cat-right

Rabas, rabasso "truffe"

Rabas, rabasso « truffe », rabassier « ramasseur de truffes ». L’étymologie est le latin rapum « rave » + suffixe -acea.

rabassié

rabassié

Dans la bas-dauphinois, à Grenoble, en provençal,  en est-languedocien  et en Dordogne rabaso, rabasso  désigne la » truffe », un rabasié  est un chercheur de truffes; celui qui conduit les porcs à la recherche des truffes ».  En dehors du domaine des chercheurs de truffes rabas  a gardé des significations plus proches de son étymon rapum « rave », comme par exemple « racine d’un arbre, souche ».   En Ariège un rabasié  est une « houe pour le vigneron »; l’adjectif languedocien rabassot signifie « courtaud, trapu » (S2), rabasset à Marseille

Rabassa  est attesté en ancien occitan dans le département de l’Aude et les environs  avec le sens « réséda des teinturiers », ce qui est expliqué par von Wartburg[1. FEW X, 74 n24 ] par le fait que  les feuilles de cette réséda ne sont pas coupées mais vendues  avec la racine. Cette réséda est souvent confondue avec la gaude  « le pastel« . Voir cet article sur le pays de Cocagne. Pourtant la gaude, « guède » en français est une plante herbacée (Crucifères) à petites fleurs jaunes et dont les feuilles étaient utilisées en teinturerie jusqu’au xixe siècle pour leur matière colorante bleu foncé. RollandFlore ne donne qu’une seule fois rabassa  comme nom populaire de cette réséda.

réséda des teinturiers   

Rabas « truffe » est un homonyme de rabas  « blaireau ».

Si vous voulez savoir plus sur l’histoire des rabassaires catalans, dont le nom a la même étymologie, il vous faudra googler…

Cabessaou "coussinet"

Cabessaou « tortillon, bourrelet, coussinet qui sert à porter un fardeau sur la tête ». Une image d’un cabessaou  par René Domergue (Montpezat).  L’étymologie est  capitium  qui en latin signifie « ouverture pour la tête dans une tunique ». Mistral donne les formes suivantes:

La forme la plus courante est cabessaou  avec un -e-.   

Il y a un autre groupe de mots qui y ressemble beaucoup, dont le verbe cabussar « plonger avec la tête  en avant ».  Ce verbe   et ses dérivés, qui sont très fréquents dans tout le domaine occitan, sont  classés par le FEW dans l’article caput « têtepour des raisons d’ordre phonétique.

Dans le Thesoc je trouve s.v. « tortillon » les formes cabessal, cabessala, cabelhada, capelada et capeluda  dans lesquelles il y a manifestement de l’influence du mot caput  et de ses nombreux dérivés.

Un visiteur originaire de la  Vaunage m’écrit:

Bonjour,
Je ne trouve nulle part le mot cabusaou ou cabusau.
Le cabusaou était confectionné avec un « sac à patates  » bourré de paille.
Il enserrait la tête et portait sur les épaules du porteur pendant les vendanges.
Il fallait bien sûr quelques coutures pour lui donner la bonne forme.
La comporte était posée dans un rang, le porteur (qui ne portait rien à ce moment là) ou les coupeurs vidaient les seaux dans la comporte. Une fois pleine, un vendangeur aidait le porteur à poser la comporte sur la tête du porteur (d’où le nom comporte, porter avec), ou plutôt sur le cabusaou. Le poids était donc réparti sur la tête et les épaules du porteur.
Double avantage par rapport à la hotte, on ne porte que quand c’est plein ou vide; on porte sur la tête et les épaules.
Ici, en Vaunage, 10 km à l’ouest de Nîmes.
J’ai été porteur en 1969, et le tombereau été encore tiré par un cheval.

N’ayant pas trouvé cabussaou  avec  ce sens dans l’Alibert, ni dans le Trésor de Mistral1, je me suis adressé à Gérard Jourdan, qui m’avait envoyé la description de la  Culture de la vigne ne Languedoc  au début du XXe siècle faite par son père. Il m’a donné la réponse détaillée que voici:

Bonjour Robert,
hé non ! ce terme de cabusaou n’est pas dans le vocabulaire de Montagnac ; chez moi, donc, les ustensiles de la vendange étaient les suivants :
un seau (d’environ 8 litres) rempli par le coupeur ( lou coupaïré),
le leveur de seaux récupérait le seau plein (lou farrat) et le vidait dans une comporte en bois (environ 100 litres) la semal dans laquelle lou quichaïré, avec lou quichadou, comprimait cette vendange.
Quand la semal était pleine, elle était soulevée par deux porteurs avec deux gros leviers : les sémaillés et transportés jusque sur la charrette équipée de ridelles en fer (vous avez un schéma de cette charrette dans le document de mon père).
Donc chez nous rien de ce cabusaou.

Mais j’ai quelques souvenirs qui s’apparentent un peu à cet objet.
Lors de vendanges dans la région de Lunel ( donc pas très loin  de la Vaunage), dans les années 1970, je me souviens d’avoir utilisé le seau comme chez moi mais on le vidait dans une comporte en zinc, plus petite que la nôtre, emportée vers le tombereau par un porteur qui la plaçait sur sa tête protégée par un tortillon de jute et de ficelle.
Je me demande d’ailleurs comment le porteur de la Vaunage portait une comporte même plus petite que la nôtre, ou alors c’était plutôt une hotte qu’il portait sur les épaules.

De la même façon, je me souviens d’avoir vu ma grand-mère espagnole ( native de la région de Murcie) transporter un cuvier plein de linge de sa maison au lavoir du village ( à Montagnac) sur la tête qu’elle protégeait avec le même tortillon que pour les vendanges.
Enfin, toujours à Montagnac, je me souviens d’avoir « badé » (regardé curieusement) l’ouvrier du fournisseur de charbons, François Carminati ( qui était un copain à mon père) en train de transporter des sacs de boulets de charbon (qui devaient faire au moins 50 kg) sur la tête et les épaules qu’il protégeait avec un sac de jute qui lui couvrait la tête et les épaules, mais je ne me souviens pas s’il était rempli de paille.

Grâce à la coopération de mes visiteurs, nous apprrenons que non seulement les formes variaient beaucoup, mais aussi l’utilisation du tortillon. La description de la vendange à Montagnac par Raymond Jourdan  est très instructive.

Notes
  1. J’avoue avoir mal cherché

Rasclauso "écluse"

Resclauso en occitan m’écrit un visiteur.  Il est vrai, en provençal et en languedocien les attestations  avec -e- sont majoritaires. Mais les Manduellois appellent le quartier du Mas du Moulin la Rasclauso1 et l’abbé de Sauvages leur donne raison.   Une rasclause  est une retenue d’eau qui sert à faire tourner un moulin à eau. Il y a une rasclauso  bien conservée et restaurée à Laudun. Mistral donne les formes que voici:

Le mot resclauso  est attesté depuis le Moyen Age en Provence et dans l’ouest du Languedoc (Gard, Hérault). L’abbé de Sauvages écrit:

Rasclaouzo construction de pierre ou de charpente qui sert à élever les eaux. Une écluse de moulin est une petite chuassée, élevée qui sert à amasser l’eau d’un russeau ou d’une fontaine. Das ce dernier cas le bassin que forme l’écluse ou la chaussée est appelé biez. Voy. BEZAOU ».  Le Bezaou est le bassin. Dans les champs c’est une tranchée pour recevoir les eaux de pluie.

Rasclauso vient du latin exclūsa qui a subi l’influence de clausus « close ». Resclauzo  se retrouve en catalan rescloza « écluse ».

rasclaouso éclusePhoto de la rasclaouso  de Laudun.

__________________________

Notes
  1. Marcel Jouffret, Manduel à travers les âges. Nîmes, 1990, p. 36

Atlas Linguistique de la France

ALF : Atlas linguistique de la France publié par J.Gilliéron et E.Edmont; Paris 1903-1910.abrégé : ALF.

Cet ouvrage monumental qui n’a qu’une maigre description dans Wikipedia, comprend 1920 cartes dont chacune est dédiée à une notion. Les localités dont le parler a été exploré sont au nombre de 639 (dont 637 galloromanes) et sont réparties avec une densité presque égale sur presque tout le territoire galloroman, c’est-à-dire la partie galloromane de la France (les points situés dans le dép. des Pyrénées Orientales sont de langue catalane), la Belgique romane, la Suisse romande, la Vallée d’Aoste, les vallées vaudoises en Italie et les Iles Normandes. Pour une description plus détaillée vous pouvez également consulter et télécharger Atlas linguistique de la France. La notice servant à l’intelligence des cartes, Paris 1902, qui contient e.a. une explication de la notation phonétique, les noms des villages visités, des indications sur la personne interrogée, etc..Par exemple, E .Edmont a interrogé les secrétaires des mairies à Agde et à Frontignan,(points 778, 779 de l’ALF) tous les deux avaient 40 ans et étaient originaires de la ville; à Alès son informateur était un cordonnier de 57 ans qui n’avait jamais quitté sa ville. Ici vous trouverez les notices de quelques villages de l’Hérault en format PDF: ALF758a794 .

Vous pouvez consulter et éventuellement télécharger le Supplément de l’ALF . Une photo de la carte avec les localités visitées se trouve également dans la page FEW

Carte ALF plus localités FEW

Ci-dessous la moitié d’une  carte  aveugle de l’ALF. Les numéros désignent les villages visités par Edmont, les petits ronds les autres localités  ou régions cités  par le FEW. Il faut cliquer sur le « thumbnail » pour la voir en très, très grand! En suite pour fermer l’image allez en bas à droite et clic sur « close ».

 Le détail de la carte des noms de lieux en patois de villages du Gard visités par Edmond:

ALF_localitesGard

Brespaille "goûter" gascon ou languedoci...

Brespaille s.f. « goûter », brespaillar v. « goûter ».

Un visiteur m’a demandé l’étymologie de ces mots, tout en l’avant trouvée déjà, le latin vesper.  Il s’agit d’un mot essentiellement gascon.  Le visiteur me l’avait signalé pour  Foix dans l’Ariège , mais quand je lui ai écrit que cette localité  était la plus à l’est de toutes les attestations  et  dans le domaine languedocien, il m’a répondu qu’il s’agissait plus précisément de La Bastide-de-Sérou, à 17 km à l’ouest de Foix.  Cela m’a incité à vérifier si ce village est considéré comme gascon ou languedocien.

La réponse se trouvait dans la Bibliographie des Dictionnaires Patois galloromans (1550-1967),  de W.von Wartburg, H.E. Keller, R. Geuljans. Genève Droz, 1969, p.38 note n° 66: (page non consultable, j’ai pas fait exprès !)

Le point 782 de l’ALF (Le Mas d’Azil) est d’après l’ALG, vol.1, p.1 languedocien, tandis qu d’après Achille Luchaire,  Etudes sur les idiomes pyrénéens de la régin française (Paris,n 1879), p.196 et Gerhard Rohlfs, op.cit. p.3 n°1, la limite passe à l’est de cette localité. Sur les parlers de transition cf. maintenant Pierre Bec,  Les interférences lingustiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Couserans; Paris, 1968.


Agrandir le planVoici la carte. Il faut l’agrandir pour voir les 3 localités.

Maintenant il faudra  demander aux habitants de La Bastide-de-Sérou s’ils parlent gascon ou languedocien??