cat-right

Gafa, gafar

Gafa « davier de tonnelier »c’est-√†- dire une sorte de tenaille pour faire entrer les cerceaux du tonneau, appel√©e aussi « tirtoir »ou « chien ».

Gaf- « crochet »,¬†gafar signifie « gaffer ; mordre, harper; accrocher, suspendre; attraper; coller ». Alibert donne plusieurs d√©riv√©s avec des sens qui s’y rattachent, comme par exemple gafarot¬† « grateron, glouteron ;¬† les graferots ¬† « fruits de la bardane » sont¬† nomm√©s ainsi parce qu’ils s’accrochent aux v√™tements ou aux poils des b√™tes. D’autres formes: galafot (Puisserguier), galafoch (S). Gafarot¬† signifie d’apr√®s Alibert aussi « passeur de rivi√®re » , mais ce gafarot¬† fait partie d’une autre famille de mots; cf. gafa « gu√© »

¬† gafa « crochet » gafarot¬†¬† crochets

La famille de mots gaf- avec le sens « saisir » et ses d√©riv√©s est indig√®ne dans le sud de la France jusqu’√† la Loire.¬† Nous retrouvons cette famille de mots en catalan et espagnol gafa « crochet », esp. et portugais gafar « saisir ». La zone de r√©partition correspond √† celle o√Ļ la langue des Goths a influenc√© la langue romane indig√®ne. Nous pouvons donc supposer un lien avec les mots germaniques Gaffel « fourche », anglais gaffle,¬† n√©erlandais gaffel .¬† Il faudra supposer un verbe¬†¬† germanique *gaffon « saisir avec un crochet » cr√©√© √† partir d’une racine *gaff-.

En allemand moderne le mot pour « fourchette » ou « fourche » est Gabel, mais aussi Gaffel dans certaines r√©gions, qui a la m√™me origine, comme Gaffelseil un type de voile de bateau et un Gaffelschoner un type de voilier. Cf. aussi anglais gable roof¬† « toit √† pignon ». Dans le grand dictionnaire de l’allemand fait par les fr√®res Grimm au XIXe si√®cle¬† est √©crit que dans l’histoire du mot gab-, gaf-¬† nous trouvons un √©l√©ment important de la pr√©histoire europ√©enne! En effet on retrouve cette famille dans le celtique et dans le finlandais et les objets √† base du crochet qu’ils d√©signent¬† sont essentiels dans beaucoup de m√©tiers. .

gaffelaar       gaffel
Un gaffelaar du Brabant ou de Zeeland (NL). ¬† ¬†¬† ¬†¬† ¬†¬† ¬†Le gaffelzeil « voile gaffel » tient au m√Ęt par une fourche.

Le sens « maladresse » dans l’expression faire une gaffe , attest√©e depuis Larousse 1872, a √©t√© emprunt√© au langage des matelots pour qui la gaffe est « une perche garnie d’un crochet lat√©ral pour pousser une barque, tirer quelque chose √† bord etc. » et fait donc partie du m√™me groupe. Peut-√™tre qu’un matelot peut nous renseigner sur cette √©volution s√©mantique?? Une gaffe utilis√©e maladroitement , c’est comme un croche-pied! Et si une gaffe peut servir √† « pousser » comme √† « tirer √† bord », faire une gaffe peut bien devenir le contraire de ce qu’on veut faire¬† « une maladresse ». Dans le site du ‘TLF je trouve la suggestion suivante: « peut-√™tre par allusion aux brimades auxquelles sont soumis les d√©butants ou les mousses. »

Le sens du mot anglais gaffe¬† « a silly mistake » (XIXe s., comme l’expression fran√ßaise ) correspond exactement au sens du mot fran√ßais faire une gaffe « maladresse ». Il est difficile √† admettre que l’√©tymologie propos√©e par les dictionnaires anglais gab « bavarder » soit juste, d’autant plus qu’il s’agit d’une expression marine!¬†¬† Douglas Harper¬†¬† √©crit : « gaffe – « blunder, » 1909, from Fr. gaffe « clumsy remark, » originally « boat hook, » from O.Fr. gaffe, from O.Prov. gaf, probably from W.Goth. *gafa « hook, » from P.Gmc. *gafa. Sense connection is obscure. The gaff was also used to land big fish.  »

En restant dans le domaine maritime, le PDG de BP, Tony Hayward, est un gaffe-proner d’apr√®s le NewYork Times du 4 juin 2010 . Proner est probablement un emprunt au moyen fran√ßais prone « port√© vers, enclin » attest√© depuis l’ancien fran√ßais vers1173, du latin pronus  » pench√© en avant; enclin √† ».

gaffe_proner
gaffe-proner

Faire gaffe¬† Le mot fran√ßais gaffe dans l’expression faire gaffe par contre est d’origine argotique. La premi√®re attestation date de 1455, gaffre « gardien, sergent » , mais il ne r√©appara√ģt dans les textes et les dictionnaires qu’au XIXe si√®cle : le gaffe  » le guet », √™tre en gaffe « aux aguets » et¬† le verbe argotique gaffer « guetter »,¬† en fran√ßais moderne faire gaffe.

L’origine est probablement le mot allemand Gaffer « quelqu’un qui regarde la bouche et les yeux grand ouverts », du verbe gaffen « regarder fixement la bouche ouverte ». L’expression faire gaffe veut bien dire « bien regarder, les yeux grand ouverts ».¬† Il n’est pas improbable que le mot a √©t√© emprunt√© une deuxi√®me fois au XIXe si√®cle au lieu de continuer l’ancien gaffre.

Le mot anglais gaffer « supervisor » gaffer – 1589, « elderly rustic, » apparently a contraction of godfather; originally « old man, » it was applied from 1841 to foremen and supervisors, which sense carried over 20c. to « electrician in charge of lighting on a film set. »¬† pourrait bien avoir la m√™me origine.¬† Je ne vois pas tr√®s bien comment godfather¬† peut √™tre prononc√©¬† gaffer¬† en anglais comme le propose¬† Douglas Harper et autres.

Le sens moderne s’est sp√©cifi√© dans le monde du cin√©ma : « le chef de l’√©clairage dans un film ou studio TV ».¬† Vous le verrez dans les g√©n√©riques. Un faux ami pour les Fran√ßais.

Madièr

Madi√®r¬†« couvercle de p√©trin ». Etymologie : du latin materium, sg. de materia « ‘mati√®re » en g√©n√©ral et « bois; bois de construction »¬† en particulier.¬† Le sens¬† « couvercle de p√©trin » est d√©j√† attest√© en ancien occitan au XIVe s.

Le verbe materiare signifie « construire en bois ».

Le d√©riv√© madrier a √©t√© pr√™t√© au fran√ßais¬†:¬†¬ę¬†table grossi√®re de boulanger¬†¬Ľ (Larousse 1873). Le sens maritime ¬ę¬†varangue¬†¬Ľ de madier ou amadi√® (Palavas, Le Grau du Roi) a √©t√© emprunt√© au XVIe si√®cle aux¬† dialectes du Nord de l’Italie o√Ļ le mot avait pris ce sens. Espagnol madero ¬ę¬†poutre, varangue¬†¬Ľ et italien madiere.

 

3 = madiè

Page 2 sur 212