cat-right

H

Gascons, si vous cherchez un mot qui commence avec une h-  et vous habitez au sud de la Garonne, cherchez plutĂ´t dans la lettre F- surtout s’il s’agit de mots anciens, c’est-Ă -dire de mots utilisĂ©s depuis toujours.  Par exemple « fumer » au sens de « fumer du tabac » est relativement rĂ©cent et dans beaucoup de villages on dit fuma, mais « fumier » hems;  « FĂ©vrier » se dit febrje ou hebre dans les PyrĂ©nĂ©es Atlantiques. Voir le Thesoc sous la lettre F. Un carte synthĂ©tique de cette Ă©volution phonĂ©tique, qui rattache le gascon au castillan, se trouve dans Lectures de l’Atlas linguistique de la France de GilliĂ©ron et Edmont : du temps dans l’espace. Auteur : DirigĂ© par Guylaine Brun-Trigaud | Yves Le Berre, Jean Le DĂ». Genre : Sciences humaines et sociales .

 

Haricot

haricot

  1. ragoût
  2. semences de phaseolus vulgaris

Voir l’article  quincarlotà  oĂą toute une famille de mots est rĂ©unie.

HĂ©rault

HĂ©rault « HĂ©rault », nom de rivière. Le nom de l’HĂ©rault se rattacherait Ă  la grande famille des rivières en Ar comme l’Ariège, l’Aar suisse ou encore l’ancien nom de la SaĂ´ne, Arar.

La première attestation de Arauris vient de Strabon d’AmasĂ©e (GĂ©ographie, IV, 1, 6 source p.40), au dĂ©but du Ier siècle.  Quelqu’un, (j’ai oubliĂ© qui ?) propose comme Ă©tymologie que  « Arauris, dĂ©rive vraisemblablement de Ar-Av-Aris , ce qui est presque trois fois le mĂŞme radical.  »

Comme toutes les rivières des CĂ©vennes sont aurifères , je ne serai pas Ă©tonnĂ© si l’Ă©lĂ©ment -auris vient du latin aurum « or ».  La signification du nom HĂ©rault serait alors « La rivière d’or ». L’orpaillage est pratiquĂ© dans beaucoup d’endroits;  c’est une très intĂ©ressante occupation d’Ă©tĂ© pour de nombreux touristes  et leurs enfants.

 

Eh bordure du Gardon

Herm, erm

Herm, erm « friche, lande, dĂ©sert » vient  du latin tardif eremus empruntĂ© au grec erèmos « friche, dĂ©sert ».

Le mot (h)erme a existĂ© en français jusqu’au XVIIIe siècle. Il a dĂ» exister dans le Nord, parce qu’il y des noms de lieu comme Ermier, mais les atttestations viennent surtout de l’occitan et du franco-provençal. Ancien occitan comme adjectif erm « solitaire, mĂ©lancholique » et comme substantif erm « terre inculte, lande » , languedocien hèrme « dĂ©sert ». Avec le suffixe dĂ©prĂ©ciatif : ermas, armas « terre inculte ». D’autres dĂ©rivĂ©s ermetat, ermetas ermitura toujours avec le sens « terre inculte ». Ancien occitan a(z)ermar, adermar signifie « rendre dĂ©sert, dĂ©vaster, nĂ©gliger ». Il y a dĂ» y avoir des confusions entre les ermitages oĂą habitaient les ermites et les ermitats « terre incultes » de sorte que des noms de lieu ont changĂ© de sens. Dans le Dictionnaire topographique du Gard j’ai trouvĂ© deux toponymes qui dĂ©signent probablement des « terres incultes » . Il mentionne aussi Les Armas et les Hermasonnes Ă  Jonquières-St-Vincent.

et

Un visiteur me donne l’information suivante : « J’ai retrouvĂ© dans plusieurs courriers de mon arrière grand-père le terme de harmas pour designer une terre inculte (avec un H, et non armas). Je suis natif de la commune de Beauvoisin (au sud de Nimes) et mes grands parents y Ă©taient aussi. …Le terme d’Harmas, pour mon grand père , et mon père aussi, Ă©tait plutĂ´t dans un sens de terre nĂ©gligĂ©e, et non pas inculte.
La graphie avec ou sans H- est au choix. Il n’y a pas d’AcadĂ©mie occitane ni de ministère de la culture occitane. Anglais hermit, NĂ©erlandais hermiet « ermite ».

Il y a Ă  SĂ©rignan-du-Comtat ( Vaucluse) , L’Harmas de Jean-Henri Fabre, un musĂ©e avec jardin botanique consacrĂ© Ă  l’entomologiste et Ă  ses travaux.. (Wikipedia)

Erm existe aussi en catalan erm, espagnol yermo, italien ermo et basque eremu « dĂ©sert ».

Horrupa

Horrupa forme gasconne pour fourrupa.

Huitante

Huitante « quatre-vingts ». Que c’est simple de dire huitante et nonante au lieu de faire des calculs : 4 x 20 + 10 = 90.
Dans le domaine galloroman, ce ne sont que les rĂ©gions restĂ©es plus ou moins longtemps hors de l’influence du français, c’est-Ă -dire du patois de l’Ile de France, qui ont pu garder le latin octoginta, comme la Suisse,  la vallĂ©e d’Aoste, le QuĂ©bec et dans le domaine occitan les CĂ©vennes et l’Ardèche.  Dans  SĂ©guier2, qui date du  dĂ©but 18e s.!, j’ai trouvĂ© Ă  la p.5 au recto: huitante , nonante et mĂŞme milant pour « 1 million ». L’abbĂ© de Sauvages Ă©crit : « iuĂ©tanta : quatre vingt & non huitante ».  Il nous reste milanta « un grand nombre » dans Alibert s.v. mil .
Le dictionnaire Panoccitan propose uech 8, ochanta 80 et nonanta 90.