cat-right

Dousil, dosilh

Dousil, douzil, dosilh est « un petit c√īne en bois de cinq centim√®tres de long destin√© √† reboucher les tonneaux perc√©s √† cet effet pour go√Ľter le vin. » Le trou s’appelle le fausset en fran√ßais, mais d’apr√®s le TLF les deux mots ont les deux significations : 1. petit orifice 2. cheville.

Etymologie: Au VIe si√®cle seulement est attest√© la forme duciculus « fausset d’un tonneau; petit bondon » dans la Vita Sancti Columbani que je n’ai pas pu consulter, mais qui se trouve dans le blog du professeur Gruber. La m√™me confusion entre le nom de la cheville en bois et le nom du trou dans lequel elle rentre se retrouve dans les attestations dialectales, par exemple languedocien dousil « fausset; ouverture que bouche le fausset; blessure √©troite ». von Wartburg traduit duciculus avec « Fasshahn », c’est-√†-dire le robinet du tonneau ».

¬†¬†¬† …….
Fasshahn
…….…….…….…….……. Epistomium

M√™me si par ci par l√† douzil signifie « robinet », en g√©n√©ral il s’agit d’un « petit orifice« . D’apr√®s von Wartburg, les Romains ne connaissaient pas ce genre de robinet, puisqu’ils appelaient le douzil os « bouche »; le Prof. J√∂rn Gruber m’√©crit que le dozilh n’est pas le « fausset-orifice  » mais la « cannelle », et que les Romains l’appelaient epistomium emprunt√© au grec epistomion.

Dans le DICTIONNAIRE DES ANTIQUITES ROMAINES ET GRECQUES Anthony Rich (3e ed. 1883) (lien vers le site) : Epistomium. La gravure ci-dessus repr√©sente un robinet d’eau, dont le mod√®le en bronze a √©t√© trouv√© √† Pomp√©i, et fait d’apr√®s le m√™me principe que ceux dont on se sert maintenant, mais dessin√© avec plus de go√Ľt.

En galloroman par contre, dans les tr√®s nombreux cas o√Ļ les dictionnaires patois sp√©cifient le sens de douzil, ils disent qu’il s’agit d’un petit trou ou d’une petite cheville en bois pour le boucher.Voir ci-dessous le logo des Tire-douzils.

Il y a¬† deux emplois m√©taphoriques qui font allusion √† la cheville :¬†¬† douzil « p√©nis »¬† (Rabelais) et dans le patois de l’Indre. Pour cette derni√®re on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une r√©miniscence litt√©raire. Le Prof. J√∂rn Gruber (voir la page qu’il consacre √† douzil ) √©minent cercaire-trobaire ou trobadorologue, qui  » chante et r√©cite los vers e cansos dels trobadors au choix : (1) avec une parfaite prononciation restitu√©e (2) avec une prononciation moderne (occitan languedocien) », montre que les troubadours comme Marcabru et Arnaut Daniel connaissaient bien et se servent de cet emploi m√©taphorique. Si vous voulez tout savoir sur le Dosilh et l’Affaire Cornilh, suivez ces liens: 1. Dozilh 2. Cornilh

     

………….
Marcabru ……………..¬†¬†¬†¬† ..Arnaut

Le douzil¬†fran√ßais avec le sens « cheville »¬† est pass√© en anglais dossil « tampon pour blessures; petit rouleau de coton pour nettoyer une plaque de cuivre (gravure) « , en breton doulzil « burette » et en n√©erlandais doezel, doezelaar « estompe » outil d’artiste qui s’en sert pour estomper le pastel et qui a la forme d’une cheville conique, doezelen « ombrer √† l’estompe » et au fig. wegdoezelen, verdoezelen « estomper, cacher ».

.¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† ..………………………………………
n√©erl.doezelaar n¬į3 …………….anglais dossil sieve « tamis pour la bonde ». c’est nouveau.

Dans la description de la fabrication d’une barrique, j’ai trouv√© :
« Le fausset, petit orifice de 10 mm, perc√© √† 30 cm du haut du m√™me fond, √† l’oppos√© du trou de cl√©, permet de tirer un cidre clair, sans lie, et √©vite aussi de briser la fine pellicule qui pourrait recouvrir le breuvage; ce qui n’est pas le cas du tirage au siphon. Le fausset est bouch√© par une cheville de bois. » La bonde au centre du tonneau, un diam√®tre de 6 √† 8 cm. Elle sert √† d√©verser le cidre dans le f√Ľt . Par m√©tonymie le bout de bois qui sert √† la boucher s’appelle √©galement bonde.

Un dicton : Quand il tonne en mars, – Bonhomme enfonce ton quart – Mais s’il tonne en avril – Bonhomme casse ton douzil.

A Marigny-Brizay (86) existe La Confr√©rie des Tire-Douzils, dont la devise est « en gousier sec, jamais joie n’habite ».

La conclusion est que le premier sens de¬† dousil¬† est « cheville » et que le sens « orifice » est secondaire par m√©tonymie.

Pour y voir plus clair, j’ai √©tudi√© aussi le mot enco « cannelle du muid » (S).

No Responses to “Dousil, dosilh”

Trackbacks/Pingbacks

  1. LE MOT DU JOUR – 25 mai 2014 | Fieff√© Goupil - […] Pour tout savoir sur le douzil : http://www.etymologie-occitane.fr/2011/08/dousil-dosilh/ […]

Poster un commentaire