cat-right

bëaba ‘croix de Pardieu’

Bëaba « abécé ou la Croix de Pardieu » écrit l’abbé de Sauvages en 1756 dans son Dictionnaire languedocien.  La simple curiosité m’a poussé à chercher le sens de « croix de pardieu ». Comme tout le monde je demande à Google:

croix depardieuGooglequi se moque de moi et  donne Gérard Depardieu et Paul La Croix..

Pourtant Molière connaissait l’expression ;dans Monsieur de Pouceaugnac  Scène 4, l’apoticaire dit:

croidepardieuMolièreJe continue mes  recherches et sans le Dictionnaire de Pierre Richelet (1680)jz trouve que la  croix de par Dieu est : Alphabet marqué d’une croix au commencement, qu’on donne aux enfants pour apprendre à connoître les lettres.

 

Registrre duConsistoire Geneève au temps de Calvin TomeV

Croix-Depardieu

Description de cette croix de pardieu:

Croix de Pardieu

Extrait du site expossitions de la BNF: http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/arret/03_3.htm

http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/arret/03_3.htm

Pour conjurer l’héritage païen, l’apprentissage des lettres doit se faire une école de vérité, c’est-à-dire une initiation à l’ordre sacré du Verbe, l’Alpha et l’Oméga, début et fin de toutes choses.

« Abécés » manuscrits
Durant le Moyen-Âge, rares sont les enfants alphabétisés. Cette éducation, réservée à l’élite, est généralement assumée par la mère pour les rudiments. L’enfant s’instruit dans son psautier ou son livre d’heures, qui consacre alors un feuillet à l’alphabet, sous forme de synopsis, de frise ou de jeu de lecture. Mais l’enfant peut aussi posséder son « abécé » de petit format et richement enluminé. En outre, l’Église dispense pour un petit nombre un enseignement gratuit qui forme de futurs clercs, avant de s’ouvrir au monde laïc au XIIIe siècle. Les abécédaires scolaires, plus modestes, sont calligraphiés en grosses lettres rehaussées de rouge.
Tous débutent par une croix qui rappelle aux enfants qu’il faut se signer et dire « croix de par Dieu » avant de lire l’alphabet. L’apprentissage des lettres se fait en six jours, comme les six jours de la Création. Suivent les prières, parfois quelques fragments de la Genèse. Les textes en latin doivent être sus « par cœur » pur s’ancrer profondément dans l’âme de l’enfant et l’informer.

« Abécés » manuscrits
Durant le Moyen-Âge, rares sont les enfants alphabétisés. Cette éducation, réservée à l’élite, est généralement assumée par la mère pour les rudiments. L’enfant s’instruit dans son psautier ou son livre d’heures, qui consacre alors un feuillet à l’alphabet, sous forme de synopsis, de frise ou de jeu de lecture. Mais l’enfant peut aussi posséder son « abécé » de petit format et richement enluminé. En outre, l’Église dispense pour un petit nombre un enseignement gratuit qui forme de futurs clercs, avant de s’ouvrir au monde laïc au XIIIe siècle. Les abécédaires scolaires, plus modestes, sont calligraphiés en grosses lettres rehaussées de rouge.
Tous débutent par une croix qui rappelle aux enfants qu’il faut se signer et dire « croix de par Dieu » avant de lire l’alphabet. L’apprentissage des lettres se fait en six jours, comme les six jours de la Création. Suivent les prières, parfois quelques fragments de la Genèse. Les textes en latin doivent être sus « par cœur » pur s’ancrer profondément dans l’âme de l’enfant et l’informer.

ABC imprimés
À partir du XVIe siècle, la Réforme puis la Contre-Réforme s’appuient sur l’invention de l’imprimerie pour lancer de vastes campagnes d’alphabétisation.
Des livrets de huit à seize pages, bon marché mais peu soignés, sont publiés en grand nombre par les éditeurs provinciaux et diffusés par colportage auprès des écoles paroissiales. Ils prennent le nom de « Croix Depardieu » car leur conception s’inspire directement des abécédaires médiévaux. L’alphabet peut être moralisé : à chaque lettre est alors associée une vertu chrétienne. Après une éventuelle table syllabique suivent les prières majeures, les psaumes de pénitence, les commandements et parfois un petit catéchisme. La multiplication des ordres enseignants au cours des XVIIe et XVIIIe siècles et leur solide implantation expliquent que, jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’État ait fait appel à eux pour assurer en partie l’instruction publique.
La « Croix Depardieu » s’est ainsi perpétuée, n’innovant que par le développement du syllabaire (table, mots et textes syllabés), le recours à des caractères de taille décroissante, l’usage dominant du français sur le latin. La gravure se cantonne au frontispice. La récitation reste de mise.

Je me rappelle que j’ai appris l’alphabet à l’aide d’un petit livret avec les lettres, des images et un petit texte. En néerlandais bien sûr, comme celui-ci:

A_is_eenèaapjeL’histoire de ces livrets abécédaires dans les pays européens reflète spécificités de chaque pays. En France , pays laïque, les croix depardieu ont été  o,terdits après 1789.  Avec Wikipedia vous pouvez faire le tous de l’Europe !

 

Poster un commentaire