cat-right

Panicaut

Panicaut est le nom de l' »eryngium campestre » qui s’appelle aussi chardon bleu, chardon Roland ou roulant en français. Le nom panicaut a Ă©tĂ© empruntĂ© Ă  l’occitan (par Rabelais?) oĂč il est courant des Alpes-Maritimes jusqu’en VendĂ©e (ancien territoire oc). En latin mĂ©diĂ©val il s’appelle pane cardus, cardus panis. Les feuilles tendres du panicaut au printemps font un excellente salade. Mais en Ă©tĂ© les feuilles deviennent dures et piquantes et provoquent une sensation de brĂ»lure quand on les touche. C’est cette sensation de brĂ»lure qui explique le changement de panecardus en panecaldus « chaud ».

Une expression languedocienne dans le manuscrit de Rulman (1627) : Vay te freta au panicaut,  dont je ne  connais pas le sens exact.

Dans l’Aveyron le panical devient aussi le pounical. Dans ce dernier l’Ă©lĂ©ment panis est remplacĂ© par pungere « piquer ». Les formes de la VendĂ©e et de la Vienne pencho, pouencho,  montrent qu’elles sont indigĂšnes. Dans le Gard et l’HĂ©rault le panicaut est aussi appelĂ© pan blanc d’ase. La zone gĂ©olinguistique panis+caldus comprend aussi la Catalogne.  Les composĂ©s  pan de …. dĂ©signe une grande quantitĂ© de plantes et de champignons.

 

Poster un commentaire