cat-right

Pot, poutoun

Pot « 1.(grosse) lèvre; 2.moue; 3.baiser » vient d’une racine celtique ou prĂ©-celtique *pott « (grosse) lèvre » qu’on trouve dans les parlers gallormans jusqu’Ă  une ligne qui va de la Loire jusqu’aux Vosges, ainsi qu’en lorrain et en wallon. En dehors de la Galloromania, il y a l’italien potta « vulve » et avec une dissimilation de la voyelle de la racine le catalan petĂ  « baiser », ancien catalan potĂł (source), apetonar « donner un baiser ».

Dans beaucoup de parlers le mot pot a Ă©tĂ© remplacĂ© sous l’influence du français  par le type lèvre au sens propre, mais est restĂ© bien vivant dans les dĂ©rivĂ©s comme poutoun.

Pot « lèvre » est attestĂ© en occitan depuis le XIIe siècle. Au figurĂ© pot dĂ©signe « le bec d’un vase, le goulot d’une cruche ». Le pluriel potte a Ă©tĂ© pris pour un fĂ©minin sg. et signifie dans beaucoup d’endroits « grosse lèvre ». Potigros est attestĂ© dans le Val d’Aran avec le sens « qui a de grosses lèvres » est aussi le sobriquet des habitants de Gaillagos, Hautes PyrĂ©nĂ©es (C.Achard).

Les parlers occitans sont très riches en dĂ©rivĂ©s et composĂ©s et chaque localitĂ© en crĂ©Ă© Ă  sa guise. Poutarro est « grosse lèvre » Ă  Toulouse, un poutarrĂĽt « un homme avec des grosses lèvres » en BĂ©arn, espouterla « rompre le bec d’un vase » Ă  Toulouse devient despoutorlha Ă  Millau. Despoutar est « sevrer un enfant » Ă  Marseille.

  • Ad 1. Toujours Ă  partir du sens « lèvre » nous trouvons en Provence et dans  l’est du Languedoc une comparaison avec la « mĂ©duse » appelĂ©e  pĂ´to d’après l’abbĂ© de Sauvages, confirmĂ© par RollandFaune. Le mot est mĂŞme passĂ© dans quelques dictionnaires français du 18e-20e siècle sous la forme d’un dĂ©rivĂ© : potĂ©ral, potera « nombre d’hameçons sans appât, ajustĂ©s autour d’un leurre de plomb, pour prendre des seiches ». WikipĂ©dia me fournit l’info suivante: potera : en MĂ©diterrannĂ©e : engin de pĂŞche Ă  la ligne . Voir « turlutte« .  Ce que j’ai fait: turlotte ou turlutte : « engin de pĂŞche Ă  la ligne constituĂ© de trois gros hameçons dont les hampes sont ligaturĂ©es et entourĂ©es de fil de plomb, et parfois habillĂ©es de chiffon colorĂ© pour attirer les proies. Sert Ă  harper les poissons ou les calmars rĂ©unis en banc serrĂ© (par exemple pendant le frai). Synonyme en MĂ©diterranĂ©e : « potera » ; synonyme en mers nordiques : « harpeau » ou « harpiau ».

Comme je ne suis pas pĂŞcheur, j’ai voulu avoir le coeur net et j’ai trouvĂ© une image.

  • Ad 2. Le sens « moue, bouche » n’est pas souvent attestĂ© en occitan, exceptĂ© dans l’expression fa la poto « faire la moue ». Le verbe potinar, poutina « bouder » par contre est très rĂ©pandu. Dans plusieurs endroits, p.ex. Ă  Ytrac (Cantal) poutigná s’applique aussi aux oiseaux, plus particulièrement aux femelles et signifie « abandonner la nichĂ©e ». cf. Thesoc , poutiná en Dordogne, empoutigna Creuse.

Pour augmenter l’expressivitĂ© du verbe, le p- initial a Ă©tĂ© remplacĂ© par un b- dans l’Aveyron : boutiná et emboutinat « boudeur ». Nous sommes dans un domaine de la vie de tous les jours oĂą l’expression des sentiments joue un rĂ´le très important. Expression de sentiments et crĂ©ativitĂ© sont Ă©troitement liĂ©es. Les Occitans Ă©tant libres et très crĂ©atifs linguistiquement parlant, ont formĂ© d’inombrables dĂ©rivĂ©s et composĂ©s avec la racine *pott., comme repoutiná « gronder », repoutegá « bougonner; repliquer brusquement » (Alès), « gronder » (Aude), repotegaire « celui qui fait des repliques »(Mende), etc.

  • Ad 3. » Baiser ».Pot (Ă  Toulouse et empruntĂ© par le basque pot) est plutĂ´t rare comparĂ© Ă  poutou(n) « baiser », poutouneger « faire des sĂ©ries de poutoun » (Domergue), poutouná « baisoter » , poutounet « petit baiser », poutounarĂ©, -Ă©lo « qui aimer Ă  baisoter », poutounejá « baisoter » qui est très rĂ©pandu en languedocien. A Roquemaure (Gard) il y a tous les ans, vers la St-Valentin la Festo de Poutoun.

Dans un article dans la Z 11, p.474 Schuchart Ă©tudie tous les mots basques du dictionnaire Basque-Français de W.J.Eys (Paris, 1873) qui commencent avec la lettre p- et qui ont un lien avec des langues romanes. Pot « baiser » se trouve Ă  la p. 491

Poster un commentaire