cat-right

Quincanela

Quincanela « faillite, banqueroute », quincanelle en français régional (Lhubac).

En moyen français la quinquenelle est un « Délai de cinq ans accordé à un débiteur qui fait la preuve qu’il a perdu la plus grande partie de sa fortune ». ( début 15e s, DMF).

C’est un emprunt au latin quinquennalis utilisé dans les Coutumes. La forme de l’ancien occitan est quinquinal. Ce n’est pas exactement une faillite, mais on l’accorde à un débiteur ne pouvant plus payer;  il a 5 ans pour le faire. Avec la moyenne d’âge de l’époque cela revenait au même. D’ailleurs Du Cange le définit par usurpatur

Du Cange

Esquillà, resquillà

Esquillà, resquillà avec le sens « déraper, glisser ». Voir l’article  quilha

Enquiller

Enquiller v. Dans la moyenne vallée de l’Hérault, G. Lhubac signale en français régional le verbe enquiller avec les sens :

  • « se faire avoir »; à mon avis il s’agit d’un euphémisme pour « entuber, enculer « ; l’expression est se faire enquiller. En argot enquiller « entrer, faire entrer (depuis 1725), pénétrer quelque part ». La métaphore est claire. Un visiteur me signale qu’ à Nîmes on dit enquiller une vis dans un trou, et enquiller des perles sur un fil. Je ne sais s’il s’agit de l’argot parisien qui est descendu dans le Midi ou de l’occitan qui est monté à Paris.
  • au figuré « endosser, assumer » comme en fr.populaire « caser, pourvoir d’une place » et en Sologne « endosser, mettre un vêtement »
  • « supporter, blairer au fig. », dans une phrase comme Cinq ans de prison, il faut les enquiller. (Lhubac). Probablement lié au sens « empiler ».

Le TLF  écrit argot  enquiller « dissimuler entre ses cuisses un objet volé » 1847.   Dérivé  de quille* sens  en argot  de « jambe ».

L’étymologie pourrait être quilha

 

Quilhar

Quilhar verbe transitif et pronominal  « placer dans un endroit très élevé; se percher », en français régional quiller (Manduel; Camargue); « dresser, empiler »(Alibert);  être quillé   se dit d’un « joueur au loto qui n’attend plus qu’un seul n° pour crier quine »(Andolfi).

Le verbe  est  dérivé de quilha « quille; plantoir, outil de gantier; jambe mince » d’origine germanique probablement ancien haut allemand kegil, allemand et néerlandais modernes kegel.

L’emprunt est  relativement récent. En français il n’y a pas d’attestations avant le début du XIVe siècle et en occitan les premières datent du début du XVIIIe s.
C’est l’emploi au figuré de quilha « jambe » comme fr. quille, attesté depuis François Villon, qui est à l’origine du sens « se percher ».

        

                                                                                                                              Quilho-mouto « traquet, oiseau »(M), quilhamota (Alibert).

Dans le FEW nous trouvons les significations suivantes: « se tenir sur une jambe, se jucher sur quelque chose d’élevé, comme les poules ». Le sens « se percher » se trouve surtout dans la région de Marseille et dans est-languedocien.

Est-ce que les Méridionaux sont des tricheurs?  Le verbe  quilhonar signifie « jouer » , mais aussi « duper, tromper ». On le dirait. Nous trouvons la même évolution sémantique dans maréla « jouer à la marelle ».

D’après Joblot s’enquiller est « partir à l’improviste. Se sauver en profitant d’un moment d’inattention: « j’ai vu le voleur au moment où il s’enquillait ». Le lien sémantique est peut-être la notion « prendre ses jambes à son cou » ou le sens « tromper, duper ».

Dans la moyenne vallée de l’Hérault, G. Lhubac signale en français régional le verbe enquiller avec les sens

  • « se faire avoir »; à mon avis il s’agit d’un euphémisme pour « entuber, enculer « ; l’expression est se faire enquiller. En argot enquiller « entrer, faire entrer (depuis 1725), pénétrer quelque part ». La métaphore est claire. Un visiteur me signale qu’ à Nîmes on dit enquiller une vis dans un trou, et enquiller des perles sur un fil. Je ne sais s’il s’agit de l’argot parisien qui est descendu dans le Midi ou de l’occitan qui est monté à Paris.
  • au figuré « endosser, assumer » comme en fr.populaire « caser, pourvoir d’une place » et en Sologne « endosser, mettre un vêtement »
  • « supporter, blairer au fig. », dans une phrase comme Cinq ans de prison, il faut les enquiller. (Lhubac). Probablement lié au sens « empiler ».

Dans le domaine galloroman le verbe quiller  et surtout  les dérivés esquillà, resquillà avec le sens « déraper, glisser »,  sont limités au Midi. Nous les retrouvons  dans  la  zone italienne et ibéro-romane voisine, quiller et  les composés avec  es- ou res- qui ont même sens « glisser sur, déraper, patiner ». Provençal resquilha, languedocien resquilha , esquilha. L’abbé de Sauvages (1750) donne reskinla « glisser », reskinladou « glissoire »; jouga a la reskinleto « jouer à écorche-cul ». (Un lecteur me signale que Littré connaissait ce jeu: « En glissant, en se traînant sur le derrière. Ces enfants jouent à écorche-cul. » ), resquiéto « glissoire ». Ce dernier signifie en provençal aussi « ricochet qu’on fait avec une pierre plate sur l’eau ».

Français resquiller « tricher » est un emprunt à l’occitan.  Von Wartburg a joint cette famille de mots à l’étymon kegil tout en faisant la remarque que la discussion reste ouverte parce que le lien entre quilha « quille » et esquilha « glisser », n’est pas clair ni du point de vue phonétique et surtout du point de vue sémantique.

Resquiller est entré dans le TLF, qui donne l’étymologie suivante:

Prononc.: [ʀ εskije], (il) resquille [-kij]. Étymol. et Hist. 1. 1910 intrans. « outrepasser son droit » (arg. des marins d’apr. Esn.); 1939 (Montherl., Lépreuses, p. 15); 2. 1910 trans. « obtenir sans payer » (arg. des marins d’apr. Esn.); 1918 arg. milit. (ds Esn. Poilu, p. 464: il avait resquillé tout le reste du litre); 1924 resquiller une place dans une auto (ds Esnault, Notes compl. Poilu). Empr. au prov.resquilla « glisser, faire un faux-pas » (Mistral), dér. de esquilha « glisser, fuir, s’échapper; s’esquiver », lui-même dér. de quilho, v. quille.

Voir aussi esquil « grelot ».

Mars 2018, un visiteur me signale le verbe ; »desquiller » ce mot était utilisé dans l ‘Hérault, dans le sens de  » faire tomber » . On desquillait une pigne en lui lançant des pierres. On desquillait les quilles au jeu de quilles. Et, curieusement, « desquiller » voulait dire aussi, galéger, exagérer, mentir. D’où « desquilleur » pour une personne dont on ne peut prendre la parole au sérieux.

« Tu desquilles! »: je ne peux pas te croire, tu exagères..

 

Queron, cairon

Queron « parpaing ».  Littré écrit au XIXe si-cle  : CAIRON. »Sorte de pierre servant à former les bords de la chaudière des savonniers.

De nos jours  presque toutes les maisons sont en  quérons : 2° Pierre molle qui sert à bâtir, et que l’on peut acheter toute taillée en petits cubes. Provençal moderne, caire, coin, angle.  » Voir carrel

Prègadieu

Prègadieu « mante religieuse ». Littéralement prie-dieu. Cet insecte a été nommé ainsi à cause de son attitude sacerdotale. La prègadieu, appelée aussi prègo-Diu-Bernado (< Bernardus ), bernada , prègo-bernado (Aveyron) , bernadèto (Aude) pregotswono (= Jeanne), lou prego-Dièu d’estoublo ou de restouble (Manduel), ce qui se dit aussi d’une personne maigre et pâle, n’est indigène qu’autour de la Méditerranée, mais avec les changements climatiques elle monte vers le nord. On la trouve déjà en Belgique. Dans l’Ile de France et en Allemagne c’est un insecte protégé! Interdiction de l’attraper ou de la tenir en cage!

Sur le remplacement de l’élément  Dieu  par  Bernado, tswono,  voir mon article  Galinetta  « coccinelle ».

  


Prairo, preveire

Prairo s.m. « praire = Mollusque lamellibranche du genre Vénus, comestible, très répandu sur les côtes méditerranéennes et océanes. »(TLF). D’après Mistral c’est un « mollusque vénus » ou « un gros ventricule du cochon »; lou preire double est un mollusque d’un goût exquis le « venus verrucosa » qu’on trouve abondamment à Toulon. Cette remarque explique peut-être le dicton  lou praire fai lou laire « l’occasion fait le larron » ( Sauvages) . Dans l’article preire de Wilipedia, vous  trouverez le conseil suivant:

« Elle peut se manger crue en l’ouvrant avec un couteau. Pour ce faire, glisser une lame très fine par l’arrière, et faire glisser sur le côté. Cuite, elle est délicieuse au four avec un beurre d’ail. »

                                                                            

prairo Ø 4 cm minimum                                                 preire                       

Lou prèire rouge « cardita sulcata » est un mollusque à chair rouge » (M).  A Nice un baio-preire , littéralement un « baise-prêtre », est le nom de plusieurs plantes épineuses.

L’étymologie est une forme du latin populaire previter qui doit provenir d’une variante du bas latin *prébiter,*praebiter  du latin classique presbyter « prêtre » (TLF). Previter est attestée dans une inscription à Velletri, une ville au sud de Rome. Il reste le problème du genre: français preire est féminin, occitan praire masculin. Cette  forme populaire previter a été conservée en franco-provençal et dans une partie du provençal et du languedocien. Par exemple à Barcelonette preire « prêtre » et au figuré en Aussois (Savoie) prére « punaise des champs » (de couleur noire comme les soutanes ?), provençal preire « sorte de coquillage » (FEW IX, 358b).  Mais pour le FEW XXI, 268a le mot est d’origine inconnue.

Le latin classqiue presbyter qui  a abouti à  prestre en occitan. La première attestation vient de la Chanson de Ste Foy (1060). Anglais priest, Néerlandais priester, Allemand Priester. 

La même racine latine presbyter, non pas au nominatif  (avec l’accent sur pres-) mais à l’accusatif presbyterum (avec l’accent tonique sur –ter-) a abouti en occitan à preveire « prêtre », et au figuré en languedocien perbeire « gadus minutus » appelé aussi capelan. Il doit y avoir une explication de ce transfert dans l’aspect physique de ce poisson.

perbeire-capelan

Pounent

Pounent « vent d’ouest ». s.m.

Français ponant « ouest » est un « emprunt à l’ancien provençal ponen «ouest, vent d’ouest» (XIIes. ds RAYN. et LEVY Prov.) qui remonte au latin populaire sol ponens «soleil couchant» (d’où aussi italien ponente, espagnol poniente), expression. formée avec le part. prés. de ponere «se poser, se  coucher (en parlant des astres)», sens supposé d’après l’italien porre «se coucher (en parlant du soleil)» (à la place du latin occidere (occident*) » CNRTL

Potona,poutouno

Potona adj. f. « mignonne ».  Dans l’Alibert apparaissent au milieu des nombreux dérivés de pot « lèvre », les adjectifs  potonet (1), potoneta adj. MANIÈR « craquant, craquante » ainsi que potonta nom f. « poupée », potonton nom m. « petit poupon » loc., potontonejar v. intr. MANIÈR « pouponner ». L’idée que ces mots appartiennent à la même famille que poutou(n) est à première vue tentant. A qui d’autre donner un poton qu’à une potona?

Mais dans le dictionnaire de l’abbé de Sauvages sont mentionnés  poutoto (S1) et dans S2 poutouno « mignonne » et son diminutif poutounero. Mistral cite poutounto « poupée » en Rouergue, poutoutounéja « dorloter, faire sauter un enfant sur ses genoux ».

Un doute s’est installé et en cherchant je trouve que le latin connaît en effet un substantif pŭtus « petit garçon, enfant »,  une variante de pusus  (Gafiot) attesté chez Virgile, qui s’excuse de l’emploi de ce mot familier! Il n’apparaît pas dans d’autres textes classiques, mais seulement plus tard dans des glossaires. Putto est encore vivant dans les parlers de la plaine du Po comme dans les parlers occitans. Il y a aussi quelques attestations du lyonnais .

Titre :  Putto con vase di fiori

Le FEW a rangé dans le même article pŭtus, les noms provençaux de petits poissons comme le poutino « cepola » (Var), ou des « petites sardines », nom qui est passé en français dans la forme potinière « maille très serrée de certains filets avec lesquels on prend de petites sardines » (Littré). Poutiniero > français potinière « filet à mailles serrées » est resté dans les Larousse jusqu’en 1932.

poutino cepola rubescens

Plusieurs étymologistes (Diez, Dauzat) pensent que putana « prostituée » est aussi dérivée de putus. Le FEW préfère pour des raisons sémantiques et phonétiques l’étymologie putidus « pourri, gâté, puant, fétide ».

Espouterla

Espouterla « rompre le bec d’un vase » à Toulouse, voir l’article  pot, poutoun