cat-right

Brandar, brandado

Brandar « secouer , brandado, brandada « secousse, agitation (Alibert) ; mets provençal composĂ© de morue, d’ail et d’huile », prĂȘtĂ© au français  brandade depuis 1788. SpĂ©cialitĂ© de NĂźmes.

Vous  devinez que la prĂ©paration demande de secouer la casserole. (Actuellement on ajoute de la crĂšme et utilise un mixer, mais jetez un coup d’oeil sur le site: http://chefsimon.com/brand.htm) .

Etymologie : brandado est dĂ©rivĂ© du verbe occitan et catalan branda  « remuer, branler, bouger », un mot d’origine germanique brand « feu ; Ă©pĂ©e ».   Le premier sens est conservĂ© dans occitan branda « brĂ»ler, briller » provençal brandon, languedocien brandoĂș  « rameau vert que le peuple va chercher Ă  la campagne le dimanche des Brandons » (M) (parce que le 1er dimanche de carĂȘme on fait  des torches qu’on agite en chantant). Abrandar (Aude), embrandar (HĂ©rault) « brĂ»ler » (Thesoc).

brandons

En Suisse et en Belgique la tradition des Brandons s’est transformĂ©e en carnaval.

Le sens « feu » se retrouve en nĂ©erlandais branden « brĂ»ler », brand « incendie » brandewijn « eau de vie » littĂ©ralement « vin brĂ»lĂ© », qui a pĂ©nĂ©trĂ© jusqu’Ă  Marseille brandevin (Achard), de lĂ  anglais brandy. Voir aussi anglais brand « marque » du verbe brand « marquer avec un fer chauffé», appelĂ© chez nous ferrade. Allemand Brand « feu », français brandir ou dans nĂ©erlandais branding « ressac » nĂ©erlandais brandnieuw « brillant» littĂ©ralement : »flambant neuf », comme anglais brand new (voir Ă  ce propos et l’Ă©volution la plus rĂ©cente en anglais le site World Wide Words), brandish « brandir ».
Le sens  « Ă©pĂ©e »Â Â  est conservĂ© dans bran « lame d’épĂ©e ; Ă©pĂ©e » Ă  Lasalle (30), ancien frison brand « Ă©pĂ©e », ancien anglais brand « torche ; Ă©pĂ©e».

L’Ă©volution sĂ©mantique a dĂ» ĂȘtre « brĂ»ler » > » briller » > « bouger, secouer »

De brand est dérivé le verbe brandå « secouer (un arbre) » (S) et brandado.
A la mĂȘme racine brand se rattachent languedocien. brandello « farandole languedocienne », le barandelaire « danseur de la brandello » ; lĂ©ger, Ă©tourdi » et le verbe brandussĂĄ « agiter, secouer ».  AlĂšs brandinejĂĄ « battre le pavé ; fainĂ©anter ». Mme Poveda cite pour le parler de la Camargue se desbrando  » se dit d’un cheval qui se regimbe subitement ».

4 Responses to “Brandar, brandado”

  1. gerardj2 dit :

    Dans les annĂ©es 89-92, je me trouvais principal du collĂšge de Luchon (31). Pour la St-Jean, fĂȘte du solstice d’Ă©tĂ©, les luchonnais ont une tradition appelĂ©e « le brandon de la St-Jean ». Ce brandon est un tronc d’Ă©picĂ©a (ou de sapin), bien droit, faisant prĂšs de 5m de long, que l’on taille longitudinalement pour en faire quatre quarts. Les habitants bourrent dela paille entre les quatre parties du tronc et ligaturent l’ensemble avec des cordes pour en faire un brandon. celui-ci est transportĂ© par tout un groupe de fĂȘtards, de nuit, dans la montagne du luchonnais, pour ĂȘtre embrasĂ© sur un des sommets. L’impression est extraordinaire, cette promenade, cettte ascension dans la nuit avec des torches et ensuite l’embrasement du brandon. Magique.

  2. gerardj2 dit :

    C’est bien dommage que la tradition de monter le brandon dans la montagne ait disparu.
    Risques d’incendie ou considĂ©ration touristique ?

  3. Pascal dit :

    En Anglais: ‘Brand spanking new’ / ‘brand new’ = flambant neuf

    L’etymologie populaire veut aussi que ‘Brandy’ viendrait de ‘Brandewijn’ en Neerlandais

Poster un commentaire