cat-right

Turro, turras "motte de terre"

Turro, turras « motte de terre ».¬† Dans quelques endroits c’est aussi la « souche d’un arbrisseau ». Alibert distingue la turra « motte » et turras « grande motte ».

turras "grosses mottes de terreé

de vrais turras

Raymond Jourdan de Montagnac, viticulteur, écrit:

Apr√®s avoir bris√© les mottes « turras« , on passe la herse « rascle » et derri√®re une planche pour niveler le sol pour pouvoir tracer le rayonnage….

Le mot turra, turro¬† est tellement ancien que les √©tymologistes ne sont pas d’accord sur son origine. Meyer-L√ľbke a¬† propos√© une racine *turra « √©minence, talus » ,¬† d’origine gauloise, qu’on retrouve dans d’autres langues celtiques comme le cymrique1 twrr « tas », l’irlandais torrain¬† « j’entasse » et le breton tur « taupin√©e ».

Paul Aebischer 2 propose une racine pr√©-indo-europ√©enne *taur,¬† en rapport avec le languedocien tourel¬† « monticule » et le nom de¬† la cha√ģne de montagnes turques Taurus,¬† Dans la bouche des Gaulois cette racine serait devenue *teur, *taur¬† ou *tur. Voir l’article de¬† Julio C. Suarez¬†¬† qui cite de nombreux toponymes¬† Tur√≥n¬† en Espagne. ¬† Von Wartburg (FEW XIII/2, 434b)¬† y oppose que le latin torus « toute esp√®ce d’objet qui fait saillie; √©minence »¬† convient parfaitement pour les nombreuses formes et significations qui existent dans les parlers issus du latin.

Dans beaucoup d’endroits, les mots issus de la racine *turra¬† et ceux issus de torus vivent en cohabitation.¬† La difficult√© de l’√©tymologie est surtout d’ordre phon√©tique. Le -u- , prononc√© √ľ,¬† ne provient r√©guli√®rement que d’un – Ňę -, prononc√© -ou- long, latin.¬† Nous avons donc affaire √† deux familles diff√©rentes, m√™me si les significations et les localisations sont tr√®s proches.

Turro « motte de terre » et ses d√©riv√©s¬† se trouvent¬† en languedocien et en gascon. Esturrass√†¬† « √©motter, assommer; herser ». Dans le Val d’Aran et √† Arrens (Htes-Pyr) une motte de terre s’appelle¬† turrok.

Notes
  1. la langue celtique du pays de Galles
  2. Aebischer, Paul. (1948) « Le catal√°n tur√≥ et les d√©riv√©s du mot pr√©latin *taurus ». Bullet√≠ de Dialectolog√≠a Catalana.17 Gener-mar√ß (pp. 193-216). Barcelona. que je n’ai pas pu consulter

Garriguette, la benjamine de la famille Garric

Garric « ch√™ne kerm√®s; ch√™ne blanc; ch√™ne nain; ch√™ne en g√©n√©ral » (Alibert). Garriga « garrigue, terre inculte o√Ļ poussent les garrics; ch√™naie rabougrie ». Garriguettes, gariguettes¬† « vari√©t√© de fraises cr√©√©e en 1978″.¬† L’√©tymologie est une base pr√©romane¬†*karr- ¬ę ch√™ne ¬Ľ ou¬† *karri- ¬ę pierre ¬Ľ sur laquelle les avis des √©tymologistes divergent.

Garric « ch√™ne kerm√®s » est attest√© en occitan depuis 1177¬† en Rouergue(TLF).¬† Son d√©riv√© garriga « (terrain avec) des taillis de ch√™ne »¬† se trouve¬† en latin m√©di√©val dans tout le domaine occitan. La premi√®re attestation vient d’un texte de 817¬† fait dans le¬† Couserans, une province gasconne dans l’Ari√®ge.

Extrait de Niermeyer, Jan Frederik, Mediae latinitatis lexicon minus;  2 vol. Leiden, 1976. Vous pouvez consulter des extraits, dont la suite de celui-ci,  avec Google Livres.

Une comparaison de la carte de l’Atlas Linguistique de la France (ALF)¬† avec l’article de Mme J. Ubaud¬† sur les noms des ch√™nes en occitan, montre clairement l’effet catastrophique de la normalisation voulue par les¬† « occitanistes ». Un exemple.¬† M√™me les rares¬† occitanophones dont l’occitan est la langue maternelle, doivent chercher dans un dictionnaire pour savoir comment appeler un « ch√™ne kerm√®s ». Mme Ubaud veut imposer¬† avaus, mot plut√īt rare.¬† Le mot garric¬† ne se trouve m√™me pas dans son article.¬† Pour conna√ģtre la r√©alit√©, mieux vaut de consulter le Thesoc s.v. ch√™ne.

Carte extraite des¬†¬† Lectures de l’ALF¬† de Gilli√©ron et Edmont. Du temps dans l’espace. par G. Brun-Trigaud, Y. Le Berre et Jean Le D√Ľ. Voir Sources, liens, s.v. ALF¬†

Ces donn√©es sont √† compl√©ter par celles, incompl√®tes h√©las, du Th√©soc, qui montre que la zone garric¬†¬† est ou √©tait plus √©tendue. Il y a¬† une attestation de garric¬† pour la Charente!¬† L’article *karra¬† du FEW a √©t√© publi√© en 1940 et beaucoup de donn√©es manquent bien s√Ľr.

Plus sur l’√©tymologie de garric et¬† garriga¬† dans le TLF s.v. garrigue.

La garriguette par contre n’a rien de pr√©roman. Sa naissance date de 1978. Son histoire romanc√©e :

Ou et quand est née la première gariguette?

- La premi√®re gariguette a vu le jour en 1978 dans les laboratoires de l’INRA √† Avignon apr√®s 16ans de mise au point.1

se trouve dans le blog « Les V√©g√©taliseurs ».¬† Cette histoire montre que la recherche peut cr√©er du travail et de¬† la richesse. Int√©ressant dans la situation √©conomique et politique actuelle.

_____________________________

Notes
  1. Pour √©viter que la suite se perde, je l’ai copi√©e et vous pouvez la¬† lire ici gariguette tir√©e_de Les Vegetaliseurs.

Condamine "bonne terre"

Condamine , condamina¬†¬† en ancien occitan (XIIe si√®cle) avec le sens « terre affranchie de charges » est un terme cr√©√© sous la f√©odalit√© √† partir du¬† latin cum + dominium « propri√©t√© commune ».¬† On le trouve dans les textes en latin m√©di√©val dans la forme condamina, condemina ,¬† etc. probablement issue du pluriel condiminia.
Le mot est rest√© vivant dans le sud de la France, surtout le sud-est¬† jusqu’au d√©partement¬† de l’Aude. Dans la toponymie on le trouve jusqu’en Territoire de Belfort. (Voir dans le paragraphe Toponymie le lien vers le P√©gorier).

Condamine-Chatelard (04)

A la base des significations dialectales actuelles est le sens « terre non soumise aux charges f√©odales ». 1
Dans les parlers franco-proven√ßaux¬† condemine¬† signifie « prairie appartenant au seigneur », en dauphinois « terre arable » et en languedocien « bonne terre r√©serv√©e dans un domaine ».

En catalan¬† coromina , conomina a pris le sens « p√©ninsule dans un cours d’eau ».

Il y a la rivière et la réserve naturelle  Condamine  en Asutralie.

Condamine Australie

The Condamine is located at the headwaters of the Murray-Darling Basin in southern Queensland and is home to approximately 162,000 people. The Condamine River is a tributary of the Darling River, the longest river in Australia. The region encompasses all or part of 13 local governments and has an extensive network of Landcare organisations and sub-catchment groups.

_____________________________________________

 

Notes
  1. Remplacez f√©odales¬† par sociales¬† et vous constaterez avec moi qu’il n’y a rien de nouveau sous notre soleil)

Gaba "gave" en Béarn et Bigorre

Gave¬† « rivi√®re » dans le sud-ouest¬† est un subst. f√©minin dans les d√©p. des Hautes-Pyr√©n√©es et les Pyr√©n√©es-Atlantiques : g√†o¬† d’apr√®s l’ALF, masculin ailleurs.¬† L’etymologie est moins √©vidente que je ne croyais.¬† Je ne voyais¬† pas de contradiction entre le toponyme Gave, anciennement Gaba « rivi√®re » en B√©arn et en Bigorre¬† et le sens « gorge, jabot; goitre »( cf. gavot). Surtout en montagne, les rivi√®res passent souvent par des gorges. Cf. Wikipedia¬† Gave¬† .

Mais d’apr√®s le TLF des recherches r√©centes montrent qu’il s’agit plut√īt d’un mot pr√©roman gabatro* :

D’apr. leur forme et celle de leurs d√©r. Gabarret, Gabarrot (v. Raymond, op. cit.), ces mots semblent reposer sur une base pr√©romane *gabaru, *gabarru (Rohlfs Gasc.3, ¬ß 69, 479; cf. fin viiie-d√©but ixes. lat. m√©di√©v. gabarus Th√©odulfe d’apr. Dauzat Topon. √©d. 1971, p. 138); v. aussi J. Hubschmid, Pyrena√ęnw√∂rter vorrom. Ursprungs, ¬ß 42 qui rapproche les termes pyr√©n√©ens de l’a. prov. gaudre ¬ę ravin, ruisseau ¬Ľ reposant sur une base pr√©romane *gabatro √† laquelle il rattache le lat. imp. gabata, gavata ¬ę jatte, √©cuelle ¬Ľ [v. jatte] – et Id., Sardische Studien, ¬ß 23. Une base pr√©romane *gava ¬ę cours d’eau ¬Ľ (FEW t. 4, p. 83a) para√ģt moins satisfaisante. Bbg. P√©gorier (A.). √Ä travers le Lavedan. Vie Lang. 1962, p. 468.

L’histoire des mots¬† qui appartiennent aux substrats et sont souvent pr√©historiques, est souvent difficile √† reconstruire et je ne m’y risque pas.¬† Il y a une litt√©rature abondante, si vous voulez approfondir.

Le FEW¬† classe le mot marseillais gabin¬† « petite mare d’eau croupissante » dans le m√™me article et il renvoie vers l’article gavia « mouette » pour d’autres mots qui pourraient appartenir √† la m√™me famille. Voir l’article gabian.

 

Le Gave de PauLe Gaver de Pau au printemps

Patrick Bruel et Pieter Breughel ont un étymon en ...

Brueil, bruel¬† « breuil, petit bois clos ». Un mot du vieux languedocien (v.l.) et’un toponyme :

L’√©tymologie de l’abb√© de Sauvages (S2), le grec bruein¬† n’est certainement pas la bonne. Le FEW I, 555b propose une origine gauloise, *brogilos « bois clos »¬† deriv√© d’un autre mot gaulois broga « bord, limite » (voir mon article broa). qui a √©t√© repris par la f√©odalit√© carolingienne.¬† BrŇŹgilo appara√ģt pour la premi√®re fois dans une des Capitularia de Charlemagne¬† ( Polyptique de St-Irminon, Capitulare de Villis) vers l’an 800. [1.Holder, Alt-Celtischer Sprachschatz I 619 vlg. en Nachtr. 984 vlg.] :

Ut lucos nostros, quos vulgus brogilos vocat, bene custodire faciant. (qu’ils fassent bien garder nos terrain que¬† le peuple appelle brigilos)(source)

Ce sens f√©odal « terrain appartenant au seigneur » est attest√© en ancien lorrain bruel « pr√© seigneurial que les habitants d’un village √©taient oblig√©s de faucher »¬† et en ancien alsacien br√ľgel¬† « pr√© destin√© √† √™tre au service priv√© du seigneur ».

Mais le vol.I du FEW date de 1922. Comme je viens de d√©couvrir que la lettre B du¬† Lessico Etimologico Italiano¬† est disponible sur le web, j’en profite pour vous envoyer vers l’article brogilos.¬† Je n’ai rien √† y ajouter, sauf que le m√™me mot existe aussi en n√©erlandais; voir ci-dessous.

J’ai essay√© de traduire le premier paragraphe avec Google traduction, une catastrophe !. Tout francophone et surtout tout occitanophone¬† comprendra mieux l’italien que la traduction Google. Comme preuve, voici l’original et la « traduction »:

La voce *brogilos, derivato di broga ‘campo, limite’ (scoliaste di Giovenale, Gaff., TLF 4, 944a), pare essere relitto gallico, dato che conti- nua unicamente nell’Italia settentrionale e nella Galloromania (cfr. Pellegrini,SSCISAM 21,459). Il significato pi√Ļ esteso sembra quello di ‘giar- dino cintato; frutteto; verziere’ (I.1.), cfr. friul. broil ‘poderetto annesso alla casa, cinto da un muro, coltivato a viti, alberi da frutta ed erbag- gi’ (PironaN), b.engad. br√∂l ‘frutteto’ (DRG 2, 522a), occit.a. brolh (1160ca., BernVent, Appel 9,
* Les brogilos ce point, sur le terrain d√©riv√© Broga ‘ Limiter ‘(scholiaste Juv√©nal, Gaff., TLF 4, 944e), semble √™tre l’√©pave gallique, comme con- nuent seulement dans le nord et Galloromania (voir Pellegrini, SSCISAM 21.459). Le sens semble plus √©tendue que ¬ęgar- dino cl√ītur√©, verger, verger ¬Ľ(I.1.), Cf. Friul. petite ferme du gril ¬Ľattach√© √† la maison, entour√©e d’un mur, plant√© de vignes, arbres fruitiers et des erbag gi ‘(PironaN), b.engad. Br√∂l ¬ęverger¬Ľ (DRG 2, 522e), occit.a. brolh (1160ca., BernVent, Appel 9,

Patrick Bruel    Saint-Jean de Bruel (Aveyron)  St-Jean-de-Bruel, Aveyron

Allemand br√Ľl « pr√©; r√©serve des cerfs » (plus chez Grimm ) vient √©galement de brogilos.¬†¬†¬†

A toutes ces attestations je peux apporter une petite contribution:¬† le mot n√©erlandais breugel¬† maintenant vieilli et qu’on ne trouve que dans des noms de lieu et de personnes comme en France, fait partie de la m√™me famille, d’apr√®s de Vries,¬† NEW. (= etymologie-bank) qui √©crit que le sens d’origine semble √™tre « terrain clos ».¬† Il y beaucoup de formes diff√©rentes. Cela s’explique par le fait qu’il s’agit d’un emprunt¬† mal int√©gr√©.¬† Une de ces formes, celle du Brabant, m’ a intrigu√© particuli√®rement : bruel.

Le nom  le plus connu est  bien Breughel, graphié  autrefois Bruegel un village dans le Brabant néerlandais et un autre en Belgique. (plus dans le Tijdschrift voor Nederlandse Taal- en Letterkunde. Jaargang 31. E.J. Brill, Leiden 1912   consultable  sur le web).

Notre Patrick Bruel  se trouve donc en très bonne compagnie, Pieter Breughel :

Pieter Breughel

Page 10 sur 30« Premi√®re page‚Ķ89101112‚Ķ2030‚ĶDerni√®re page »