cat-right

Agassin, agaçin

Agassin, agaçin s.m. »cor au pied » est un dérivé d’ agassa « pie ». La comparaison d »un cor au pied à l’oeil d’un oiseau est attestée  en latin depuis le VIIe siècle : oculus pullinus, « oeuil de poule », expression  encore utilisée en allemand : Hühnerauge littéralement « oeil de poule ». Elsterauge « oeil de pie » est également courant.

Les mots qui viennent du latin pullinus se rapportent en général  aux poules, comme par exemple languedocien poulinas « fiente de poules » (S). Cela peut être la raison pour laquelle on a remplacé dans l’ expression oculus pullinus la poule par la pie ou la perdrix. Agassin vient alors de agaza + -inus le suffixe de pullinus.

L’expression complète, avec les deux mots oculus + agazinus, existe sous influence des langues voisines (néerlandais eksteroog, Suisse ägerstenaug, -oog ou -aug « oeil ») en Wallonie, dans la Meuse, la Moselle et le Doubs. Le type agassin domine en franco-provençal et en occitan et son histoire se trouve décrite dans le TLF

D’après le Thesoc, dzasin (avec aphérèse) signifie « verrue » dans la Hte-Vienne.  A Nîmes et Montpellier le « sempervivum tectorum, la joubarbe des toits » s’appelle l’erbo deis agassins parce qu’il était utilisé contre les cors au pied et les verrues. Y aurait-il un peu de la théorie des signatures? On croit aussi qu’il protège contre la foudre.


sempervivum tectorum erbo deis agassins in situ  et    en fleur

Poster un commentaire