gusard ‘vaurien’

Dans la description de la Révolution française telle qu’elle s’est produite à Mirepoix En 1791, en Ariège, on se traitait communément de cacaracà, Christine Belcicowski  écrit:

A Pamiers, on faisait alternativement la chasse aux prêtres réfractaires et aux prêtres constitutionnels, on commettait des abominations à l’église du Camp, on portait des charognes dans l’église des Carmes, on se traitait communément « de gusard 6 et de jean foutre, de pouf 7 et de cacaracà » 89.

Note 6 : Gusard « fripon » en occitan.

L’étymologie est selon le FEW XVI,98 le moyen néerlandais guit  prononcé [gœüt] « vaurien ». Gueux a  fait l’aller – retour entre la République des Pays Bas et le Royaume France, gueux, gueuse m. et f. « vil mendiant, vil personnage » attesté depuis 1452, gus « gueux » à Marseille,  en languedocien et en Bigorre. Le dérivé gusard, guzard « gueux, scélérat, canaille » est attesté dans plusieurs parlers, dont le normand, le dauphinois et le gascon.

Le 6 avril 1566 les nobles hollandais ont adopté le nom geus    comme nom d’honneur  pour exprimer leur indignation d’être abaissés à l’état de mendiants par le régime espagnol, en criant Vive les gueus.  Une ébauche concernant la Révolte des gueux en Hollande se trouve dans Wikipedia.

les Gueux

les Gueux en 1572