cat-right

Parran, parragine

Parran s.f., est attesté dans le Compoix de Valleraugue , mais uniquement comme nom de lieu : La parran de serre (T.1-29).

Etymologie : parran fait partie d’une famille de mots dont la racine *parra « barre » n’est pas attestée en latin, mais le  dérivé parricus « parc » à l’origine « enclos » est très répandu. La racine *parra est attestée à Camarès (Aveyron) : parro s.f. « pièce de terre de première valeur située près de la maison ».

Une forme parragine doit être à l’origine de parran s.f. « jardin près d’une maison, entouré d’une clôture » attesté en languedocien depuis le XIIe siècle. Parragine a dû exister aussi en provençal, puisque elle apparaît dans un texte provenant d’ Apt daté de 1040 : cum ortis et parraginis « avec des jardins et des enclos ».  Dans les différentes significations occitanes et ibero-romanes il y a toujours l’élément « barre » ou « enclos » : par ex.  espagnol parral « treille ».

Très proche aussi est le mot marseillais parriero « outil de bois ou de fer pour déboucher le trou par lequel la matière fondue doit couler ».

Ci-dessous les Parrans dans le Gard.

       

Poster un commentaire