cat-right

Colo

Colo, còla « troupe, compagnie de travailleurs ruraux; couple de chevaux ».  A Manduel il y avait les colos de vendemiaires (l’associaton du patrimoine de Manduel possède des photos des colo) et en Rouergue les còlas de segaires (les moissonneurs). Dans sa grammaire Louis Piat donne comme exemple: uno colo de droulas « un groupe de bambins ». De personnes qui ne pouvaient pas travailler ensemble, on disait : « tiron pas de colo« .

Etymologie. En ancien occitan le verbe acoular signifiait « atteler des animaux de front » ce qui en occitan moderne est devenu acoulà « réunir, louer des journaliers pour les faire travailler ensemble ». Le mot est composé de ad + collum + le suffixe -are de l’infinitif. Latin collum « cou ». adcollare veut donc dire « mettre un joug sur les cous de deux animaux ».

A partir de ce verbe a été formé le substantif cola qui dans le Cantal désigne « un couple de chevaux attelés ensemble ». Suivant les cultures locales la cola , colo est un groupe de vendangeurs, de moissonneurs , de ouvriers, de faucheurs. » En ville cela donne « une bande » tout court (Alès) ou « une compagnie de fête » (Toulouse).


Une colo qui rentre

PS. Je remarque une évolution analogue dans le néerlandais : ploeg « charrue ». La charrue était tirée par des boeufs ou des chevaux.. Maintenant le mot signifie aussi « équipe », p.ex. dans le travail, le foot etc.


ploeg et ploeg

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté Pour laisser un commentaire