cat-right

Gavach, gavatch, gavot

Gavot « paysan haut cĂ©venol ou lozĂ©rien » , gavatch, gavach dĂ©signe toujours des habitants des montagnes1 . L’Ă©tymon est une racine *gaba« gorge, jabot, goitre » qui vit en Italie et dans les parlers galloromans. (FEW IV, p.4)  Dans le TLF gavache  est dĂ©fini comme « vieux » ou « rĂ©gional ». Dans le DMF est signalĂ© un sens spĂ©cifique pour la Provence : « celui qui fqit le mĂ©tier de portefaix ».

Pour l’abbĂ© de Sauvages un gavo est un « montagnard du GĂ©vaudan » et il dit que les

Espagnols appliquent le mot gavacho aux montagnards du Gévaudan qui vont faire leur moisson et à tous les François.

Un visiteur me signale: « En Roussillon un gavatch est un habitant de l’Aude. Il semble donc qu’un Gavatch vienne toujours du nord et pas nĂ©cessairement de la montagne. » Je pense que c’est la nuance pĂ©jorative qui a pris le dessus. C. Achard donne une dizaine de sobriquets provenant de plusieurs dĂ©partements dont gaba est la base .

Nous retrouvons gaba dans les parlers du nord de la France p.ex. en picard gave « jabot de volaille ». En ancien provençal existe le dĂ©rivĂ© gavaych « goitre » qui existe toujours dans les parlers modernes, p.ex.  Ă  Aix gavagi « gosier » et languedocien s’engavachĂ  « s’obstruer en parlant de la gorge » (S), à  Manduel c’est « avaler de travers » (ALLOr 1181).

Le dĂ©rivĂ© gavaych orthographiĂ© gavach en occitan et français rĂ©gional est très vivant, nommĂ© par ex. dans  le  ML 8-2004 comme son cousin gavot, mais le sens a bien changĂ©! Au XVe siècle il y a des attestations de l’occitan gavag ou gavach « ouvrier Ă©tranger ». Le mot est mĂŞme passĂ© dans les dictionnaires français gavache « injure que les Espagnols adressent aux Français des PyrĂ©nĂ©es et du GĂ©vaudan, qui vont exercer en Espagne les emplois les plus vils ». Nous voyons que les temps changent!

Je ne peux m’empĂŞcher d’Ă©numĂ©rer les autres dĂ©finitions donnĂ©es, parce que cela vaudrait une Ă©tude sociologique approfondie! A Lasalle (Gard) gavache « montagnard, homme grossier », Ă  Puissergier « montagnard de la Lozère, du Tarn, de l’Aveyron »; dans l’Aveyron « un habitant du GĂ©vaudan », et dans le Gers « une personne Ă©trangère au pays ». Dans les vallĂ©es de la Seudre et de la Seugne dans le dĂ©p. de la Charente on appelle gavache « l’idiome saintongeais des environs de Blaye » qui est peut-ĂŞtre Occitan ???. A La RĂ©ole gavache est  « la population de langue d’oĂŻl installĂ©e dans le pays du bas Dropt , la Gavacherie ».

Le dĂ©rivĂ© gavot dĂ©signe depuis les premières attestations en provençal du XIVe siècle « un habitant de la partie montagneuse de la Provence » et en languedocien « un montagnard » avec une nuance pĂ©jorative de « homme grossier, individu gauche » etc.

MĂ©nard traduit gavotus par « montagnard » dans son Histoire civile, ecclĂ©siastique  et littĂ©raires de la ville de Nismes, vol.IV, p.332

Un texte du XVe siècle, dit simplement que M. Claude Lantelme  est un gavot:

La  relation sĂ©mantique entre la racine  *gaba « gorge, goĂ®tre » et gavot, gavache « montagnard »Â  est la maladie du goitre.  Le goĂ®tre Ă©tant plus frĂ©quent en montagne que dans la plaine: « On parle d’endĂ©mie goĂ®treuse lorsque 10 % au moins de la population est goĂ®treuse; Certaines aires gĂ©ographiques sont Ă©lectivement reprĂ©sentĂ©es notamment mais non exclusivement les zones de montagne). Les facteurs Ă©tiologiques sont multiples et peuvent ĂŞtre associĂ©s : – carence iodĂ©e surtout ( mais non constante) avec iodurie infĂ©rieure Ă  50µg/jour ». Les exemples donnĂ©s  par le TLF comme illustration du mot goitre  montrent que le  goitre endĂ©mique est souvent associĂ© au crĂ©tinisme.

Un gavot ou gavach est donc littĂ©ralement « un goitreux » et ensuite un « crĂ©tin ».

S’egargavatšar, s’engavachĂ  « Avaler de travers ». Dans les villages autour de Montpellier les tĂ©moins pour l‘ALLor ont traduit « avaler de travers  » par  s’egargavatšar, s’engargalhar etc. probablement par confusion avec le type garg-; dans le Gard c’est le type s’engavachĂ  qui domine presque partout.

Dans un site en espagnol, il y a un rĂ©sumĂ© d’autres explications : http://www.1de3.com/2004/12/29/Gabacho/

Un visiteur, bon connaisseur de l’espagnol, a suivi le lien et m’Ă©crit: Sur le site espagnol que vous donnez en lien, je dĂ©couvre la locution « hablar en gavacho« . Il me semble que les Français ont rendu aux Espagnols la monnaie de leur pièce ! L’Ă©tymologie de « parler [français] comme une vache espagnole«  est donnĂ©e comme une corruption de « parler comme un basque espagnol » ; mais il me semble qu’il est plus convainquant de dire que c’est une adaptation de l’espagnol « hablar en gavacho » ! Une explication plus convaincante que celle qui propose le confusion de basque et vache.

Les dernières complĂ©ments d’informations viennent du Chili! gabacho

A mon avis il n’y a pas de contradiction entre le toponyme Gave, anciennement Gaba « rivière » en BĂ©arn, et le sens « goitre ». (Voirgaba) Surtout en montagne, les rivières passent souvent par des gorges. Cf. Wikipedia  Gave  .  Mais d’après le TLF des recherches rĂ©centes montrent qu’il s’agit plutĂ´t d’un mot prĂ©roman gabatro* :

D’apr. leur forme et celle de leurs dĂ©r. Gabarret, Gabarrot (v. Raymond, op. cit.), ces mots semblent reposer sur une base prĂ©romane *gabaru, *gabarru (Rohlfs Gasc.3, § 69, 479; cf. fin viiie-dĂ©but ixes. lat. mĂ©diĂ©v. gabarus ThĂ©odulfe d’apr. Dauzat Topon. Ă©d. 1971, p. 138); v. aussi J. Hubschmid, PyrenaĂ«nwörter vorrom. Ursprungs, § 42 qui rapproche les termes pyrĂ©nĂ©ens de l’a. prov. gaudre « ravin, ruisseau » reposant sur une base prĂ©romane *gabatro Ă  laquelle il rattache le lat. imp. gabata, gavata « jatte, Ă©cuelle » [v. jatte] – et Id., Sardische Studien, § 23. Une base prĂ©romane *gava « cours d’eau » (FEW t. 4, p. 83a) paraĂ®t moins satisfaisante. Bbg. PĂ©gorier (A.). Ă€ travers le Lavedan. Vie Lang. 1962, p. 468.

 

Notes
  1. D’après RenĂ© Domergue, les Gardois disent gavot. Du cĂ´tĂ© de l’HĂ©rault le mot gavach ou gabach est prĂ©fĂ©rĂ©. (article Ă  paraĂ®tre

One Response to “Gavach, gavatch, gavot”

  1. Robert Geuljans dit :

    Suivez le lien! Un mot occitan au Mexique.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Histoire de mots – Gabacho | - […] – Étymologie occitane […]

Poster un commentaire