cat-right

Gos

Gos, gous « chien ». Dans beaucoup de langues il y a un genre d’onomatop√©es pour exciter ou appeler des chiens qui consistent dans les sons k et s, avec ou sans voyelles entre ces deux sons : en suisse-allemand ks-ks , n√©erlandais koest¬† ( du fran√ßais couche-toi¬† en parlant aux chiens mais je me demande pourquoi les N√©erlandais parlent fran√ßais aux chiens??) , espagnol cuz-cuz (?), allemand kusch, occitan cuss-cuss, gous-gous, ou guiss-guiss. A partir de ces sons a √©t√© cr√©√© le verbe agoucer « exciter (un chien) » d’ou le d√©riv√© gos, gous « sorte de chien », attest√© depuis le Moyen Age en wallon, picard d’un c√īt√© et en occitan √† l’ouest du Rhone (Thesoc: Ari√®ge, Aude, Hte Garonne, H√©rault, Pyr-Orientales , Prov. d’Huesca; d’apr√®s les dictionnaires cit√©s par le FEW aussi dans l’Aveyron, le Cantal, le Limousin, le P√©rigord et en B√©arn).

Un visiteur précise:

Mes interlocuteurs en occitan (ils se font rares) pr√©tendent (√† P√©z√©nas) que le mot « gos » vient de la montagne, tandis que le mot « chin » serait le plus courant en plaine. Cela ne les emp√™che pas de dire « ai una canha de gos« , m. √† m. « j’ai une flemme de chien » ou encore « Es coma la gossa de Cacari » (i accentu√©). J’ignore qui √©tait ce Cacari mais il devait avoir une chienne particuli√®rement paresseuse.

Malgr√© l’attestation √† Prades gousa « jeune fille qui court apr√®s le gar√ßons », les √©tymologistes ne croient pas que le mot¬† fran√ßais gosse « enfant » a la m√™me √©tymologie, mais on n’en a pas encore trouv√© l’origine. La derni√®re proposition est le su√©dois! Voir TLF

                             
gos
d’Obama¬†¬†¬†¬†¬† ¬†¬†¬† ¬† capitules¬†¬†¬† ¬†¬†¬† ¬†¬†¬†¬†¬† ¬†¬†¬† ¬†¬†¬† ¬† orlaya ¬†¬†¬† ¬†¬†¬†¬† ¬†¬†¬† ¬†¬†¬†¬† renoncules

Le mot occitan gos, gous a √©t√© transf√©r√© √† des outils : ancien occitan gosa « machine de guerre » (laquelle ou une interpr√©tation fausse¬† ?), Aveyron engoussos « machine pour assujettir un fuseau dont on d√©vide la fus√©e »(image?) et √† une s√©rie de plantes: gousses « capitules de la bardane » (Carcassonne), gouss√©ts « cynoglosse » (Pamiers, gouss√©s « orlaya grandiflora » (Aude), mais en Lauragais ce sont les « fruits du renoncule des champs ».

L’apr√®s le FEW, suivi du TLF le mot fran√ßais¬† gousse¬† serait un emprunt √† l’occitan. Une proposition de Sain√©an. Suivez ce lien.

Poster un commentaire