cat-right

Manado, manielha

Manado s.f. « troupeau de taureaux et de chevaux » , manade  en français rĂ©gional, est dĂ©rivĂ© de latin manus  « main ». Man signifie dĂ©jĂ  en  ancien occitan « travail, main d’oeuvre » et manada « poignĂ©e, ce que peut contenir la main » comme l’ancien français manĂ©e . L’Ă©volution sĂ©mantique de « poignĂ©e » vers « troupeau » se retrouve dans des expressions comme « une poignĂ©e de gens, de taureaux ».  Une autre possibilitĂ© est que  le sens « troupeau » a Ă©tĂ© empruntĂ© Ă  l’espagnol manada .

Pourl’abbĂ© de Sauvagesune manado est un troupeau en gĂ©nĂ©ral : uno manado dĂ« pors « un troupeau de cochons » et pour lui ce mot vient de l’espagnol, mais dans le sens « poignĂ©e; une botte »: uno manado de cĂŞbos  une poignĂ©e d’oignons » c’est un mot languedocien.

Manado signifie aussi « poignĂ©e d’un rĂ©cipient » ou « manivelle » et est un synonyme d’ arapofere « une manique des repasseuses » c’est-Ă -dire une sorte de gant de protection. Il avertit les Languedociens qu’il faut dire en français  manique et non manicle, du latin manicula quoique les deux formes sont admises dans le dictionnaire de l’AcadĂ©mie 1694.

manade et manicle

En ancien français  la manicle est « la partie de l’armure quui couvrait l’avant-bras et la main » . Un mot avec un sens très spĂ©cifique. Il s’agit d’un emprunt au latin. Au cours des siècles le mot a dĂ©gringolĂ© socialement : menicles « menottes » dĂ©jĂ  au XIVe siècle, frère de la menicle « coupe-bourse ». Sur une planche de l’EncyclopĂ©die, fig. 44 « la manicle du cordonnier »:

manicle de cordonnier.

En occitan manicula devient rĂ©gulièrement manielha en ancien provençal et en languedocien manilho « anse » (S). Il  ne se trouve qu’en occitan et en franco-provençal.

Poster un commentaire