) et le verbe ajassá « renfermer le bétail » (St André de Valborgne).

Le sens « litière » est provençal et languedocien. La zone continue en catalan.jaç « litière; lit ». En languedocien le mot jasses au pluriel était également utilisé pour la « litière des vers à soie » et ensuite a été créé le verbe desenjassá « déliter des vers à soie ».
Les sens jas « partie du melon qui repose par terre » (Pézenas) ou « bourbe » (Languedocien) font partie de la même famille.
Jaç
« placenta des animaux »(Ariège), voir jaïre.

  1. Son arrière petit fils Bruno Bouscarle m’écrit en janvier 2016  » Bonjour, sur l’illustration du mot Jas il est dit sous l’illustration : « Jean GIONO devant son jas.  » Or il ne s’agit pas de SON jas mais bien du Jas de Bouscarle acheté par mon arrière grand père dans les années 1890 et qui est toujours dans ma famille depuis cette date. Merci.

    De très belles photos du jas La Bouscarle et d’autres  monuments en pierre sèche du Plateau de Contadour dans le pays de  Haute Provence dans ce site