cat-right

Coufle "ressassié"

Coufle « (trop) rassassié ». A la sortie des bons restaurants de Nîmes on entend régulièrement  » Ah, je suis coufle ! ». D’après un blog coufle est aussi courant en stéphanois. L’abbé de Sauvages donne l’expression Soui couflë coum’un pëzoul littéralement « Le suis plein comme un pou ». A son époque on faisait aussi des couflajhë  « repas où l’on se pique de manger avec excès », et il ajoute « style bas, très bas ».

Le mot ne se trouve pas dans le TLF, mais il est connu de Diderot et d’Alembert qui donnent la définition suivante du substantif : « COUFLE, s. f. (Comm.) c’est ainsi qu’on appelle les balles de séné qui viennent du Levant. » Le séné  est une plante médicinale utilisée comme laxatif (irritant), en cas de constipation occasionnelle chez les adultes.

Etymologie: latin conflare « souffler en amas; fondre des métaux », sens conservé en franco-provençal konfla « amas de neige, entassé par le vent ». Le verbe confler, gonfler ne s’est maintenu qu’en italien gonfiare, en rhétoroman et dans le sud-est et le sud du gallo-roman. (Français gonfler date du XVIe siècle et est emprunté au bourguignon.)
Du point de vue sémantique conflar est devenu concurrent des représentants du verbe inflare « enfler »; ce qui explique que les deux verbes se sont croisés dans plusieurs endroits, comme par exemple en gascon ounflà (Mistral, s.v. enfla).

Du point de vue de la forme, il y a des variantes avec c- ou g-, mais il n’y a aucune cohésion géographique, comme pour les formes avec la nasale, confla, ou sans cofle, coufle; parfois on trouve les deux dans le même endroit.

Le substantif coufle s’applique d’abord aux animaux « météorisation, ballonnement ». D’après Mistral on appelle en languedocien un mets grossier un couflo-bentre et le sainfoin du couflo-palhe parce qu’il remplit vite la paillère.

coufle-palhe

Leave a Reply