cat-right

Besal, bezaou

Besal « canal, rigole, bief d’un moulin » est un dĂ©rivĂ© en -ale d’une racine celtique *bedu « canal, fossĂ© ». *Bedu est un des nombreux mots celtiques dans le domaine de l’agriculture que les Galloromains ont repris aux Gaulois. Gallois (pays de Galles) bedd « tombe », breton bez « tombe » appartiennent Ă  la mĂŞme famille. En plus on le retrouve en PiĂ©mont et en Ligurie des rĂ©gions autrefois habitĂ©es par les Celtes.
Si vous voulez tout savoir sur les formes piémontaises et ligures il faudra aller à Toronto, Canada,

ce qui ne pose plus de problèmes grâce Ă  internet, pour consulter l’Archivio glottologico italiano, vol 14(1898), page 358 oĂą Nigra discute l’Ă©tymologie de bĂ©al.

D’après les donnĂ©es du Thesoc, le mot besal a pratiquement disparu de l’occitan actuel : 2 attestations dans l’Ariège (« fossĂ©; rigole ») et une dans la Creuse (« rigole »).
Deux visiteurs me renseignent : 1) « BĂ©sal = canal d’arrosage Ă©tait (est ?) le mot utilisĂ© pour dĂ©signer les canaux situĂ©s dans la partie haute des près servant Ă  les arroser dans la rĂ©gion de Brassac (Tarn).   Le mot y a pris un sens spĂ©cifique. 2) besal: il y a Ă  Siran-34 un tènement « le BĂ©al » sur la rive gauche de l’Ognon le long d’un ancien « besal » qui alimentait un antique moulin Ă  eau devenu tannerie au XIXe siècle. Ce moulin est portĂ© sur la carte de Cassini sous le nom de « Mn Siran ». Voir aussi un site Le BĂ©al concernant la commune d’Ollioules ( Var) : « 1825 : Le BĂ©al n’est pas Ă  la charge de la Commune , mais Ă  celle des arrosants et des usiniers . »

Un troisième visiteur me renvoie vers Frank R. HAMLIN, Toponymie de l’HĂ©rault Dictionnaire Topographique et Etymologique, Ă©d. du Beffroi, Etudes HĂ©raultaises, 2000, XLII + 449 pages, qui donne plusieurs toponymes hĂ©raultais. Lui-mĂŞme a entendu le mot « bĂ©al » utilisĂ© pour un petit canal parallèle Ă  un ruisseau au domaine de Saint-FerrĂ©ol (commune de Nizas), ce canal alimente une « pansièira« , une rĂ©serve d’eau. Il devait y avoir lĂ  un moulin.

Pourtant d’après le FEW il y a de nombreuses attestations dans les dictionnaires dialectaux anciens, surtout pour les parlers franco-provençaux et occitans, et cela depuis le Moyen Age : ancien lyonnais: bessal « canal, endroit creux », ancien occitan bezal ‘bief d’un moulin; rigole ». Dans certains dialectes provençaux et surtout en franco-provençal, le -z- intervocalique est tombĂ© (comme dans asinus> ase > ay ) et le rĂ©sultat a Ă©tĂ© une triphtongue: Marseille byĂłu « fossĂ© d’Ă©coulement ». Presque partout et cela depuis les copains d’AstĂ©rix le sens est restĂ© « rigole ou canal d’arrosage ».

L’abbĂ© de Sauvages Ă©crit : bezaou ou boutado, le bief d’un moulin et non pas bĂ©al qui est un barbarisme.

Une page poĂ©tique est consacrĂ©e au BĂ©al du moulin de Mirepoix (Ariège), dans le blogue de la dormeuse: « Du Contirou au pont de Raillette » et avec beaucoup de photos prises pendant une promenade Du Pont de Raillette au moulin.
Dans une nouvelle promenade au chateau de Bonrepos Ă  Bonrepos-Riquet, elle raconte que Pierre Pol Riquet, …Instruit par l’observation du BĂ©al Ă  Mirepoix, ….il conçoit le projet d’utiliser les eaux de ruissellement pour assurer par dĂ©rivation l’alimentation de son futur Canal [du Midi].

besal

Canal du Midi

Poster un commentaire