cat-right

Panteno pantiero

Panteno s.f. « filet en forme de manche qu’on place Ă  l’extrĂ©mitĂ© des bordigues; nasse ou verveux; poche qu’on met Ă  l’entrĂ©e des terrier des lapins ».   Pour Raymond Jourdan ( voir Sources s.v. Montagnac)  c’Ă©st « la bourse (pantĂ©no) que le chasseur a placĂ©e au biradou« .  La forme pantiero  vient de Marseille, Montpellier et du BĂ©arn. D’aprĂšs Wikipedia  la forme gasconne est pandĂ©la / pandĂšle  et dĂ©signe  un grand filet vertical.

En grec existait le  Ï€Î±ÎœÎžÎ·ÏÎżÏ‚ « chasse-tout » dont les Romains avaient fait panther  « filet servant Ă  capturer certains animaux ». Les Grecs avaient crĂ©Ă© aussi la παΜΞηρα  un « grand filet pour attraper les oiseaux » de παΜ « tout’ et Ξηρα « chasse », dĂ©rivĂ© de Ξήρ «bĂȘte sauvage»; devenue panthera  en latin. C’est ce dernier qui est Ă  l’origine des formes occitanes  et françaises.

Panthera  est devenue  pantena  « sorte de nasse » en ancien occitan (1336).  La fin du mot : -era  a Ă©tĂ© sentie comme un suffixe et remplacĂ©e par  -ena  qui Ă©tait mieux adaptĂ© au sens du mot « grand filet ».  Il y a une description de l’utilisation de la pantiĂšre ici.

panteno

Chacun des chasseurs suivants en fait autant, Ă  mesure que le vol avance, et pousse de grands cris qui retentissent jusque dans la ville [Campan – NDLR]. EffrayĂ©es par la vue de ces ennemis et par les cris qu’elles entendent, les palombes abaissent continuellement leur vol, et finissent par se prĂ©cipiter au fond du dĂ©filĂ©. LĂ  les attend la pantiĂšre qui, au moment donnĂ©, glisse sur les poulies et les recouvre de son ampleur.Cette chasse est trĂšs productive ; aussi, est-ce la spĂ©culation, et non un but d’agrĂ©ment qui la fait entreprendre.

Comme toujours le mot s’adapte au terrain.  Filet pour la chasse, la pĂȘche, les courses, etc; suivant les emplois, les rĂ©gions etc.

 

Poster un commentaire