cat-right

Cloca, cloucho

Cloca, cloucho « poule couveuse » (S). En me promenant sur le net, je trouve dans un lexique gascon cloca prononcez [klouk] exactement le même mot qu’en néerlandais, écrit kloek! Le latin avait le verbe glocire « glousser » prononcé [glokire], conservé en ancien occitan clocir, languedocien cloussir, glussi (Valleraugue) et en français avec changement de conjugaison glousser. Quoi de plus logique que d’appeler la poule qui glousse la glousse ou la clousse, mot en effet attesté dans de nombreux patois, dont le languedocien cloucho.

L’évolution phonétique du deuxième -c- > -ch- a éloigné la forme du mot du son du gloussement de la poule. Dans beaucoup de parlers on a rétabli le caractère onomatopéique du mot en créant le type clocare > cloquer et la poule devient donc la cloca. La répartition géographique des deux types, clocha et cloca, est très irrégulière et ils co-existent en languedocien.

Dérivé : clouchado  » couvée « .
Nous trouvons des onomatopées identiques dans d’autres langues : allemand Klucke, danois klukke, anglais cluck, catalan lloca, breton kloc’ha, etc. Pourtant dans le concert des peuples ce n’est pas toujours le cas : Quand un coq chante, les Français entendent cocorico, les Espagnols quiquiriqui, les Anglais cockadoodledoo, les Néerlandais « kukeleku« ! Ecoutez le coq pour voir.
Si vous voulez entendre une couveuse glousser cliquez sur ce lien! et choississez « poule-hen 3″.
Au XVIe siècle, donc bien avant la naissance de Cloclo, a existé le verbe clocloquer « glousser » qui pourrait revivre mais avec un autre sens.Cloca, cloucho « poule couveuse » (S). En me promenant sur le net, je trouve dans un lexique gascon cloca prononcez [klouk] exactement le même mot qu’en néerlandais, écrit kloek! Le latin avait le verbe glocire « glousser », conservé en ancien occitan clocir, languedocien cloussir, glussi (Valleraugue) et en français avec changement de conjugaison glousser. Quoi de plus logique que d’appeler la poule qui glousse la glousse ou la clousse, mot en effet attesté dans de nombreux patois, dont le languedocien cloucho.
L’évolution phonétique du deuxième -c- > -ch- a éloigné la forme du mot du son du gloussement de la poule. Dans beaucoup de parlers on a rétabli le caractère onomatopéique du mot en créant le type clocare > cloquer et la poule devient donc la cloca. La répartition géographique des deux types, clocha et cloca, est très irrégulière et ils co-existent en languedocien. Dérivé : clouchado  » couvée « .
Nous trouvons des onomatopées identiques dans d’autres langues : allemand Klucke, danois klukke, anglais cluck, catalan lloca, breton kloc’ha, etc. Pourtant dans le concert des peuples ce n’est pas toujours le cas : Quand un coq chante, les Français entendent cocorico, les Espagnols quiquiriqui, les Anglais cockadoodledoo, les Néerlandais « kukeleku« ! Ecoutez le coq.pour voir.
Si vous voulez entendre une couveuse glousser cliquez sur ce lien! et choississez « poule-hen 3″.
Au XVIe siècle, donc bien avant la naissance de Cloclo, a existé le verbe clocloquer « glousser » qui pourrait revivre mais avec un autre sens.

L’abbé de Sauvages ajoute à clouchado que c’est Réaumur qui a inventé l’incubation artificielle, assertion confirmée par Wikipedia : Art de faire éclore et d’élever en toute saison des Oiseaux Domestiques de toutes espèces, soit par le moyen de la chaleur du fumier, soit par le moyen de celle du feu ordinaire (2 volumes, 1749 ; 1751).

C’est le premier traité d’aviculture. Il se compose de 10 mémoires décrivant les différentes étapes de cette technique. Présentée à l’Académie des sciences en 1747, cette méthode d’incubation artificielle, inspirée des techniques antiques égyptiennes, permit une amélioration considérable de l’élevage avicole en France, et fut utilisée fidèlement pendant plus de deux siècles.

Réaumur 1683-1757

(Tapez « Bréméens » sous Google et suivez le lien; vous serez amené 20 siècles en arrière!).

Poster un commentaire