cat-right

Chucar

Chucar  « sucer, savourer, humer » est dĂ©rivĂ© du substantif chuc« suc, jus » et vient du latin sucus « suc, jus », devenu suc  « suc, suint » en ancien occitan et su(c) en provençal, chuc en languedocien. Cette famille de mots est limitĂ©e Ă  l’occitan. (Français suc a Ă©tĂ© empruntĂ© au latin Ă  la fin du 15e siècle.) Les Toulousains ont crĂ©Ă© une expression ni suc ni muc « sans goĂ»t ni valeur », qu’on retrouve en Rouergue. Le verbe sucar « sucer » est attestĂ© depuis le XIVe siècle. Dans les parlers modernes on ne trouve que des formes avec (t)ch-.

En français rĂ©gional actuel le sens est souvent passĂ© Ă  « boire, boire avec excès », par exemple Ă  Toulouse: tchuquer v.tr. « boire (beaucoup) ». Ils ont tchuquĂ© comme des outres  » (Source). L’auteur ajoute :

 » On peut entendre « tsuquer » chez les personnes de famille tarnaise, lotoise ou tarn-et-Garonnaise, qui veut plutĂ´t dire suçoter, pour les bĂ©bĂ©s. « 

En bĂ©arnais un chucadou est quelqu’un « qui boĂ®t beaucoup », et une chucadère « une sucette, un tĂ©tin ». A Nice, Carcassonne et dans la Hte-Garonne est attestĂ© chuquet « lathraea,  » une plante parasite stricte dĂ©pourvue de chlorophylle. Leur tiges souterraines blanches, recouvertes de feuilles Ă©cailleuses charnues, possèdent des suçoirs qui puisent la sève des racines de leur hĂ´te. » (Wikipedia).
Dans le Tarn et Garonne, un chuco-bin est un « bourgeon gourmand sur la vigne ».

chuquet "lathraea"

Photo de lathaea clandestina (Wikipedia)

Poster un commentaire