cat-right

Ganchou

Ganchou. Dans les parlers occitans on trouve un autre mot qui vient du grec gampsos, √† savoir ganchou attest√© √† Palavas et au Grau du Roi avec le sens « gaffe »¬† (pas au fig.!)¬†¬† et √† Marseille « croc », et un compos√© agancha « gagner, avancer » √† Puisserguier.¬† L’√©tymon est le m√™me que du mot¬† ganso¬† « noeud »,¬† mais son histoire est diff√©rente. Ganchou¬† est un mot maritime qui a √©t√© emprunt√© √† l’italien gancio,¬† qui l’a < du turc kanga < du grec gampsos.¬†

Voir aussi la’article gansa, ganso¬† dont l’√©tymon est le m√™me, mais pas l’histoire.

Un lecteur me signale : g√°nchou : √† Capestang c’est la longue perche compos√©e d’un long manche termin√© par un crochet qui permet de propulser les nego-fols sur l’√©tang.

(Un nego-fol, n√®gaf√≤l¬† est un « batelet, nacelle » ou une « renoncule aquatique » dans le Centre ou une « grenouillette » √† Toulouse.

A ma demande, M.Philippe Ibars me fournit les précisions suivantes :

« La part√®gueque je connais est une perche de bois simple qui sert √† pousser les n√©gachins du c√īt√© de Gallician, dans les √©tangs du Charnier ou du Scamandre. Mon beau-p√®re, grand chasseur devant l’√©ternel, en commandait de temps en temps √† un de ses amis forestier dans les C√©vennes, elles √©taient faites en bois de ch√Ętaignier.
J’ai souvent utilis√© la part√®gue pour pousser les n√©gachins dans les marais, pour le plaisir, simplement. On glisse sur l’eau sans bruit, il faut simplement faire attention √† ne pas trop la planter dans la vase car elle risque de s’y coller et de nous faire perdre l’√©quilibre.
Les p√™cheurs ou les chasseurs l’appelaient indiff√©remment part√®gue (du latin pertica ‘perche’) ou barre. Ils disaient aussi bien part√©guer que pousser car il est vrai qu’on « pousse » sur la part√®gue pour faire avancer le bateau.
Par contre je n’ai jamais vu de part√®gues termin√©es par un crochet. Certaines √©taient termin√©es par une petite fourche bifide m√©tallique. Elles √©taient utiles dans les marais tr√®s herbeux, la part√®gue se plantait dans les herbes et s’envasait moins, l’appui √©tait ainsi plus assur√© et l’on allait un peu plus vite. Mais elles √©taient un peu plus lourdes, √† cause de ce manchon de fer, c’est peut-√™tre pour cela qu’elles √©taient moins utilis√©e »

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Poster un commentaire