cat-right

Jostar, justar

Jostar, Justar, « jouter; se cosser en parlant des bĂ©liers » a la mĂŞme Ă©tymologie que français jouter : « Du latin vulgaire *juxtare (avec un -u- court) proprement « ĂŞtre attenant, toucher Ă  » (v. jouxter), dĂ©rivĂ© de juxta, voir jouxte. » (TLF). Joustaire « jouteur » est dĂ©rivĂ© de joustar.

La graphie avec un -u- de Mistral, suivi d’Alibert et par le Panoccitan est probablement influencĂ©e par une  fausse Ă©tymologie, Ă  savoir latin justus « juste ». Le -u- court de juxta Ă©tait devenu -o- (-o- fermĂ©) Ă  l’Ă©poque du latin vulgaire.

Ancien occitan jostar signifie d’abord « rassembler, rĂ©unir », mais il est vite remplacĂ© par ajostar. Dans le terminologie de la chevalerie fĂ©odale, jostar est un terme technique et a pris le sens « combattre Ă  cheval, d’homme Ă  homme, avec des lances » Ă  partir du XIe siècle.. Le mot n’est pas très vivant en occitan exception faite pour  Sète.


Chevaliers-Jostaires Deux apprentis-jostaires

jostaires à Sète


Acampada

Acampada s.f. « ce qu’on ramasse en une seule fois, recueil ». Acampado « rĂ©union »Â . (En Camargue par extension, ‘rassemblement des taureaux.’) est un dĂ©rivĂ© d’acampar.

Acampar, v.tr.  « ramasser, cueillir », acamper en français rĂ©gional (Lhubac), est un dĂ©rivĂ© limitĂ© au provençal et au languedocien du latin ad+campus  « champ ». Provençal (s)acampa   « (se) rĂ©unir ».

Dans la Camargue c’est le « rassemblement de la manade dans les marais » et l’occasion d’une fĂŞte bien sĂ»r.  Les gardians doivent cerner les taureaux qui sont Ă©parpillĂ©s dans le marais et qui essaient d’Ă©chapper Ă  leurs poursuivants. Conduite de la manade pour le tri. » (Lexique camarguais).

A Toulouse ce verbe a pris le sens contraire  « mettre en fuite »Â  Ă  partir du sens  « mettre le bĂ©tail dans les champs ».

Le prĂ©fixe ad- rend les verbes transitifs ou ajoute au sens du radical, la notion d’approche ou de direction (Alibert, p.39).

Page 15 sur 15« Première page…1112131415