cat-right

Parpalhon

Parpalhon « papillon », reprĂ©sente le latin papilionem. La forme avec insertion d’un -r- occupe un large territoire qui relie le nord de l’Italie, le catalan et le galloroman  jusqu’Ă  la Loire.  Le mot a Ă©tĂ© prĂŞtĂ© au français  oĂą parpaillaud dĂ©signe  les  « huguenots, calvinistes » par allusion Ă  une espèce de chemise dont les protestants firent usage en Gascogne, dans une sortie, pendant le siège de NĂ©rac (en 1620). Pierre Larousse consacre plusieurs colonnes Ă  cette Ă©tymologie  et Ă©numère les diffĂ©rentes propositions, tout en concluant :

« L’Ă©tymologie tirĂ©e de parpaillot « papillon » est la plus plausible et paraĂ®t avoir Ă©tĂ© adoptĂ©e très anciennement, tĂ©moin cette chanson poitevine, contemporaine des guerres de religion :

Qu’ils sont gens de peu de cervelle
Ces malotrus de parpaillaux,
De se brûler à la chandelle
Après qu’ils ont fait tant de maux!

Pour les intĂ©ressĂ©s, je joins la page concernĂ©e de l’EncyclopĂ©die de Pierre Larousse en format PDF

Un visiteur me signale une rĂ©interprĂ©tation populaire: « Selon un ami protestant des Cevennes, on appelait les protestants « parpaillous » parce qu’ils se rĂ©unissaient la nuit comme les papillons de nuit. ».

Honorat donne dans son dictionnaire une troisième variante, que vous pouvez lire dans le site de Georges Mathon,Parpaillot

A Barre en CĂ©vennes (Lozère) lou parpalhou est le « billet de banque » ( comme en français le papillon qu’il faut joindre au règlement de certaines factures). Dans le Gard le mĂŞme mot dĂ©signe le « grimpereau de murailles » d’après Rolland, Faune. Le grimpereau est un tout petit oiseau constamment en mouvement..


Deux parpalhous Un visiteur me signale que celui de gauche est un grimpereau des jardins et celui de droite un grimpereau des murailles.

Poster un commentaire