cat-right

Jas, jasse

Jas « litière, gĂ®te » (Camargue), jasse, jaç . Les deux formes sont très frĂ©quentes dans la toponymie. Dans le Compoix de Valleraugue:  Maison geasse « bergerie ». Dans le classement « fonctionnel » de C. Lassure jas (m) : terme provençal (jaç en graphie occitane normalisĂ©e) employĂ© pour dĂ©signer les grandes bergeries en pierres sèches (ou non) des Monts de Lure et d’Albion dans les Alpes-de-Haute-Provence. Ceci est confirmĂ© par E.Fabre : « Le Jas est une grande hutte en pierres qui doit nous abriter la nuit, bĂŞtes et gens. »


Jean Giono devant le jas de Bouscarle1

Dans le site de l’IGN on trouvait 474 noms de lieu composĂ©s avec le mot jas ! J’ai parcouru un peu cette liste et constatĂ© qu’il y en a beaucoup dans les dĂ©partements 04 et 05 , mais Ă©galement dans la Loire (42), et 341 fois la graphie est jasse.

En latin le verbe jacere signifie « jeter, lancer, envoyer », mais aussi « poser », par exemple dans jacere muros « construire des murs » ou jacere fundamenta urbi « jeter les fondements d’une ville ». Il a dĂ» exister un substantif dĂ©rivĂ© *jacium « gĂ®te » qu’on retrouve dans de nombreux patois italiens et galloromans au sud de la ligne Loire-Vosges ainsi qu’en catalan, avec 3 groupes de significations:

  • 1) gĂ®te des animaux sauvages
  • 2) gĂ®te ou parc pour les animaux domestiques
  • 3) litière , par ex. piĂ©montais jas « pavement de l’Ă©table », catalan jaç « litière; lit »(DE)

Ajassá « coucher, enfermer le bĂ©tail », verbe rĂ©flĂ©chi « se coucher ».  En ancien occitan jatz signifie « gĂ®te d’un animal sauvage » et il y a des attestations dans tout le domaine occitan, de Nice jusq’au BĂ©arn. A partir de ce sens a Ă©tĂ© formĂ© le dĂ©rivĂ© ajassá « coucher », verbe rĂ©flĂ©chi « se coucher », Ă©galement très rĂ©pandu.

Un lièvre dans son jas

DĂ©jĂ  en ancien occitan (1208) jas prend le sens de « parc oĂą l’on faisait coucher les troupeaux de chèvres et de moutons dans les pâturages de montagne » et de lĂ  « bercail; bergerie ».  Ce sens se trouve principalement en provençal, y compris les vallĂ©es provençales de l’Italie, mais aussi en Ariège : « pont d’Ă©table » et Ă  Apinac (Loire)  » habitation rudimentaire avec Ă©table et grange oĂą le bĂ©tail sĂ©journe en Ă©tĂ© ».
En languedocien nous retrouvons ce sens dans le dĂ©rivĂ© jasso « petite mĂ©tairie » (Alès) ou « bergerie » ( Alzon, Valleraugue, Lasalle) et le verbe ajassá « renfermer le bĂ©tail » (St AndrĂ© de Valborgne).

Le sens « litière » est provençal et languedocien. La zone continue en catalan.jaç « litière; lit ». En languedocien le mot jasses au pluriel Ă©tait Ă©galement utilisĂ© pour la « litière des vers Ă  soie » et ensuite a Ă©tĂ© crĂ©Ă© le verbe desenjassá « dĂ©liter des vers Ă  soie ».
Les sens jas « partie du melon qui repose par terre » (PĂ©zenas) ou « bourbe » (Languedocien) font partie de la mĂŞme famille.
Jaç
« placenta des animaux »(Ariège), voir jaĂŻre.

Notes
  1. Son arrière petit fils Bruno Bouscarle m’Ă©crit en janvier 2016  » Bonjour, sur l’illustration du mot Jas il est dit sous l’illustration : « Jean GIONO devant son jas.  » Or il ne s’agit pas de SON jas mais bien du Jas de Bouscarle achetĂ© par mon arrière grand père dans les annĂ©es 1890 et qui est toujours dans ma famille depuis cette date. Merci.

    De très belles photos du jas La Bouscarle et d’autres  monuments en pierre sèche du Plateau de Contadour dans le pays de  Haute Provence dans ce site

Poster un commentaire