cat-right

Baràou, barral

Baràou, baràou d’Alès, barral,. s.m.  L’abbé de Sauvages écrit:

« un barau; un barau de vin: mesure qui change d’une ville à l’autre. Elle contient à Alais 17 pintes,où il égale un solide de trois pieds cubes & un tiers Environ huit de ces baraux font le muid de Paris. De même que 4 baraux en font le demi-muid ou la feuillette ».

Cette définition très précise ne nous avance pas beaucoup. J’ai trouvé pour le muid de Paris des contenus de 288 litres à 18 hectolitres….. Il faudra chercher dans les archives d’Alès …. Pour le moment je ne peux pas déterminer le volume exact du baràou d’Alais.   Dans le site http://krettly.yves.free.fr  il y a les mesures de vin dans le département de l’Hérault et le voisinage. Cela se présente ainsi:

Le MUID de SAUVE ( Gard) de 18 setiers subdivisés en 4 quartals ou en 32 pots. Le muid : 778,95 l. Le setier : 43,27 l. Le pot ou piché : 1,35 l. La feuillette : 0,68 l.
Le MUID d’OCTON de 12 pagelles, la pagelle subdivisée en 25 quartons. Le muid : 740,52 l. La pagelle : 61,71 l. Le quarton : 2,47 l. La feuillette : 0,62 l. Pour l’abbé de Sauvages la feuillette est bien plus volumineuse.

Baràou, & baralë. : « Le baril, le barillet à l’usage des journaliers, qui portent dans ces vaisseaux, sans aucun risque, le vin de leurs repas.
Il donne aussi l’espression suivante : Li parlas dë bouro, vou rëspon dë baràou ‘ il tourne la truie au foin’. Cela veut dire ‘changer brusquement de discours’ expression utilisée par Rabelais. (bouro ‘masse de fer’)

Une racine préromane *barr- est probablement à l’origine d’un grand nombre de dérivés dont le sens de base est « sorte de tonneau », comme barril, barral, barrica, etc. (FEW XXII/2, 114b)

Les dérivés en -ale de cette racine *barr- sont attestés très tôt, XIIIe siècle, en ancien occitan et en ancien catalan.  Dans des textes en « latin régional » sont nommées des barralia (Arles) déjà au XIIe siècle . Dans les parlers modernes cette famille de dérivés se trouve surtout dans le Midi et en franco-provençal. Barral est mentionné dans les dictionnaires de Trévoux et de l’Académie jusqu’à 1838 avec le définition: « mesure de choses liquides d’usage en Languedoc, en Provence ».
Le mot baralë « petit baril en bois » se trouve dans un texte d’Avignon de 1397.

Les significations barralet « fraise des bois » et « muscari racemosum » (Alibert) s’expliquent par la forme:

barralet fraise

Poster un commentaire