cat-right

Degun

Degun, negun « aucun, personne ». Pour dire « non » ou « ne…pas » les Romains utlisaient le mot non avec un -o- long. Par exemple: bella est? Non! « Est-elle belle? Non!. » Mais aussi dans des phrases comme Non bella est « Elle n’est pas belle. » Dans la vie de tous les jours, ils renforçaient ce non en ajoutant des petits mots, comme vero, minime, mica. etc., ou ils disaient Nec non avec l’accent sur nec. Pour plus d’exemples d’emploi voir Gaffiot en ligne.

Dans une grande partie de la Romania ce nec, neque combinĂ© avec unus « un » a Ă©tĂ© utilisĂ© comme pronom ou adjectif indĂ©fini nĂ©gatif : « personne; aucun ». Nous le trouvons en ancien français negun « aucun, personne », catalan negĂș, degĂș, dengĂș, negĂș, espagnol ninguno et en occitan negun, degun, dengun, etc. En occitan la forme a subi une dissimilation des deux n- et -n : negun > degun. (Ronjat 2, p.376). Ancien français negun « personne » a assez tĂŽt disparu de la langue; il n’y a pas d’attestation dans le DMF. Pourtant nous le retrouvons au sud de la Loire, en Franche-ComtĂ© et en Bourgogne. La normand l’a connu aussi et le prĂȘtĂ© au breton nikun.

Degun connaĂźt une nouvelle pĂ©riode de gloire dans l’argot parisien et le langage des ados. Une Ă©tude sur L’argot dans les chansons de Renaud SĂ©chan donne une liste de mots d’argot utilisĂ©s par Renaud d’origine provençale, dont dĂ©gun.

L’emploi constant de degun, negun avec un autre mot nĂ©gatif comme ne, sans a affaibli son sens nĂ©gatif Ă  tel point que degun l’a carrĂ©ment perdu dans certains contextes. Par exemple dans un texte de 1366 de Fribourg (Suisse) se nyon porte pesson purrix au marchiĂ© ..  » si quelqu’un porte du poisson pourri au marchĂ©… ».Un autre exemple se trouve chez Arnaut Vidal de Castelnaudary (1318) qui est l’auteur de Guillaume de la Barre, un roman d’aventures en occitan. Dans sa critique d’une Ă©dition par Paul Meyer , A propos du vers Per trabalhar a negun for traduit par « en aucune façon ». C.Chabanau Ă©crit dans son compte-rendu : Je crois que c’est le contraire qu’il faut entendre. On sait que negun n’a pas toujours et nĂ©cessairement le sens nĂ©gatif  » (RLR 40(1897)p.582). Cet emploi de degun, negun avec un sens positif est donc trĂšs ancien aussi bien en franco-provençal qu’en occitan. Mais de lĂ  Ă  en faire toute une famille de mots comme le fait le dictionnaire Panoccitan me semble une erreur. Aucun des mots suivants n’existe Ă©videmment en dehors de ce dictionnaire et des textes Ă©ventuels des pauvres nĂ©ophytes qui s’y laisseraient prendre : «degun nom m. personne nom f. […] degunal, degunala adj. personnel degunalament adv. individuellement degunalejar verbe / verbe pr. personnaliser degunaletat nom f. personnalitĂ© degunament adv. aucunement degunatge nom m.».

(Citation de Jean-Pierre CavaillĂ© avec qui je suis parfaitement d’accord).

Un visiteur catalan me donne le complĂ©ment d’information suivant:

je tiens Ă  prĂ©ciser que en catalan ANCIEN : negĂș, degĂș, dengĂș, negĂș.
En standard c';est NINGÚ (et dialectalement negĂș/nigĂș/negun, nengĂș/ningun/nengun, dengĂș/dengun/DINGÚ(S)(avec S roussillonnais, entre autres)

Poster un commentaire