cat-right

Bardar

Bardar « daller, plaquer, jeter à terre avec violence » a la même origine que bard « boue, limon, vase » à savoir une racine préceltique *barrum « argile » que nous trouvons dans pratiquement toutes les langue romanes, à l’exception du français et du roumain. Dans les parlers galloromans cette racine se présente dans la forme bart, bard qui repose sur un dérivé *baritu accentué sur le -a-. Il s’agit d’une très grande famille de mots en occitan. Le verbe bardar signifie  aussi « patauger dans la boue », se barda « se crotter, se salir » (Mistral).

Se barder « se régaler ». Un évolution curieuse, expliquée dans « Avise, le biòu » par Domergue se trouve en Camargue, dans le milieu des raseteurs: Barder, se (p.72) : se régaler. Dans le Trésor du Félibrige se barda est traduit par se crotter. En Provence c’est « se salir, par plaisir ou par jeu, pour les enfants ». Par extension : « se régaler »

Bard « boue, limon, bauche qu’on emploie au lieu de mortier » en ancien occitan. Ensuite bard est surtout utilisé pour l’argile dont on fait de briiques et des tuiles », puis des « dalles ». L’abbé de Sauvages (S1) définit bar « large pierre carrée et plate pour carreler les appartments…; une dalle du village de Mus ». « Un bar de sabou est un « pain de savon », sa forme est identique à un bar de Mus.
Ce groupe est très grand et comprend en franco-provençal aussi toutes sortes d’objets fabriqués avec de l’argile.

Le plafond de notre salon= le sol de la chambre à l’étage en bar(d)s

Poster un commentaire