cat-right

Boudego

Boud√©go, bodega s.f. « grande cornemuse de la Montagne noire languedocienne faite dans une peau de ch√®vre enti√®re »¬† m’√©crit une visiteuse. Cliquez sur le lien pour beaucoup plus d’informations! « cornemuse » (Aude); « personne ventrue » (Alibert). Mistral donne aussi le sens « vessie » et boudeo, boudego√ļ « petite cornemuse »: boudegaire « joueur de cornemuse ».

      !  

Ci-dessous, √† gauche: Les peintures du plafond datant du XVe s. du ch√Ęteau de Capestang. Cr√©dit photo : Association de sauvegarde du patrimoine capestanais. A droite : Un tambourina√Įre et un bodega√Įre entament peut-√™tre une « carole » sur un des chapiteaux polychrome de Villardonnel . Cr√©dit photo : JL Matte.

        

Dans le FEW le mot est class√© dans les Incognita, vol.23, p.147a., mais l’auteur ajoute qu’il fait probablement partie de la famille de mots qui sont sortis d’une racine onomatop√©ique *bod-, ce qu’il avait fait d’aiulleurs 50 ans plus t√īt dans le vol. I, p.423a : « boudego « cornemuse » Toulouse, Aude id. M. » Il a d√Ľ l’oublier.

La racine *bod- a le sens de quelque chose de « gonfl√©, renfl√©, lippu ». A ce groupe appartiendraient des mots comme fran√ßais boudin, languedocien boudeno « ventre », occitan boudenfla « enfler », fran√ßais bouder, etc. L’article *bod- du FEW a paru en 1926 et ne fait pas partie des articles revis√©s. 1

Je pense que les repr√©sentants de buttis « tonneau », principalement ancien occitan bot et bouto « outre » ont jou√© un r√īle important dans l’histoire de ce mot. ( Voir bout « outre, tonneau » ci-dessous. Le FEW classe le verbe boudenfla « enfler » dans l’article *bod mais boutenfla dans l’article buttis. Il est √©vident que dans l’evolution les deux familles de mots se sont mutuellement influenc√©es. Il est impossible de distinguer les repr√©sentants de *bod- des repr√©sentants de buttis « sorte de vase » voir bout.

En Catalogne il y en a d’autres: El sac de gemecs « le sac des g√©missements « est un des noms de la cornemuse catalane. Suivant les lieux d’autres vocables seront utilis√©s, dont bot et cabreta (< capra « ch√®vre »). Cette cornemuse poss√®de trois bourdons pendant vers le bas. On la trouve en Catalogne nord (Pyr√©n√©es Orientales), en Catalogne sud (Principat de Catalunya), et √† Mallorca, avec de faibles variantes chaque fois. El bot aran√®s vient du Val d’Aran, cette partie de l’√©tat espagnol qui est en r√©alit√© de langue occitane mais qui a coutume d’utiliser √©galement le catalan. Le bot est une cornemuse rustique qui poss√®de au moins deux particularit√©s :

  • - le pied fonctionne avec une anche simple (comme sa proche voisine gasconne, la boha, et contrairement au sac de gemecs).
  • - il n’a pas de bourdon, ce qui est rare pour une cornemuse… Il se joue en doigt√© ouvert ou ferm√©, en fonction de la fabrication.

 

                                                                                    Bot aranes et                                                                                       el sac de gemecs

Dans Wikipedia catalan il y a une page sur les cornemuses en Europe!

Voir aussi l’article bout « tonneau, outre ».

______________________________________

Notes
  1. Pour les tr√®s int√©ress√©s il y a l’article prelat.bot(t)-; bond-/bold-; but(t)-;pott- ‘gonfiore; cavit√†’ dans le LEI

Brau "taureau"

En Camargue¬† le brau est le ¬ę¬†taureau √©talon d‚Äôorigine domestique¬†¬Ľ 1, mot qui a remplac√© tau dans beaucoup de parlers locaux. Le sens varie suivant les localit√©s entre « taureau entier » et « jeune taureau ».

Brau vient du latin barbarus au sens ¬ę¬†sauvage, non domestiqu√©¬†¬Ľ. En ancien occitan l’adjectif¬† brau, brava a pris le sens¬† ¬ę¬†farouche, rude, mauvais¬†¬Ľ, qui d’apr√®s Mistral s’est conserv√© en languedocien et gascon, mais il est consid√©r√© comme « vieux ».

Le brau¬† est le taureau entier qui vit en libert√©, dans le pr√© avec les vaches.¬† Le bi√≤u de la Camargue est une race bovine et d√©signe plus sp√©cialement un taureau castr√© √† l’√Ęge de un an (suivez¬† le lien).

Lou Brau, Re√Į de l‚ÄôAubrac,
se repauso i mitan de sas vachos

La dormeuse a trouv√© dans le compoix de Mirepoix de 1766, le toponyme planel de Brau¬†un terrain plat qui d’apr√®s les vieux Mirapiciens¬† s’appelait encore le « planel des vaches‚ÄĚ en 1950.¬† Elle signale aussi un autre sens du mot brau¬† « une terre de limon, fertile, mais de travail difficile », soit encore un ‚Äúsite boueux ».¬† Le FEW ne nous fournit que des attestations en gascon pour le sens « marais, bourbier » et l’√©tymologie de ce brau¬† est inconnue.

Barbarus devenu bravo en espagnol, y prend √† partir du XVe si√®cle le sens « courageux, fier ».¬† Bravo!¬† a √©t√© introduit en occitan, comme ailleurs, √† partir du XVIe si√®cle.

Plus r√©cent est le d√©veloppement du sens de brave qui est¬† devenu synonyme de¬† « honn√™te, probe, sage ». De nos jours le mot devient presque p√©joratif: « gentil mais un peu b√™te ».

L’anglais brave¬† signifie »courageux », mais le n√©erlandais braaf et l’allemand brave « sage » surtout¬† en parlant des enfants; le¬† su√©dois et le norv√©gien bra « ob√©issant ».

      

braaf  et brau

Voir auss les articlesi tau(r)  et biou.

Notes
  1. Voir Thesoc s.v. taureau pour la répartition géographique des types lexicographiques

Biòu

Bi√≤u « taureau ». Utilis√© surtout en Camargue. Prononcez [bi√†ou]. Il vient du latin bos, accusatif bovem « boeuf, vache ». Pour les Camarguais une vachette est aussi un « biou » et ils respectent donc la langue latine telle que des Romains la parlaient.

le biou et le raseteur

Pour tout savoir, visitez le site de R.Domergue. Un biòulas est un gros taureau et un bioulet un petit.

Un taou(r) sert √† la r√©production. Quod licet Iovi, non licet bovi. (Ce qui est permis √† Jupiter, n’est pas permis √† un bi√≤u.)


Tau, taur

Tau(r) « taureau entier ». L’occitan a conserv√© la diphtongue -au- du latin : causam > causa, pausam > pausa, et taurum > taur, tau.

En Camargue le tau est le « taureau non bistourn√© », les autres s’appellent bi√≤u.¬†

Un toisi√®me type est le brau « taureau √©talon d’origine domestique » (Camargue), mot qui a remplac√© tau dans beaucoup de patois. Brau vient du latin barbarus au sens « sauvage, non domestiqu√© ». En ancien occitan brau adjectif signifie « farouche, rude, mauvais » comme substantif¬† « taureau ».

brau d'Aubrac

Lou Brau, Re√Į de l’Aubrac,
se repauso i mitan de sas vachos

Posaraca

Posaraca « puits √† roue »(XIIIe s.) posaranca, posalanca etc. A Arles le fameux arpenteur Bertrand Boysset a not√© la forme poaraqua en 1395, d’apr√®s un article dans la revue Romania21(1892)p.540 :

¬†D’apr√®s de nombreux dictionnaires occitans il s’agit d’un puits √† roue et non pas d’un puits √† bascule comme l’indique Alibert.

Un visiteur me signale que je n’ai pas donn√© l’√©tymologie de ce compos√© posaraca, posaranca, pouzaranco,¬† etc. Je rattrape cet oubli.L’abb√© de Sauvages a eu une id√©e:

Mais il n’est pas suivi par Mistralqui donne 6 variantes pouseraco, pousaraco, pousaranco, pousalanco, pousolonco, pousolongo, et propose de l’expliquer comme un mot compos√© de posar (puiser) +- racar (vomir, rendre). Cette √©tymologie est aussi donn√©e par le FEW : (il) posa + (il) raca « il puise et il crache ».

La premi√®re attestation occitane date de 1200. Pour l’√©tymologie de racar cliquez.
Les formes avec l’insertion d’un -n- sont dues √† une √©tymologie populaire qui a assimil√© la terminaison -aca au suffixe -enco, -anco tr√®s fr√©quent en occitan.

Le commentaire d’olive34 ci_dessous m’a incit√© √† mettre une petite vid√©o¬†¬† sur Youtube

Une deuxième video, cette fois avec un cheval faite par un ami  à Manduel le  2012-10-09