cat-right

Drolle, drolla

Drolle, -a « gar√ßon, fille ». Une discussion qui date de 2007 sur le Forum Babel me fait revenir sur l’histoire de ce mot. D’apr√®s les dictionnaires il s’agit d’un mot d’origine n√©erlandaise drol qui signifie en n√©erlandais moderne « crotte; enfant potel√© ». La premi√®re attestation en n√©erlandais date de 1477 drol(le) avec le sens « lutin, satyre » et en 1599 chez Kiliaan, le fondateur de la lexicologie n√©erlandaise, drol est « lutin, petit bonhomme ». Le sens affctueux pour « petit enfant » date du 19e si√®cle! (EWN qui ajoute: si le mot drol « lutin » n’est pas un emprunt √† l’ancien norv√©gien troll « monstre », le sens d’origine est « une personne petite et grosse « .)

Les premi√®res attestations en fran√ßais datent du 15e si√®cle drolle, drole, draule s.m. »plaisant coquin » , au 16e et 17e s. Ce sens devient p√©joratif¬† « personne rus√©e , qu’on m√©prise; mauvais sujet ». Au 19e s. dr√īle devient aussi adjectif avec le sens « qui a quelque chose de singulier et de plaisant ». Dans les dialectes l’adjectif garde le sens « dr√īle, capricieux, amusant; gentil, joli » . Il est attest√© dans tous les dialectes, du wallon jusqu’au b√©arnais. Parfois le substantif devient ind√©pendant, comme √† Vissoye (Valais, Suisse) drola « femme », et dans le P√©rigord drolo « dr√īlesse ». Dans l’Is√®re drol d√©signe le « bourdon ou le frelon » , mais la raison de ce transfert s√©mantique ne m’est pas clair.

Les d√©riv√©s comme dr√īlerie, dr√īlichon, dr√īlet vivent surtout dans la langue officielle.

La premi√®re attestation de dr√īle « enfant » date de 1771 et vient du Midi dans la forme drollet dans le » Catholicon, ou Dictionnaire universel de la langue fran√ßoise/ Catholicon oder franz√∂sisch-deutsches Universalw√∂rterbuch der franz√∂sischen Sprache » de Johann Josef Schmidlin (qui n’est pas encore num√©ris√©, presque 4000 p.pour le premier vol. ). Les sens « enfant » > « jeune homme, fils » > « domestique, aide-berger » etc. vivent dans les dialectes au sud de la Loire, en Bourgogne et en franco-proven√ßal’.

L’√©volution s√©mantique  » amusant, rigolo » > « enfant » a d√Ľ se produire en occitan. On n’a qu’√† √©couter des mamans parler de leur b√©b√© pour comprendre que dr√īle ou coquin peut passer du sens  » mon plaisant coquin » √† « mon enfant ».

Je pense que cette √©volution s√©mantique s’est produite ind√©pendamment dans les deux langues.

              
¬† ¬† ¬† ¬†¬† ¬† ¬† ¬†¬† ¬† ¬† ¬†¬† ¬† ¬† ¬†¬† ¬† ¬† ¬†¬† ¬† petit coquin.¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬† ¬†¬† ¬† ¬†¬† Ce chat n√©erl. s’appelle drolletje (diminutif de drol).

Poster un commentaire