cat-right

Esperar

Esp√©ra(r) « patienter » esp√©rer en fr.r√©g.(Camargue) vient¬† du latin sperare « attendre, s’attendre √† ».

Cette √©volution s√©mantique s’est produite principalement dans le Midi et plus sp√©cialement dans le milieu des chasseurs, o√Ļ « attendre le gibier » est souvent synonyme de « patienter ». On n’y fait pas la chasse √† courre (du verbe courrir!). √ätre √† l’esp√®re « √™tre √† l’aff√Ľt » (Camargue), a l’esp√©ro « √† l’aff√Ľt »(S); esp√©re √©tant le « lieu o√Ļ on l’attend un gibier »(Camargue). Dans la r√©gion d’Uz√®s un esperaire est devenu un « braconnier ».

Gr√Ęce √† Stendhal (Chartreuse, p.52) l’expression est entr√©e dans le TLF : comme r√©gional « Midi et Lyonnais »¬† :

« Il √©tait presque nuit; il lui (Fabrice) semblait √™tre √† l’esp√®re, √† la chasse de l’ours, dans la montagne de la Tramezzina.. »

Atger donne le dicton : (√©coutez espere) Cal bol de bel tens, cal qu√© l’esp√®r√© : « Celui qui veut du beau temps doit l’attendre »

 

                    

L’Esperou (Valleraugue, Mont Aigoual), √©tait autrefois un endroit o√Ļ les chasseurs ou braconniers √©taient √† l’aff√Ľt, mais maintenant c’est un endroit o√Ļ les skieurs patientent au pied du t√©l√©ph√©rique.

Voici les plus anciennes attestations du nom de l’Esp√©rou. A l’√©poque le¬† -n¬† final √©tait peut-√™tre encore prononc√©.

(E.Germer-Durand, Dictionnaire topographique du Gard)

Poster un commentaire