cat-right

Avet

Avet « sapin » d’après le Thesoc dans les dep. 09; 31; 64, 65, Huesca et Lerida en Espagne. D’après les données du FEW, on le trouve aussi par-ci par-là dans une étroite bande jusqu’à la frontière italienne. En effet l’abbé de Sauvages mentionne abet « sapin, arbre résineux des hautes montagnes à feuilles d’if » (S2). L’ALF confirme pour Alès : abé Abet  est passé dans des dictionnaires français, e.a. celui de Cotgrave (1611)  jusqu’au Larousse de 1948 avec la mention « régional ».

En dehors de ces régions c’est le type sappinus, composé d’un prélatin *sappus plus le latin pinus, qui domine dans les parlers galloromans.

L’étymologie est le latin abies « sapin ». Panoccitan mentionne les dérivés avetada, avetosa « forêt de sapins ». Le premier est attesté pour le languedocien, le second seulement pour Saurat (Ariège)(source.
Bien d’autres dérivés existent, comme auédolo s.f. « jeune tige de sapin » (Val d’Aure) et abetilhá « faire glisser des sapins de la montagne ». (Gavarnie, Htes-Pyr.). C’est ce dernier type de création locale que j’aime beaucoup. La langue est au service de l’homme. Une telle création n’a de sens que dans des montagnes avec des forêts de sapins exploitées. Elle ne peut exister en Camargue.

Falabrego, farabrego

Falabrego, farabrego « micocoule » (provençal, attesté aussi à Pézénas) « basilic » (languedocien) voir aufabrego . Absent de l’Alibert. D’après le dictionnaire Panoccitan qui veut normaliser l’occitan, l’alfabrego serait le « grand basilic » et le falabrego le « micocoulier ». Le nom du basilic serait baselic  ce qui est un gallicisme.

Etymologie: faba graeca « micocoulier » attesté chez Pline. Le même mot se retrouve dans le Nord de l’Italie. Voir aussi l’article Micacoulié emprunté par l’occitan au grec et prêté au français.

Micocoulié

Micacoulié, micocoulié « micocoulier » un arbre méditerranéen.  Charles Estienne écrit en 1547 : « Lotos est un arbre nommé en Provence micacoulier« . D’après Wikipedia il s’appelle officiellement en français le micocoulier de Provence. Le micocoulier est répandu dans le Sud de l’Europe et le Nord de l’Afrique.

En grec moderne il s’appelle mikrokukki, mikrokoukouli, melikoukkia. Ce nom a été emprunté par l’occitan au grec médiéval et il a subi quelques transformations phonétiques. Micacoulié est attesté dans le département de l’Hérault, milicouquié dans le Gard. Le fruit s’appelle la micacoula, devenu picopoulo d’après l’abbé de Sauvages (S2) et falabrego, farabego  qui vient de  Bfaba + graeca = « fève grècque ».

Le secrétaire de la mairie d’Agde à la fin du 19e siècle, a dit à Edmont (ALF) que le mikokoulo était le fruit de l’aubépine. Il faudrait vérifier cela.
Dans le Gard on trouve aussi des formes avec beli- : bélicouquié, belicoco s.f. « fruit du micocoulier » (S2), qui viennent du grec melikoukkia. Il semble que le fruit est sucré et qu’on l’ajoutait à de l’alcool.
Dans la même région on a donné le nom micacoulié à « l’alisier » (Hérault), belicoquo « alise » à Nîmes.
Tous les trois fruits étaient utilisés comme balles pour les sarbacanes. Voir aussi l’article falabrega < faba graeca

aubépine    

     

  micocoulier                                                                      alisier

Un fidèle visiteur me propose la mise à jour suivante, que j’insère avec plaisir :

Sauve s’enorgueillit à juste titre d’être la capitale de la fourche. Le micocoulier de Provence, celtis australis est un arbre appartenant à la famille des Ulmacées représentée par les ormes. A Sauve, on l’appelle aussi « Fourchier » en raison de son usage. C’est avec son bois que l’on fabrique la célèbre fourche de Sauve depuis « mille ans ».

Fréderic Mistral écrit à propos de la fameuse fourche:
« La trinita, mi fraïre, es tamben coumparadisso a-n-uno fourco, a-un- poulido fourco D’aquéli fourco de falabréguié que fan à Saouvo. »
Frédéric Mistral. Proso d’Armana. La Trinita
Suivez ce lien; SAUVE
S auve s’enorgueillit à juste titre d’être la capitale de la fourche. Le micocoulier de Provence, celtis australis est un arbre appartenant à la famille des Ulmacées représentée par les ormes. A Sauve, on l’appelle aussi « Fourchier » en raison de son usage.
www.ville-de-sauve.fr
 
Voir aussi l’article Esclafidou
où vous trouver des utilisaions du fruit du micacoulié avec la sarbacane. Des jeux que les jeunes ne font plus, mais qui va peut-être revenir pendqant le confinement et qui sera immédiatement interdit.

Amenlier

Amenlier s.m. »amandier ». Dérivé de (a)menlo s.f. « amande ». Le latin a emprunté au grec le nom de l’amande amygdala devenu  amiddula qui  s’est conservée dans quelques parlers des Pyrénées dans la forme  amelha, dans une zone qui se rattache au catalan et à l’aragonais.

Pour le reste de la Galloromania on trouve des formes qui viennent d’un étymon *amyndula dans les parlers occitans et d’un étymon amandula dans les parlers franco-provençaux et français. Le groupe de consonnes –ndul- > -ndl- a abouti à –nd- à l’est du provençal et à – nl– ailleurs. –nl- ensuite > –ll- ( > -l-). Par ci-par là, le a- initial est rattaché à l’article par aphérèse : menlo « amande ».

Amygdala a subie de nombreuses transformations dans les parlers galloromans et ailleurs, mais elle est présente dans presque toutes les langues. Voir http://translate.reference.com/
La graphie ametlier « amandier » avec un –t- est une orthographe  étymologisante, dite « classique » (Alibert) qui ne correspond à aucune prononciation occitane. (Voir Thesoc).. Voir ma page Comment écrire  mon occitan.

A la font de Nimes
I a un amenlièr
Que fa de flors blancas
Coma de papièr

Aquelas flors blancas
Faran d’ametlós
Per remplir las pochas
De ieu e de vos.

Si la mélodie vous intéresse, c’estici.

Marron

Marron « châtaigne greffée ». L’étymologie reste obscure.Dans le domaine gallo-roman le mot marron est récent et emprunté à l’italien marrone « châtaigne gréffée », où il est attesté depuis le XIIe siècle principalement en Lombardie et dans la région de Venise.

Le mot marron (et très probablement cette variété ) est entré en France par la région lyonnaise. Jusqu’au XVIIIe – XIXe siècle les grosses châtaignes comestibles étaient appelées marrons de Lyon. Au XVIe siècle marron est passé en anglais maroon.
De l’Italie jusqu’au Portugal existent des mots avec une racine *marr- qui signifie «caillou, roche ». Il s’agit d’une racine d’origine pré-romane que nous retrouvons sous différentes formes dans nos patois.  Par exemple  provençal marro « tuf » et « auge dans laquelle tourne la meule d’un moulin à huile », et marrado « le contenu de cette auge » marroc « gros bloc de pierre ».

En français du XVIIe siècle un mereau est « un petit caillou » .  Avant, au Moyen Age, il désignait déjà un « jeton », ensuite en moyen français le « « jeu de la marelle » sens conservé en languedocien, entre autres à Valleraugue marél. Le féminin marèlo désigne « le jeu de la marelle » ou « le petit caillou ».

Quand on joue,  il y a toujours des tricheurs plus adroits que d’autres, ce qui donne en Languedoc marélar « tromper au jeu » et marélaire « fripon, trompeur ».

Dans le jeu de marelles on fait des carreaux :

A partir de  marélo « carreau » a été créé  au XVIIIe siècle à Alès le verbe  marélar « vitrer ». Dans la sériciculture  marélar a  pris  un sens très spécialisé : « distribuer le brin de soie sur l’écheveau de la roue à ce qu’il y fasse des losanges ».

Le dérivé marron étant relativement récent n’a pas été très productif en occitan. Pour distinguer le marron comestible du fruit du marronnier dit d’Inde à saveur très amère , les Languedociens et plus spécialement les Gardois ont créé le mot amarou et amarounier, composé de amaru (amer) + marron. quoique… il y a plusieurs noms de fruits que les languedociens font précéder d’un a- cf. amarou.
La couleur marron est la base des noms d’animaux comme marel « boeuf de couleur sombre » (Toulouse,
Alibert) et maréla « truie » ( peut-être avec influence de mauro)

Une évolution sémantique de « caillou » vers « tas de cailloux » semble assez facile à comprendre; ensuite « un tas de cailloux » devient « tas, amas », languedocien marelle « monceau; assemblage de choses » attestée en 1655, et amarrá « râteler, amonceler, entasser » Cf. Alibert marèl, marra.