cat-right

Raset

Raset ou razet dans la course camarguaise « action qui conduit le rasetaire, raseteur à frôler la tête du cocardier pour lui subtiliser les attributs à l’aide du crochet ».

Pour ceux qui n’ont jamais assité à une course camarguaise, suivez ce lien vers la page de la FFCC (disparue) , pour une excellente description de la course camargaise. Le raset est « le point de rencontre du taureau et du razeteur. » Voir aussi R.Domergue, Petit vocabulaire illustré de la course camarguaise intitulé « Avise, le biòu ».

Une description moins précise tiré du Midi Libre du 20 août 2006:
« Le déroulement d’une course camarguaise se fait selon un rituel immuable. En premier lieu, les raseteurs défilent et saluent le public et la présidence de la course. Puis s’ouvre la porte du toril et le premier taureau s’élance dans l’arène Il dispose alors d’une minute pour effectuer la reconnaissance du lieu et s’habituer à la lumière du jour. Les raseteurs, tout en blanc, peuvent commencer à enlever les attributs avec leur crochet. Cette partie de la course dure quinze minutes.L’enlèvement des attributs se fait toujours dans le même ordre: la cocarde, les glands,
le frontal et les ficelles Une fois ôtés, ils sont comptabilisés et permettent aux raseteurs de totaliser des primes et des points. Les raseteurs sont aidés par les. tourneurs également vêtus de blanc, mais dépourvus de crochet. Leur rôle est de placer le taureau en l’attirant dans la position la plus favorable pour le travail du raseteur. »

 

un cocardier et le raseteur

Raset, razet,  raseteur etc. vient du latin populaire rasare « raser » au sens « couper la barbe » un verbe qui a été formé à partir du participe passé rasus de radere « racler ». Un raseteur coupe donc les attributs de la course au ras de la peau du taureau.

Poster un commentaire